Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 2

  • Romans (Drôme) / Le SCoT, fossoyeur du centre historique de Romans

     SCoT Rovaltain Drôme-ArdècheRomans-sur-Isère (Drôme)

       Mardi 5 novembre, se tient à Romans, un réunion publique sur le « le SCoT Rovaltain- Drôme-Ardèche » ? Romanais et Péageois vous avez vécu jusqu’à présent sans connaître « le SCoT Rovaltain- Drôme-Ardèche» !et bien il faudra maintenant confier votre avenir à ce « SCOoT » là !

       De quoi s’agit-il ? Tout d’abord SCoT signifie  « Schéma de Cohérence Territoriale » Il s’agit d’une nouvelle « couche » dans le découpage administratif du territoire qui se glisse entre les communautés de communes et le département et qui réunit, pour le SCoT dont nous parlons, il chevauche à la fois le territoire "Drôme des collines" et la future super agglomération Valence-Romans-etc  (vous suivez ? regardez la carte de la photo !).

       Mais à quoi ce « machin  technocratique » peut-t-il bien servir ? D'après la "bonne presse", « le SCoT vise le développement harmonieux du territoire et des habitants » dans le domaine de l’économie, du commerce, des transports, de l’habitat, du monde rural, tout cela dans le cadre du développement durable ! C’est beau ! Le site internet du SCoT fournit à profusion de la documentation. Nous avons donc rechercher, parmi des dizaines de pages, les projets du SCoT concernant la valorisation du centre historique de Romans qui constitue, il nous semble, un des maillons de ce « développement harmonieux » pour les Romanais ? Bilan : pas un mot ! A aucun moment, le SCoT ne prévoit une valorisation du centre historique de Romans et de son patrimoine architectural. Voilà donc le monde que nous préparent la bureaucratie technocratique : un monde privé de ses racines culturelles !

  • Romans (Drôme)/ L'Almanach de la Drôme 2014

    Romans (Drôme)

    almanach de la Drôme, patrimoine romanais-péageois   Retrouvez les articles de la SEHR sur le patrimoine et l'histoire de Romans dans l'Almanach de la Drôme 2014 : "Quand les loups dévoraient les enfants ...", "Le monument aux morts de Romans", "Août 1914, Romans et la Grande Guerre".

  • Romans (Drôme) / Centre historique d’Aubenas : un exemple à suivre

    centre historique, patrimoine romanais-péageois, aubenasRomans (Drôme)

       Hier dimanche, 27 octobre, le Dauphiné libéré proposait son supplément « Offre habitat magazine » dans le quel un article, consacré à la ville d’Aubenas, mérite une attention particulière. Cet article dresse un large panorama des actions de cette commune de 11 000 habitants pour son centre historique et démontre qu’une volonté municipale peut transformer un centre historique : un exemple pour les élus de Romans !

    Voici quelques passages de cet article.

    « Relance du commerce en centre-ville et mise en valeur du patrimoine - Une partie du centre historique a été réhabilitée depuis 2009, grâce à l’opération urbaine collective financée par des fonds FISAC (fonds d’intervention des services de l’artisanat et du commerce) dont les acteurs financiers sont l’Etat, l’Europe, la région Rhône-Alpes et la commune.

      La revalorisation du centre historique s’est traduite par la rénovation de la place du château ou de l’hôtel de ville, la piétonisation du centre-ville, en partie réalisée, la réhabilitation de (nombreuses places). L’opération de piétonisation a été judicieusement accompagnée d’un plan de rénovation du centre historique. Des subventions sont versées par la ville aux particuliers qui désirent mettre en valeur leur patrimoine. La subvention façade n’est pas restrictive : elle peut concerner la rénovation d’une porte ancienne, d’une fenêtre à meneaux, d’une ancienne devanture en bois.

