Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Articles dans L'Impartial - Page 5

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Il y a 100 ans, l'élection du chanoine Ulysse Chevalier à l'Institut de France "

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-IsèreRomans-sur-Isère (Drôme)

     Voici un siècle, les Romanais apprenaient l’élection, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), du chanoine Ulysse Chevalier, l’un de leurs compatriotes les plus éminents.chanoine ulysse chevalier, ville de Romans, Romans-sur-Isère Il était le fils unique d’un médecin militaire, et historien de Romans, le Dr Ulysse Chevalier.

       Né à Rambouillet le 24 février 1841 où son père était en poste, Cyr-Ulysse-Joseph, pour l’état civil, revient avec ses parents à Romans en 1853, il est alors inscrit au collège de la ville. Le jeune homme ne passe cependant pas son bac et apprend la paléographie et l’histoire des chartes dans les ouvrages que lui prêtent les amis de son père...( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 23 février 2012 )

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " 1956 - 2012, les vagues de froid de février "

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois Romans-sur-Isère (Drôme)

     

     La vague de froid d’une quinzaine de jours, qui vient de se terminer, est un phénomène météorologique quelque peu inhabituel mais pas exceptionnel : février 2012 est assez comparable à janvier 1985. A Romans, entre le 3 janvier et le 18 janvier 1985, la température moyenne fut de - 7°C avec un minimum à – 16°C. Entre le 1er février et le 11 février 2012, c’est une moyenne de - 6°C qui a été relevée, avec un minimum à – 13°C. Cependant, en matière d’hivers rigoureux, la référence pour la mémoire collective reste encore le mois de février 1956, le plus froid du XXè s. Rappelons les faits.( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 16 février 2012 )

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Romans, 1937, l'invasion des doryphores"

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois Romans-sur-Isère (Drôme)

      « Agriculteurs drômois, veillez au doryphore, ce redoutable ravageur des feuilles de la pomme de terre étend très rapidement sa marche envahissante ». Voilà l’alarme lancée en mai 1936, par la direction des services agricoles de la Drôme. En cette année de Front Populaire, les préoccupations des Français ne sont pas seulement politiques : pour les paysans de notre département, l’inquiétude majeure est celle de l’arrivée du doryphore. ...( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 9 février 2012 )

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Charles Ducros (1863-1945), maire SFIO de Bourg-de-Péage" (fin)

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Romans-sur-Isère (Drôme)

       L’année 1923 est marquée par des travaux d’entretien. Des réparations sont effectuées à l’hôtel de ville, sur le clocher de l’église et le portail. Le collège est électrifié, des arbres sont plantés place des Minimes et place Dedelay d’Agier. Cette place prend la physionomie que nous lui connaissons  aujourd’hui...( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 2 février 2012 )

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Charles Ducros (1863-1945), maire SFIO de Bourg-de-Péage"

     Romans-sur-Isère (Drôme)L'Impartial, patrimoine romanais-péageois

      Charles Ducros est né à Bourg-de-Péage le 26 mars 1863, il est le fils de Victor Ducros et d’Annette Gontard. A 20 ans, le jeune homme est dispensé de service militaire au titre de soutien de famille. Ses parents, son épouse et son enfant étant alors entièrement à sa charge  il n’a pas d’autres ressources que son salaire d’ouvrier cloueur.   ...(à suivre dans L'Impartial du 26 janvier 2012)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "23 janvier, c'est la Saint Barnard"

     Romans-sur-Isère (Drôme)L'Impartial, patrimoine romanais-péageois

       Le calendrier que vous utilisez indique peut-être que le 23 janvier est la fête de « saint Barnard ». Il s’agit bien du personnage dont la collégiale porte le nom et qui fut à l’origine de notre ville. Les premières années de la vie de Barnard sont celles des hommes de l’époque de Charlemagne. Il voit en effet le jour dans le Lyonnais vers 778, se marie à 18 ans et suit quelques temps la carrière des armes et la cour de l’empereur. Mais Barnard, à la vocation religieuse certaine, quitte sa femme, après 7 ans de vie commune ...(à suivre dans L'Impartial du 19 janvier 2012)

     

     

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Le numérotage des maisons de Romans"

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageoisLe numérotage des maisons apparaît aujourd'hui comme une évidence, étant le moyen le plus simple pour pouvoir se repérer dans une rue. Cependant, il s'agit d'une fonctionnalité qui, en France, remonte seulement  au XVIIIè s et qui sera défitivement adoptée, à Romans, dans les années 1920 ! ...(à suivre dans L'Impartial du 12 janvier 2012)

     

