Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonhomme Jacquemart : les faits sont têtus !

Romans-sur-Isère (Drôme)

bonhomme jacquemart,patrimoine romanais   Le feuilleton « bonhomme Jacquemart » continue. Retour sur les mois qui viennent de s'écouler.

   Au mois de février dernier, nous avions signalé que la tête du Jacquemart penchait dangereusement au risque de tomber. Les services de la ville n’ont pas alors cru bon d’intervenir (un premier épisode de l’histoire que RomansMag.com dans sa note du mardi 28 août n’a pas daigné relater !). Le 4 avril, la tête tombe : selon la municipalité, la cause en est le grand froid de ce mois de février ! Nous avançons une autre explication : l’entretien insuffisant du bonhomme depuis des années et nous demandons que l’ensemble du bonhomme soit vérifié.

   Le 17 juillet le bonhomme est descendu. Dans une certaine précipitation, la ville annonce que le bonhomme sera replacé sur la tour pour les journées du patrimoine … puis fait savoir que ce sera en décembre ! L’entretien régulier du Jacquemart (comme tout autre bâtiment patrimonial) paraît une évidence. N’oublions pas que le bonhomme, aujourd’hui en triste état, avait été hissé en janvier 1949,  il y a 63 ans : les restaurations de 1967 et 1974 n’avaient concerné que l’apparence du bonhomme.  

   En cette fin août, même  RomansMag. Com est obligé d’admettre que les faits sont têtus : « Le Bonhomme Jacquemart étant dans un trop mauvais état, un nouveau corps va être sculpté », reconnaissant par là-même que nous avions raison et désavouant les propos des élus de février ! L’édition d’aujourd’hui 29 août du Dauphiné Libéré appui ce triste constat : « le diagnostic est tombé comme un couperet : le bonhomme Jacquemart ne pourra pas remonter sur sa tour […], sous son armure de zinc, le bois était gravement abîmé, attaqué par des années d’intempéries et de vibrations à chaque coup de marteau sur la cloche ; le socle qui le portait s’est même en partie désolidarisé ».

   Le bonhomme descendu ne sera donc pas réutilisé ;  afin de le conserver et de le mettre à l’abris, nous demandons qu’il soit placé dans le hall d’accueil des archives communales à côté de son prédécesseur descendu en 1948 après 65 ans de bons et loyaux services.

     Dernier commentaire : l’absence d’entretien régulier du patrimoine architectural  amène à des situations regrettables et irréversibles pour notre héritage culturel, ce qui vaut pour le bonhomme Jacquemart vaut pour la collégiale Saint-Barnard, le calvaire des Récollets, la maison du mouton, … !

 

 

Commentaires

  • Allo la >Mairie ...plutot qu'ignorer la société d'études historique de Romans -Bourg de Péage dans ces intentions de signaler tels ou tels fait concernant le patrimoine sans paraitre pour autant pour un semeur de trouble à l'ordre tout puissant de la Grande institution: MAIRIE.

    Conjuguons enssembles nos compétences dans un esprit constructif .... nul doute alors que la ville s'en trouve grandit ,le patrimoine ...AUSSI

  • Ce commentaire, mon cher Alain, vaut aussi pour les réalisations récentes( place Macel, WC du conservatoire etc....etc....).
    Il est triste de laisser des initiatives heureuses se faire dégrader de la sorte.
    Un peu de pogne dans ces cas là.
    Jérôme

Les commentaires sont fermés.