Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 28 octobre à 18h30 aux archives communales : une conférence sur Dedelay d’Agier.

dedelay.jpg

A l’invitation de l’Association “Société d’Etudes Historiques de Romans” Monsieur Marc Depras conférencier présentera le thème : Dedelay d’Agier (1750-1827), une référence méconnue, mais de très grande qualité en fiscalité locale. 

 

Né à Romans le 25 décembre 1750 ; la vie, l’oeuvre et la carrière politique de Claude-Pierre Dedelay d’Agier sont indissociablement liées à nos deux villes. Militaire de carrière, il est nommé maire de Romans par le pouvoir royal en 1787. Ouvert aux idées nouvelles il soutient activement le mouvement réformateur, qui mine la fin du règne de Louis XVI. Le maire de Romans est alors arrêté sur une lettre de cachet et enfermé dans le fort de Brescou près d’Agde. En mai 1789 pour l’ouverture des Etats-Généraux à Versailles Dedelay est élu député de la noblesse en remplacement de l’Abbé Dolomieu, il siège ensuite à l’Assemblée Nationale Constituante. Pendant la Terreur, il se retire sur ses terres à Bourg-de-Péage et ne retrouve son fauteuil que sous le Directoire en 1797 et au Conseil des Anciens dont il est élu Président le 1erFloréal An VII. Favorable au coup d’état de Bonaparte le 18 Brumaire il est nommé député au sein du nouveau Corps Législatif, puis en 1800 membre du Sénat Conservateur. Chevalier puis Commandeur de la Légion d’Honneur Dedelay d’Agier accède au titre de comte de l’Empire en 1808. Après la première déchéance de l’Empereur, il est nommé Pair de France par Louis XVIII le 4 juin 1814, mais  Napoléon de retour de  l’île d’Elbe lui propose  un siège de Pair de France  à la Chambre des Pairs Impériale. La période des Cent-Jours définitivement refermée par la défaite de Waterloo, le Comte Dedelay d’Agier perd son siège à la Chambre Haute. Il lui faudra de longues années pour revenir en grâce auprès du roi et retrouver la chambre des Pairs de France en 1819. Dévoué de nouveau à la cause des Bourbon il y siège jusqu’à sa mort le 4 août 1827.

 

Ce sont les multiples facettes de ce personnage incontournable de notre histoire locale et plus particulièrement pour approfondir ses théories fiscales à l’Assemblée Constituante, que nous vous invitons à venir découvrir le 28 octobre aux archives communales.

 

Entrée libre.

Les commentaires sont fermés.