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "2011, année noire pour le centre historique de Romans"

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   C’est une triste année qui s’achève pour le centre historique de Romans et son patrimoine. La construction de la cité de la musique, quartier de la Presle, prévoit (faut-il le rappeler !) la transformation en local technique, de la petite chapelle du « Repos de Marie » (propriété de la ville) qui sera définitivement défigurée : elle sera éventrée pour permettre l’installation des systèmes de climatisation  ! Ce bâtiment historique et son site sont les nouvelles victimes du vandalisme de l’administration comme le furent, en leur temps, le kiosque ou les halles Jules-Nadi ...(à suivre dans L'Impartial du 5 janvier 2012)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Il y a 60 ans, la reparution de L’Impartial" "

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Le samedi 29 décembre 1951, L’Impartial était de nouveau disponible chez les buralistes romanais et péageois après une absence de quatorze ans. Cet hebdomadaire, fondé en 1883, avait eu, à partir de 1908, comme directeur-adjoint, Henri Deval qui en était devenu propriétaire par la suite. Ce dernier donna à l’hebdomadaire son indépendance tout en lui conservant sa ligne catholique. En 1932, l’imprimerie et la rédaction quittent la rue Giraud pour s’installer, 43 place Jean-Jaurès... (à suivre dans L'Impartial du 29 décembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Années 1930, la garderie de l'école Jules-Nadi"

     

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Les premières décennies du XXè siècle ont vu se développer un intérêt particulier pour le bien être des enfants, comme l’utilité des jouets dans leur éducation ou la nécessité d’une l’alimentation équilibrée. Voici un autre exemple relevé dans les fonds conservés aux archives communales de Romans. D’abord le contexte, la fin des années 1920. La cité Jules-Nadi vient d’être achevée. L'école ouvre ses portes pour une rentrée à deux classes, le 1er juillet 1930 et pour la troisième classe, le 17 novembre. ... (à suivre dans L'Impartial du 22 décembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Romans et le coup d’état du 2 décembre 1851" (fin)

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Le 6 décembre 1851, en prévision des incarcérations qu’il espère, le préfet Ferlay fait savoir au maire Bouzon qui a sa confiance : «  je fais transférer dans la prison de Romans, 11 condamnés détenus actuellement dans celles de Valence ». Le lendemain, en début d'après-midi, ce sont trois à quatre mille insurgés qui arrivent sur Crest. La troupe utilise ses armes. Ferlay arrête que « tout individu qui sera saisi les armes à la main sera fusillé. Tout individu qui aura sonné le tocsin sera traité comme les insurgés pris les armes à la main ». Au même moment, ce 7 décembre, Ferlay adresse une nouvelle dépêche à Bouzon afin de le rassurer, mais ne l’informe pas de la situation à Crest : « Valence est très tranquille. On a arrêté diverses personnes. Je dirai aussi que je suis sans inquiétude (pour Romans) puisque vous êtes à la tête de l’administration et que vous êtes entouré d’un conseil municipal qui nous inspire toute confiance ». ... (à suivre dans L'Impartial du 15 décembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Romans et le coup d’état du 2 décembre 1851"

    L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Février 1848, Paris : la révolution balaie la monarchie du roi Louis-Philippe et donne à la France un nouveau régime : la deuxième République. En décembre a lieu, pour la première fois de l’histoire de France, l’élection d’un « président de la République ». Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de l’empereur Napoléon Ier, est candidat ; il est élu sur un programme novateur mais, dans les semaines et les mois qui suivent, le nouveau régime s’enlise dans un conservatisme social et politique combatif.

       Dans la Drôme, un préfet bonapartiste, Joseph-Antoine Ferlay, est nommé pour mater un département trop agité. Les Républicains les plus avancés s'organisent alors autour du député de Romans, Mathieu-de-la-Drôme et, aux élections législatives du 13 mai 1849, triomphent dans le département qui est mis en état de siège. Le maire de Romans, le franc-maçon Maurice Rochas, est révoqué le 10 juin 1850, l’administration municipale est confiée au conservateur Eloy Bouzon âgé de 60 ans, proche du préfet bonapartiste. Les mauvaises récoltes portent l'exaspération à son comble... (à suivre dans L'Impartial du 1erdécembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Il y a 50 ans, le décés de Joseph-Emile-Jean Fénestrier"

     

    L'Impartilal, patrimoine romanais-péageoisRomans-sur-Isère (Drôme)

     

