Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quel Avenir pour la Chapelle de L'Hôpital

chapelle hopital.jpgPetit rappel historique sur l'histoire de cet édifice et de son site de  l'ancien Hôpital de Romans .

L'Hôpital est confié en 1669 à l'ordre de la charité fondé par Saint Jean de Dieu '2), ordre dépendant des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem puis des templiers et ensuite Malte. La Première église se situait dans les bâtiments et servait à la fois aux malades et aux habitants des quartiers de la Presle et de Saint Romain qui occupait la citadelle sur la colline sud .Cette proximité incontrôlable entre malade  et paroissiens pousse l administration à la construction d'une nouvelle église en 1842.

 

Après les complications dues à la proximité de la Savasse  et les couteux changements de conception, l'église se présente sur un plan jésuite avec une élévation de voûte à douze mètre. Une nette séparation des circulations fait entrer les habitants du quartier par un petit pont sur la rivière et les malades directement à l'étage par le chevet qui communiquait avec les salles de soins .

La chapelle est consacré en 1845 et les travaux de décoration continuent jusqu'en 1894 avec les peintures et vitraux .

En l'absence d'études de l'important fond d'archives de l'Hôpital de nombreuses questions se pose sur l'édifice.?

Au sud , une grande arcade murée de briques devait communiquer avec une  extention , la partie ouest, derrière le chœur, conserve une crypte voutée comblée et le dernier étage couvert de grands quartiers de pierres, était sans doute une terrasse pour les malades.

A l'icroix.JPGntérieur au sol une marqueterie de marbre reprend la croix des chevaliers hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, entourée d'un soleil et d'étoiles comme au plafond de l'église du Saint Sépulcre  .Les  piliers sont marqués de la croix de l'ordre de Malte, le dessin de la balustrade est une reprise de celui de Michel ange pour la Bibliothèque  laurentienne de Florence tandis que la pluie d'étoiles d'or de la voûte du chœur fait allusion au nouveau culte de l'Assomption de la Vierge, promulgué en 1854.

Aujourd'hui le conseil municipal vient de décider de résilier le bail emphytéotique que l'ancienne municipalité avait conclu avec un partenaire privé dans le but  de restaurer cette chapelle .A  l'époque le maire nous avait vendu un beau projet  .De beaux projets dans l'ombre sans.... lumière d'un début de commencement .

Aujourd'hui se pose la question de l'affectation de cette chapelle dont la toiture est en bon état et qui présente un intérêt architectural certain par sa conception à étage comme les chapelles palatines et l'originalité de son décor intérieur, ses arcades de sa crypte et de ses mosaiques.

Le futur musée de Mours  pourrait trouver là son écrin dans le prolongement de la Collégiale de saint Barnard.?

Notre association restera vigilante sur le devenir de cette chapelle qu'il faut préserver, conserver et restaurer . Un projet global doit être définit pour trouver une affectation à cette chapelle...Le dernier conseil municipale de la Ville  reste flou sur le sujet et les chiffres sur une restauration imaginaire ?  : le dauphiné  du 23 septembre avance le chiffre de 170000 euros pour la restauration quand le dernier  conseil  municipale avance 300000 euros  700 000 dans l'Impartial Qui dit mieux ,et, l'ex maire d'avancer une subvention de 100 000 euros sorti de je ne sais quel chapeau..

Il serait  grand temps pour la démocratie( dit participative)  qu'un open data se mette vite en place pour  la Mairie de Romans pour offrir aux citoyens  des informations plus crédibles et sérieuses.

Les commentaires sont fermés.