      Dix millions d’euros ont été injectés dans l’économie locale pour moderniser les commerces et l’artisanat du centre-ville, rénover les places, les animer. Tout commerce qui fait un investissement lourd de plus de 10 000 € peut être subventionné pour partie dans ses travaux. L’église Saint-Laurent et le château devrait faire l’objet d’une rénovation complète estimée entre 6 et 10 millions €. Donner une plus-value économique et touristique au patrimoine de la ville, telle est l’ambition de la ville d’Aubenas ».

  • Romans (Drôme) / La valorisation du patrimoine : moteur économique

     Romans (Drôme)

    patrimoine romanais-péageois, gazette des communesEn complément de la note publiée hier, nous invitons nos lecteur à lire attentivement un article publié dans « La gazette des communes. com », aujourd’hui 24 octobre. Cet article conforte la démarche de notre association en vue d’un projet global de valorisation du centre historique et de son patrimoine architectural et culturel, s’appuyant notamment sur un tourisme patrimonial volontariste. Nous invitons les Romanais à méditer sur cet article.

     --------------------------------------------------------------------------------

     L’investissement dans le tourisme de patrimoine rapporte plus de vingt fois la mise.

      Le patrimoine n’est pas qu’une charge, mais un placement qui rapporte gros, estime une étude de l’agence régionale du patrimoine. Combien coûte la valorisation du patrimoine ? Combien elle rapporte ? Quel est son poids dans l’emploi en France ? 

      A l’heure où les budgets sont discutés – forcément à la baisse, crise oblige – les collectivités territoriales seraient bien tentées de raboter quelques postes, comme celui de la culture et de la préservation du patrimoine. Surtout pas, insiste une étude nationale des retombées économiques et sociales du patrimoine réalisée par l’agence régionale du patrimoine de la région PACA pour le ministère de la Culture ! Sortie dans l’indifférence en 2009, elle a ressurgi dans la blogosphère à l’occasion des journées européennes du patrimoine de septembre dernier mais aussi à l’approche de la présentation en Conseil des ministres de la loi sur le patrimoine, prévue en décembre 2013.

       Pour l’agence PACA, la formule économique est simple :1 € (investi dans le patrimoine) = 28 à 31 € (de retombées économiques en métropole). L’équation pourrait se traduire ainsi : Tout comptes faits, « L’impact économique national du patrimoine est plus de vingt fois supérieur à ce qu’il mobilise comme dépense d’investissement ». Pour les auteurs, « loin d’être une charge, le patrimoine est un moteur économique important et dynamique » (à suivre dans "la gazette des communes.com"

    ----------------------------------------------------------------------------------------

  • Romans (Drôme) / Une enquête édifiante !

     

    Romans (Drôme)

      marques avenue, centre historique Notre association se désole de la faiblesse du tourisme patrimonial dans notre vieille cité. Certains mettent leur espoir dans les clients de Marques Avenue dont ils aimeraient voir une partie détournée vers le centre historique.

    Afin de quantifier cette opportunité, notre association vient de réaliser une enquête auprès des clients sortant de Marques Avenue, le résultat est édifiant : sur 100 personnes auxquelles nous avons posé cette simple question : « Avez-vous maintenant l’intention de vous rendre dans le centre historique de Romans ? », une seule a répondu par l’affirmative ! C’est à dire 1 % ! Ce résultat implique trois commentaires.

      Tout d’abord que le tourisme commercial ne recouvre qu’à la marge le tourisme patrimonial : le client d’un centre commercial qui veut faire un maximum d’économie ne dépensera pas l’argent qu’il a … économisé pour visiter un monument historique.

       Le second commentaire concerne le volume sur lequel repose ce pourcentage : Marques Avenue annonce une fréquentation de 1,3 million clients par an ! une chance pour notre ville car « 1% » de 1,3 million cela fait quand même 13 000 « clients » par an susceptibles de visiter le centre historique ! Susceptibles car en réalité, ces milliers de touristes on ne les voit pas dans la collégiale Saint-Barnard, déambulant rue des Clercs ou visitant le Calvaire des récollets : cette absence de captation illustre le fiasco de la politique touristique depuis quinze ans du service communication de la mairie et de l’office de tourisme de Romans !

