Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Absinthe Premier, le patrimoine industriel de Romans à l'honneur

PREMIER affiche corr.JPG Le Dr Jean-Pierre Luauté est neuropsychiatre, ancien chef de service à l’hôpital de Romans. Il s’intéresse au patrimoine industriel de la cité et depuis plusieurs années collectionne tout ce qui se rapporte à la marque d’absinthe puis d’anis Premier fils. Les objets publicitaires de sa collection ont été rassemblés dans un petit musée, ouvert au public lors des journées du patrimoine ou sur rendez-vous. Intrigué par la question de la toxicité spécifique de l’absinthe, et par les raisons de son interdiction, il a consacré plusieurs travaux à ce sujet et ses conclusions ont remis en cause la réalité d’un absinthisme en considérant finalement son interdiction comme le résultat d’une manipulation réussie et durable de l’opinion publique et de ses représentants.

Aucun ouvrage sur la Maison Premier-Henry n’existait. Celui qui voit le jour a une double ambition. Il s’agissait d’abord de proposer aux collectionneurs un catalogue de tous les objets publicitaires produits par la marque pendant ses 125 années d’existence. Le deuxième objectif était de raconter l’histoire de cette marque, c'est-à-dire d’abord celle des hommes qui l’ont créée et qui, en  quelques années, ont su transformer une modeste entreprise de confiserie-liquoristerie en une industrie florissante. Cette histoire est indissociable de celle de l’absinthe et des boissons anisées et du pastis puisque ces boissons, autorisées quelques années après l’interdiction de l’absinthe, ont pris sa relève. La marque Premier fils qui avait été l’une des plus grandes marques d’absinthe, et qui porta au loin le renom de sa ville d’origine, commercialisa ainsi entre les deux guerres, et peu après, un anis également largement connu.  Pourtant la disparition de la marque a suffi pour entraîner son oubli presque total, et à Romans même.

La sauvegarde de l’oubli, qui est déjà la première motivation du collectionneur se double, presque par nécessité, d’une recherche historique. Le résultat en est une série de découvertes surprenantes concernant le rôle politique pour certains, et philanthropique pour tous, de ces grands capitaines d’industrie que furent Louis-Philippe Premier, son fils Edouard, son gendre Charles Henry et leurs descendants. D’autres trouvailles amusantes et curieuses, ont été faites par l’auteur, ou portées à sa connaissance par des chercheurs locaux.

[ouvrage disponible dans les librairies de Romans et de Bourg-de-Péage / pour toute information, contacter l'Association pour l'Etude de la Distillerie Premier :   jean_pierre_luaute@hotmail.com ]

Les commentaires sont fermés.