Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cité de la musique : la peau de l'éléphant !

patrimoine romanais, chapelle, cité de la musique Romans-sur-Isère (Drôme)

   Si l’avenir du centre historique de Romans et la sauvegarde de son patrimoine architectural n’étaient pas en jeu, nous pourrions nous amuser des épisodes pagnolesques du grand feuilleton « cité de la musique ».

   La faillite de l’entreprise Zephyrin est un triste évènement pour les salariés mais elle présente l’avantage de stopper un projet quelque peu risible.

   En effet, la lecture de « Newsletter n°2 » de la cité de la musique, datée de novembre 2011 (site du pays de Romans), annonçait que les murs de la cité de la musique allait être revêtus d’une texture particulière « rappelant une peau d’éléphant » !!! Que ceux qui défendent l’implantation de la cité de la musique dans le quartier de la Presle, nous expliquent comment un bâtiment avec une texture « rappelant une peau d’éléphant » (c’est bien connu, animal incontournable du bestiaire dauphinois !)  peut s’intégrer à un rempart en galets du XIVe, une chapelle à serlienne et des bâtiments hospitaliers et une chapelle du XIXe siècle ?

   Voici le texte de la Newsletter n°2. Au regard des derniers soubresauts de l’actualité, ce texte devient un chef d’œuvre d’humour involontaire et prête à sourir quant à la naïveté des commanditaires du projet « cité de la musique ».

   « DES MURS EN PEAU D'ELEPHANT. Les murs de la Cité de la Musique commencent à s'élever, permettant ainsi de commencer à bien visualiser l'insertion du bâtiment dans le site. Un soin particulier est apporté aux finitions dès ce stade du chantier puisque les murs en béton sont destinés à rester apparents. Aussi, l'équipe de maîtrise d’œuvre a souhaité donner à ce matériau brut une texture particulière rappelant une peau d'éléphant. L'entreprise ZEPHYRIN en charge des travaux de gros oeuvre a relevé le défi d'une technique qu'elle a déjà eu l'occasion de mettre en oeuvre précédemment sur deux chantiers. Aussi, une partie de son personnel est aujourd'hui formée à cette technique qui consiste à insérer un film polyane savamment plissé dans la banche avant de couler le béton. L'entreprise avoue avoir procédé à de nombreux essais avant de parvenir à maîtriser la technique en plissant correctement le film polyane en fonction du résultat attendu. La mise en oeuvre est bien sûr un peu plus longue (environ 20 %) (1) mais le résultat est à la hauteur: les murs montrent un fini fripé qui évoque fort harmonieusement, la peau d'éléphant. La réalisation manuelle et « le coup de patte » du maçon qui donne le plissage du film polyane donnent un résultat irrégulier, pourtant très homogène ».

(1) Commentaire : si le projet de « texture rappelant la peau d’éléphant » n’avait pas été retenu, le gros œuvre de la cité de la musique serait donc aujourd’hui terminé !

Commentaires

  • Voila un titre qui aurait éte plus probant :

    DEFENSE D'IVOIRE

    Rappelons que l'entreprise Zephyrin diminutif de Zephyr dont l'étymologie provient probablement de Zophos " traduction :ténebre , région obscur , et, dans l'illiade Zéphyr est un vent violent ou pluvieux ...Autant de signe néfaste pour le futur temple dont méme Hannibal aurait pu franchir!!!...voila comment on finit au pied de la cheminée..;en vieille peau....D'élephant

Les commentaires sont fermés.