       Troisième commentaire : ce « 1% » souligne que le tourisme patrimonial doit d’abord viser un public spécifique auquel il faut s’adresser, c’est que fait, à son échelle, notre association en accueillant, à la journée, des associations à vocation patrimoniale de la région.

  • Romans (Drôme) : Romans et l'année 1943

    Romans (Drôme)

    nouvel observateur, 1943, laurent jacquotLe dernier numéro hors-série du Nouvel Observateur est intitulé " Résistants et collabos, 1943, la France déchirée". Publication bien conçue dans laquelle vous retrouverez un article de Gilles Vergnon sur " Le Vercors, forteresse de la Résistance " et un article de Jacques Gelin consacré à l'arrestation de Jean Moulin et de ses compagnons, dont Bruno Larat. En illustration du dossier sur le STO, la photo prise par Paul Deval, en gare de Romans, le 10 mars 1943.nouvel observateur, 1943, laurent jacquot

  • Romans (Drôme) / La raviole du Dauphiné à l'honneur

    Romans (Drôme)

    dauphiné libéré, laurent jacquot, raviole, raviole du dauphinéLes éditions du Dauphiné Libéré viennent de publier un hors-série " 75 recettes gourmandes des Alpes" dans lequel  "la raviole du Dauphiné" est mise à l'honneur : un article et un dossier plus culturels et plus raffinés que le concours du plus gros mangeur de ravioles organisé à Romans pendant la fête de la pogne et de la raviole !

    dauphiné libéré, laurent jacquot, raviole, raviole du dauphiné

  • Romans (Drôme) : vous avez aimé " Midi en France " ...

    midi en france, patrimoine romanais-péageois, collégiale saint-barnard

    patrimoine romanais-péageois, visites




    Romans (Drôme)

    Vous avez aimé les reportages et les chroniques de " Midi en France " sur Romans et son pays ?

    Vous aimerez les visites du centre historique de Romans proposées par la Société d'Etudes historiques de Romans tout au long de l'année.

    Pour nous contacter : 04.75.02.92.82  /  SEHR26@orange.fr

  • Romans (Drôme) / Jeudi 17 octobre, dans le Dauphiné Libéré

      Romans (Drôme)

        la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de jeudi 17 octobre un article relatant la visite organisée, le 6 octobre en partenariat avec ACC26, sur le thème "Hommes de Romans"

    dauphiné libéré, laurent jacquot, visite, patrimoine romanais péageois

  • Romans (Drôme) / Samedi 12 octobre, « Les amis du musée de Valence » à Romans

    Romans (Drôme)

       Fidèle à sa vocation de valoriser le patrimoine de Romans et son centre historique, notre association organise au cours de l’année l’accueil de groupes extérieurs sur le thème « Une journée à Romans ». Nous avons déjà reçu des associations de Lyon, de Grenoble, de Viviers.

    amis du musée de valence, calvaire des récollets, patrimoine romanais   En ce samedi 12 octobre, l’association « Les amis du musée de Valence » avait choisi Romans pour l’une de ses sorties annuelles. La SEHR, en partenariat avec les « Amis de St-Barnard et du Calvaire des récollets », a donc reçu 28 adhérents de cette association et ses responsables, et leur a proposé, un « menu » culturel bien rempli.

       La matinée fut consacrée à une visite du Calvaire des récollets puis de la collégiale St-Barnard menée par Jacques Mazade, président des Amis de St-Barnard et du Calvaire des récollets.

    2013 oct 12 a.JPG

      L’après-midi permit de faire découvrir à nos visiteurs le patrimoine architectural de Romans (hôtels particuliers, église N.-D. de Lourdes, …) dont la plupart ignorait l’existence … ce qui justifie (encore plus !) toutes les actions entreprises par notre association pour valoriser ce patrimoine !

    ***********************************

    Présidents ou responsables d'associations romanaises, péageoises ou de la région, n'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez faire découvrir l'histoire et le patrimoine de Romans  à vous adhérents.

