Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Héléne Tardy

"1677: la mort et la succession d’Hélène Tardy, la plus riche veuve de Romans."

 

"Parmi les fortes personnalités qui ont marqué l’histoire de Romans, Hélène Tardy mérite une attention particulière car cette veuve richissime fut la plus importante bienfaitrice de l’hôpital de Romans, mais également parce que l’on tr45a385c1217fa9383c089c730e6f0e1b.jpgouve dans sa succession les magnifiques tentures brodées du mystère de la passion du Christ, aujourd’hui exposées à la collégiale St-Barnard, dans la chapelle du St-Sacrement.

      Hélène de Loulle, née Tardy meurt le 22 avril 1677 dans son hôtel particulier de la rue de l’Ecosserie. Née à Romans le 7 juillet 1589, elle est la fille d’Antoine Tardy, marchand drapier et d’Anne Delhorme. Lors de son baptême en la collégiale St-Barnard elle est tenue par son parrain Hercule de Sibaud de St Ferriol, lieutenant du gouverneur de la ville. Veuve en premières noces de Michel Servonnet, elle épouse le 3 juin 1611 Pierre de Loulle, avocat consistorial au Parlement de Grenoble. Ce dernier est propriétaire d’un grand nombre de biens répartis sur les deux rives de l’Isère, lui procurant d’importants revenus fonciers. Ses nombreuses charges et fonctions lui conféraient aussi d’énormes indemnités.

 

            C’est dans l’une de ses propriétés, à la Parisière, au Péage de Pizançon, qu’il décède après avoir contracté la peste en janvier 1630. Par son testament en date du 29 décembre 1629 reçu par Me Novel, notaire, il institue sa veuve légataire universelle. Le 31 octobre 1632 sa mère Anne Delhorme disparaît aussi après l’avoir instituée légataire universelle de sa fortune. Ses deux héritages font de la veuve de Pierre de Loulle, la plus importante fortune de la ville. " La suite à lire dans l’Impartial de jeudi.

Les commentaires sont fermés.