Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rue Baudoin : une rue défigurée !

    DSCN4158.JPGUne présence active dans le centre historique permet de faire des constats édifiants sur les atteintes portées au patrimoine de notre ville. Dernier exemple, rue Baudoin, une ruelle en escalier qui donne sur la rue de l'Armillerie. Voici encore quelques semaines, elle offrait un caractère pittoresque avec ses galets "têtes de chat". Des travaux d'assainissement ont été réalisés, les galets ont été retirés ... mais n'ont pas été remis en place ! Nous demandons que le service de la mairie responsable de ses travaux remette rapidement la rue Baudoin dans l'état où elle se trouvait avant les travaux, c'est-à-dire revêtue de ses galets "tête de chat" !

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Démonstration est faite"

    L'Impartial.jpg

    Les Journées du Patrimoine ont attiré dans notre ville plus de 8000 visiteurs qui ont découvert les stations du Grand Voyage et les chapelles du Calvaire des Récollets, parcouru les salles du musée de la chaussure, contemplé les voûtes de la collégiale Saint-Barnard. D’autres ont admiré les hôtels particuliers en gothique flamboyant, apprécié les expositions temporaires ou longuement patienté pour franchir les portes de l’usine Jourdan. Quelles sont les raisons de ce succès ? (à suivre dans le numéro de "L'Impartial" daté du jeudi 28 octobre 2010).

            

  • Cité de la musique - Où en est-on ?

    Hopital.JPGRomans-sur-Isère (Drôme) - C'est en effet la question que nous pouvons nous poser au sujet du "Le diagnostic archéologique", sur le site de la future cité de la musique, dans le quartier de la Presle. Il s'agissait pour les archéologues de connaître les élements précis du sous-sol de ce site.qui abrita pendant quatre siècles l'hôpital de Romans. Rappelons que les fouilles n'ont duré qu'une journée, le lundi 19 juillet, puis les tranchées ont été refermées ! Les informations que nous avons pu obtenir annonçaient le début du mois de septembre pour la reprise des fouilles ! Nous sommes fin octobre, qu'en est-il de ce diagnostic archéologique (pourquoi n'a-t-il pas repris ou pourquoi est-il arrrêté, quand connaîtrons-nous le résultat de ce diagnostic ? ) . Aux services de la ville compétents sur ce sujet à nous apporter des réponses.  

     


  • Rue Mathieu-de-la-Drôme : vigilance !

    DSCN4149.JPGRomans-sur-Isère.Rue Mathieu-de-la-Drôme, plus exactement place de l'Etoile, la bouquinerie "L'Odyssée" occupait, jusqu'à l'année dernière, le rez-de-chaussée d'un immeuble qui eut son heure de gloire. En effet, durant le règne de Louis XVI, il abrita des ateliers d'un fabricant de cartes à jouer, Jacques Coissieux. La façade a encore gardé ses deux arcades médiévales, certainement du XIVè siècle. Ces dernières avaient mises en valeur lors de réhabilitations précédentes. Aujourd'hui, est annoncée l'ouverture d'une nouveau commerce. Afin que cette façade, qui témoigne de l'histoire du patrimoine architectural de Romans, ne soit pas défigurée, nous demandons au service urbanisme de la ville de Romans de veiller à la conservation de ces deux arcades et de ne pas autoriser l'installation d'enseigne sur ces dernières et sur la façade.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "C'est du cinéma"

    L'Impartial.jpgLa valorisation du centre historique et du calvaire des Récollets doit être au cœur d’une politique culturelle volontariste. Une valorisation qui peut emprunter des chemins inattendus.  L’un d’eux est le cinéma ... (à suivre dans le numéro de "L'Impartial" daté du jeudi 21 octobre 2010).

  • Conférence, vendredi 22 octobre

    FEVRIER  1901.jpgDans le cadre de la fête de la Science, à Romans, vendredi 22 octobre, à partir de 14 h – 17 h médiathèque Simone-de-Beauvoir, conférences : « Evénements climatiques passés et histoire de la météo dans la Drôme » 

     

     

    Première partie (14 h – 15 h 30) : Subir les hivers rigoureux du XVIIe au XXe siècles

    ·  Le grand hiver de 1709 dans le Nord de la Drôme (Laurent Jacquot, professeur d'histoire et géographie, Société d’Etudes Historiques de Romans –Bourg de Péage)
    ·  Les hivers de Michel Forest à Valence (1740-1779) (Philippe Bouchardeau, docteur en histoire, chercheur associé au CNRS, Revue drômoise)
    ·  Les hivers de 1956 et 1970 dans la Drôme (Fernand Avila, professeur de géographie).

    15 h 30 : pause

    Seconde partie ( 15 h 45 – 17 h) : Météo, de la prédiction à la prévision

    ·  Les prédictions météo de Mathieu de la Drôme (Fabien Locher, chargé de recherche au CNRS, Centre de Recherches Historiques, Paris)
    ·  Jalons pour une histoire des premiers météorologues drômois au XIXe siècle, (Philippe Bouchardeau).

    Présentation d’ouvrages et dédicaces à la pause et après les conférences.