  • Romans (Drôme) / « Hommes de Romans », une visite … humaniste !

    Romans (Drôme)

    laurent jacquot, jules nadi, ACC26, patrimoine romanais   Dimanche dernier 6 octobre, la SEHR proposait une visite sur le thème «  Hommes de Romans ». Une visite à vocation culturelle mais aussi humaniste puisqu’il s’agissait de participait aux animations organisées par l’association « Agir contre le cancer 26 » (ACC26).

       Cette participation illustre notre approche du patrimoine et de l’histoire qui, loin d’enfermer et de figer notre héritage culturel dans le passé, souhaite l’inscrire dans la vie quotidienne afin d’améliorer le cadre de vie de chacun et de rappeler à chaque instant les valeurs de notre société, notamment de solidarité, un héritage culturel de la Révolution française et des républiques qui se sont succédé depuis.

  • Prochaine visite, dimanche 6 octobre : " Hommes de Romans"

    jules nadi, hommes de romans, laurent jacquotRomans (Drôme)

        Dans le cadre des animations d'OCTOBRE  ROSE organisées par l'association "Agir contre le cancer 26" (ACC26), la Société d’études historiques de Romans propose, dimanche 6 octobre, une visite dans le centre historique sur un nouveau thème : " Hommes de Romans ".

       Un parcours d'environ 1h30 pour aller à la rencontre des Romanais qui ont eu un destin peu ordinaire ou des hommes de notre histoire nationale qui, un jour, se sont arrêtés dans notre ville. 

    Rendez-vous à 14 h 30, au pied de la tour Jacquemart. Durée de la visite : 1h30. Gratuit. Pour toute information : 04.75.02.92.82./  SEHR26@orange.fr

  • Romans (Drôme) / « Maison du mouton » : Victoire ! … peut-être !

    Romans (Drôme)

    maison du mouton, patrimoine romanais, rue du mouton    Le conseil municipal de Romans a voté, hier soir, une délibération concernant « l’îlot du mouton », c’est à dire le bâti autour de la maison du mouton, entre les rues de l’Armillerie, du mouton et de l’écosserie. Cette délibération vise à imposer aux propriétaires, qui ont laissé en déshérence cet espace, une réhabilitation dans un délai de un à deux ans. Au delà, une enquête d’utilité publique mènera à leur expropriation et à l’acquisition des bâtiments. 

       « Victoire ! » : notre persévérance obtient son premier succès car cela fait des années que nous demandons à la puissance publique d’intervenir efficacement pour sauver cet îlot qui abrite une patrimoine architectural médiéval et Renaissance d’un grand intérêt.

      Cependant, notre satisfaction est à nuancer car se pose la question de la forme que prendra cette réhabilitation. Nous avons à ce sujet quelques inquiétudes car la mairie prévoit de transformer ces immeubles en "logements, commerces et garages" !  Pour nous, ce n’est pas la solution : le patrimoine architectural doit être valoriser en l’ouvrant à tous, touristes et flâneurs et amateurs d’art, et non en le réservant à quelques privilégiés et en fermant les portes comme c’est le cas pour de nombreux hôtels particuliers dans le centre historique. Notre proposition : créer à côté de logements et de boutiques, une maison du patrimoine qui serait aussi un pôle d’animations complémentaire à la collégiale Saint-Barnard, autour de l’histoire et du patrimoine de Romans (salles d’expositions, de conférence, accueil du trésor de Saint-Barnard, annexe de l’office de tourisme, services municipaux du patrimoine, musée de la résistance et de la déportation, etc …).

  • Romans (Drôme) / Journées du patrimoine, les amateurs d’art et d’histoire au rendez-vous

    Romans (Drôme) 

    patrimoine romanais, laurent jacquot   Les deux visites que notre association proposait pendant ces deux journées du patrimoine ont de nouveau réuni, comme pendant l’été, les amateurs d’art et d’histoire de Romans (et d’ailleurs !). Plus de 30 personnes pour la visite sur le thème « Sur la piste des monuments historiques de Romans », plus d’une vingtaine pour la visite du « Calvaire des récollets », des effectifs qui permettent un certain confort d’écoute et des déambulations agréables.

    Des journées cependant moroses : certains de nos visiteurs nous ont fait part, comme les années précédentes, de leur frustration de ne pouvoir participer à toutes les manifestations proposées samedi et dimanche, aussi intéressantes les unes que les autres : une vingtaine sur Romans et Bourg-de-Péage en deux jours, c’est trop ! Sans compter la fête de la pogne et de la raviole ! Nous proposons de nouveau une autre organisation pour l’année 2014 ; un échelonnement de la découverte du patrimoine et de la l’histoire romanaise et péageoise tout au long de l’été, entre le 14 juillet et le 14 septembre, les Journées du patrimoine étant la clôture de cet « été du patrimoine » avec seulement deux ou trois manifestations de prestige.

    patrimoine romanais, romans historique, laurent jacquot

    grand voyage, calvaire des récollets, patrimoine romanais, laurent jacquot

    calvaire des récollets, grand voyage, patrimoine romanais, romans historique, laurent jacquot

  • Romans (Drôme) : dimanche 15 septembre, visite du "Calvaire des récollets" et du "Grand Voyage"

     

    Romans (Drôme)

     grand voyage, calvaire des récollets   Dans le cadre des Journées du Patrimoine, la Société d’études historiques de Romans propose, dimanche 15 septembre une nouvelle visite  : " Le Grand Voyage et le Calvaire des récollets ", un parcours de 2 heures pour découvrir le grand chemin de croix urbain de la ville de Romans avec ses 40 stations.

      Rendez-vous à 14 h 30, côte Poids-des-Farines. Durée de la visite : 2 h. Gratuit. Pour toute information : 04.75.02.92.82./  SEHR26@orange.fr

  • Romans (Drôme) : à lire dans la revue des "Amis du musée de Romans"

    Romans (Drôme)

    musée de romans, pélerinage, grand voyage, laurent jacquotCe mois-ci, à lire dans la revue des "Amis du musée de Romans", un article sur " Romans, ville de pèlerinage".

  • Romans (Drôme) / Forum des associations : à la rencontre des Romanais

     Romans (Drôme)

     forum des associations, patrimoine romanais, laurent jacquotL’édition 2013 du forum des associations, samedi 31 août, nous a permis de constater un fois de plus l’intérêt des Romanais (et des gens d’ailleurs) pour le patrimoine et l’histoire de leur ville. Ainsi, tout au long de l’après-midi, une centaine de personnes se sont succédé à notre stand, intéressés par les activités de notre association, ou souhaitant nous rejoindre, mais aussi pour nous questionner sur l’avenir du patrimoine architectural de notre cité.

    Une réussite qui n’aurait pas été possible sans la présence des bénévoles de la SEHR, qu’ils en soient remerciés. Laurent Jacquot, président de la SEHR.


    forum des associations, patrimoine romanais, laurent jacquotA noter : prochain rendez-vous avec le public, samedi 14 et dimanche 15 septembre pour les journées du Patrimoine.

  • Romans (Drôme) : la vulgarité à l'honneur !

    ravioles, journées du patrimoine, patrimoine romanais, laurent jacquot  Romans (Drôme)

       Cette année, comme l’année dernière, la fête de la pogne et de la raviole se déroule le même week-end que les Journées du Patrimoine. L’argument que les organisateurs ont avancé est que la pogne et la raviole sont les ambassadeurs du patrimoine gastronomique de Romans, ce que chacun reconnaît et que nous défendons depuis des années !

        La valorisation de ce patrimoine mérite des actions qui font revivre les traditions et participent à la culture historique des visiteurs, ce qui est le cas avec la présence de « ravioleuses »,  mais pourquoi, diantre, gâcher cette fête par une animation d’une vulgarité affligeante : « le concours du plus gros mangeur de ravioles » (on devrait dire « bouffeur de ravioles » ! ), comme il y a des concours du plus gros mangeur de saucisses, de frites ou de hamburgers !