  • L'OBJET

    Château Henry 3.JPGRomans-sur-Isère. Mardi dernier, 12 octobre, s’est tenue, en mairie, une réunion de la commission extra-municipale « Urbanisme et patrimoine ». A cette occasion, des participants sont intervenus pour souligner le triste sort du château Henry, sur le chemin des Bœufs, défiguré par l’immeuble résidentiel construit à proximité. La réponse des représentants de l’urbanisme (qui délivrent les permis de construire) mérite d’être rapportée. Ils ont reconnu que l’effet esthétique constaté n’était guère satisfaisant mais, qu’aménager autour du château Henry, au style architectural bien affirmé, relevait de l’exploit et que sa place réelle était au milieu d’un parc ! De plus, ce château ne méritait guère qu’on le valorise car ce n’était qu’un OBJET (vous avez bien lu : un OBJET, au même titre certainement qu’une cabane de chantier) : pourquoi alors s’en préoccuper ? Continuons à construire des immeubles sans âme ! Que le château Henry reflète les goûts artistiques d’une époque, le début du XXè siècle, et l’histoire romanaise,semble échapper à ceux qui sont chargés de concevoir le paysage urbain de Romans pour des décennies à venir : ce n’est guère rassurant !

  • L’avenir de l’usine Jourdan, un peu de cohérence !

    Jourdan  usine   18 juillet 200661.JPG    La presse locale se fait l’écho depuis quelques jours des projets sur le devenir de l’usine Jourdan (démolie ? pas démolie ?). Dans un article précédent, nous faisions le bilan des Journées du patrimoine qui ont vu passer dans l’usine plus de 2000 personnes, et L’Impartial a rapporté, cette semaine, les témoignages émouvants de ces hommes et de ces femmes qui ont passé une partie de leur vie dans ce lieu. Preuve en est que cette usine est un espace emblématique de l’histoire contemporaine de Romans et des Romanais.

        Quelle en sera son avenir ? Rappelons que l’usine Jourdan est la dernière usine « historique » de Romans dont la construction a commencé en 1921 ! La dernière ! Dans l’article publié le 19 septembre, nous proposions de la transformer en un pôle « romanais » de la mémoire et de 150 ans d’histoire de la chaussure « romanaise », avec des notamment des présentations de machines, des expositions et des animations (ce que ne propose pas le musée de la chaussure qui est très peu romanais, car sa vocation est « internationale » ) !

       Les beaux esprits qui se flattent de relancer la production de chaussure à Romans par fidélité à un passé glorieux feraient preuve d’une certaine cohérence intellectuelle en conservant l’usine Jourdan comme témoignage de ce passé qui leur sert de référence. Les choix futurs de la CCPR  ne sont guère rassurants. Voici encore trois ans, la démolition était une hypothèse ; voici quelques mois, seule la conservation de la façade et des bureaux était envisagée ; aujourd’hui, ce sont aussi quelques ateliers qui seraient conservés dans le cadre d’un projet immobilier dont les contours fluctuent en fonction de l’air du temps ! Preuve que la CCPR et la ville n’ont pas de projet de valorisation du patrimoine industriel et se laissent mener par les propositions des promoteurs immobiliers (ce que nous savions déjà avec les aménagements à l’entrée du Pont Neuf et sur le chemin des Bœufs) ! Si un projet pharaonique (comme celui de la cité de la Musique) était proposé à la CPPR, l’usine Jourdan pourrait bien disparaître !

  • Romans et le cinéma : un potentiel à développer

    Cinema 1.JPGRomans-sur-Isère. RomansMag.fr a publié, ce matin 13 octobre, un article titré : « Exclusif ! Bientôt un film sur la chaussure en tournage à Romans ». Et de préciser :  « Le projet est en cours d'élaboration. Le silence des machines est un long-métrage pour le cinéma dont l'action se déroule dans une usine de chaussures menacée par un projet de délocalisation. Réalisé sous la forme d'une comédie musicale, ce film pourrait être tourné en mars 2011 à Romans avec Lambert Wilson, Sylvie Testud et Sophie Guillemin ». Cette information ne peut que nous satisfaire car elle conforte la réflexion que nous menons depuis un mois, reprise dans l’article que le Dauphiné Libéré nous avait consacré le 13 septembre : Romans dispose d’un potentiel environnemental, historique et humain susceptible d’intéresser la production cinématographique (mais attention : "la chaussure" n'en est qu'un aspect, le centre historique et le patrimoine architectural sont aussi importants !). A nous tous Romanais, et en particulier à nos représentants, d’exploiter ce potentiel qui apporte sa contribution au développement économique de notre ville et à la valorisation de son image auprès des touristes, ou des investisseurs.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "La sépulture romanaise de Béatrix de Hongrie"

    L'Impartial.jpgRomans-sur-Isère. Le visiteur qui parcourt la collégiale Saint-Barnard remarquera, à l’angle de la nef et du transept sud, sous le grand crucifix, une dalle funéraire portant les inscriptions : « Béatrix de Hongrie, Naples 1285 – Saint Just de Claix 1354, dauphine, comtesse de Viennois et d’Albon, mère de Humbert II, dernier dauphin qui signa en la collégiale Saint-Barnard, le 30 mars 1349 l’acte définitif de transfert de ses états du Dauphiné à la couronne de France ». Voici l’histoire de ce personnage et l’explication de la présence de sa sépulture à Romans ... (à suivre dans L'Impartial du jeudi 7 octobre)