        Les ravioles ne valent-elles pas mieux que tous ces produits industriels bas de gamme ? Elles sont présentes sur les tables de notre région  depuis des siècles, elles ont accompagné les fêtes de famille de générations de Dauphinois, elles participent à la mémoire collective de la vie romanaise et se retrouvent, aujourd’hui, à Romans même, l’objet d’une animation peu ragoûtante que certains considèrent, à la mairie, comme un moyen de valoriser le patrimoine de notre ville ! Quel mépris pour notre patrimoine !La culture est tombée bien bas dans notre pauvre ville !

  • Romans (Drôme) / Restauration des monuments historiques : on ne peut pas faire n’importe quoi

     Romans (Drôme)

    charte de venise, patrimoine romanais  La DRAC Rhône-Alpes, sur sa page Facebook, « Patrimoine en Rhône-Alpes », vient de publier une note sur « le code éthique international de la restauration-conservation des monuments historiques » connu sous le nom de charte de Venise. Une lecture qui serait bien utile à la municipalité de Romans et à tous ceux qui prônent la « rénovation » du patrimoine architectural de notre ville en lieu et place d’une « restauration-conservation » définie par la charte de Venise dont voici les principes.

       « L'attitude du restaurateur face à un monument historique a évolué : de la doctrine de restauration-reconstitution dont le chef de file est en France au 19e siècle Eugène Viollet-Le-Duc (1814-1879) jusqu'à la doctrine actuelle de stricte conservation des éléments anciens avec des restitutions limitées et documentées. L'Anglais John Ruskin (1819-1900) jugeant toute restauration destructrice, conseillait par un entretien régulier d'éviter toute intervention radicale : « Prenez le soin voulu de vos monuments et vous n'aurez pas à les restaurer ».

         Une doctrine internationale se met en place : une charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite Charte de Venise (lien ci-dessous), donne un cadre international pour la préservation et la restauration des bâtiments anciens comme des sites urbains ou ruraux. Préparée dès 1957 par les travaux du premier congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques réuni à Paris, elle a été approuvée par le deuxième congrès international réuni à Venise du 25 au 31 mai 1964. La restauration est définie comme « exceptionnelle » et documentée, « elle s'arrête là où commence l'hypothèse ». Les apports de toutes les périodes doivent être respectées, l'unité de style est clairement exclue des buts d'une restauration. Les adjonctions doivent « se distinguer tout en s'intégrant » à l'édifice afin d'éviter toute falsification.

       La France a reconnu dès 1965 ce texte, au travers de la section française du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS France). Il est important pour tous les professionnels (conservateurs, restaurateurs, architectes et entreprises, scientifiques de la conservation) de connaître et de faire connaître ce document qui constitue le cadre international de toute intervention de conservation-restauration ».

    Lire le texte complet de la charte de Venise : http://www.icomos.org/charters/venice_f.pdf.

  • Romans (Drôme) : une initiative pour découvrir le patrimoine religieux de Romans

    Romans (Drôme)

    Patrimoine religieux 1.jpg   Nous souhaitons aujourd'hui faire connaître une initiative pour faire découvrir le patrimoine religieux de Romans. Face à l'inconsistance des actions de la ville de Romans et de l'office de tourisme pour promouvoir ce patrimoine, un collectif a réalisé, l'année dernière, un dépliant proposant, grâce à un plan, un cheminement en 14 étapes sur le thème : "quand profane et religieux se rencontrent". Chaque étape est un bâtiment qui marque encore aujourd'hui le paysage religieux de Romans ou un site emblématique de l'histoire religieuse de notre ville.

       Ce dépliant est disponible à l'accueil de la collégiale Saint-Barnard et sera à votre disposition au stand de la SEHR, lors du Forum des associations, samedi prochain 31 août, salle Charles-Michel.patrimoine romanais, patrimoine religieux, laurent jacquot