       Voici 50 ans, le 28 novembre 1961, disparaissait l’un des chefs d’entreprises les plus influents de l’histoire économique de Romans, Joseph-Emile-Jean Fénestrier, patron de la firme UNIC, un homme à la personnalité controversée.J-E-J. Fénestrier est né le 2 mai 1901 à Romans. Sa mère se nomme Juliette Robin ; son père, Joseph, est alors le propriétaire et fondateur de l’une des principales entreprises de chaussures de Romans (la future maison UNIC) et avait été, l’année précédente, maire de Romans. ... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 17 novembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Des liqueurs, du ratafia et du vin"

    L'Impartilal, patrimoine romanais-péageoisRomans-sur-Isère (Drôme)

    Une maison a-t-elle, comme un homme, un destin ? C’est une question à se poser avec l’histoire de la demeure située à l’angle de la rue de l’Écosserie et de la place Maurice-Faure qui accueille, depuis quelques mois, une « cave à vins ». Cette maison renoue ainsi avec l’activité qu’elle avait voici plus de deux cents ans : elle était alors l’atelier de fabrication de liqueurs renommées, celles des « sœurs Morel » ... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 13 octobre 2011)


  • Cette semaine dans "L'Impartial" : les "chauffeurs de la Drôme", "la fausseté des apparences"

    L'Impartilal, patrimoine romanais-péageoisRomans-sur-Isère (Drôme)

     L’épopée des « chauffeurs de la Drôme » est une des pages les plus sombres de l’histoire de notre ville. C’est l’épopée de quatre hommes, David, Berruyer, Liotard et Lamarque, et de leurs complices, qui, entre septembre 1906 et juillet 1908, commirent, dans la région, « 13 assassinats, 20 vols plus de nombreux autres crimes commis par chacun isolément », des crimes pour la plupart fomentés dans un immeuble de la rue Pêcherie où logeaient Berruyer et Liotard. Fin septembre 1908, ces derniers et David sont arrêtés : les Romanais découvrent alors les vrais visages des hommes qu’ils avaient cotoyés pendant des années en ignorant la noirceur de leur âme. .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 6 octobre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Condamnée au bûcher"

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

     

    Singulière histoire que cette affaire judiciaire dont le dénouement fut la condamnation de l’accusée au bûcher, le seul qui fut élevé à Romans.Le contexte de cette histoire : l’époque du dauphin Humbert II qui, en septembre 1345, commande la croisade .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 29 septembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " la chapelle Saint-Pierre de Vérage "

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    A l’ouest de la commune de Romans, en direction de Saint-Bardoux, quartier des Murettes, s’élève à proximité du béal Rochas, au milieu d’un champ, une petite chapelle connue sous le nom de « Saint-Pierre de Vérage » (et non de « Véronne » comme indiqué sur la colonne élevée en bordure de la route). Pourquoi une chapelle en ce lieu ? D’où vient son nom ?   Trouvons d’abord des réponses à la seconde question. La référence la plus ancienne à cette chapelle se trouve dans une charte de la collégiale Saint-Barnard datée de 1050 . .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 22 septembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "1938, du lait pour les tout-petits "

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

     

     Le début du XXè siècle a vu se développer, en France, le soucis du bien-être des jeunes enfants. Un bien-être qui associait étroitement la santé à une bonne alimentation, démarche à l’origine de la création des cantines scolaires dans les maternelles de Romans, dès 1901. Dans les années 1920, la municipalité Jules Nadi s’inscrivit dans ce mouvement avec la création de la « goutte de lait », « de la consultation des nourrissons » et des « visiteuses de l’enfance ». Avec la crise des années 1930 et le chômage qu’elle provoqua dans la population ouvrière de Romans, la mauvaise alimentation des jeunes enfants issus des milieux les plus défavorisés suscita de nouveaux des inquiétudes. .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 8 septembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Romans en 1892, vue par la presse lyonnaise"

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    Les documents iconographiques représentant Romans au XIXè siècle sont rares. Il faudra attendre les derniers années de ce siècle pour voir la carte postale vulgariser la photographie et nous laisser des fonds conséquents. Le document présenté aujourd’hui est une gravure méconnue de notre ville datée de 1892. Elle illustrait un article publié le 16 octobre dans Le Progrès illustré, supplément hebdomadaire du quotidien Le Progrès de Lyon .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 1er septembre 2011)

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "1909, les tout-petits et leurs jouets perdus"

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

      C’est vers la fin du XVIIIe siècle qu’apparaissent les premières structures de garde et d’instruction pour les très jeunes enfants, « les tout-petits ». «  les salles d’asile ou salles d’hospitalité », sont les prémices de ce qui deviendra l’école maternelle. C’est la loi du 16 juin 1881, proposée et défendue par le ministre de l’instruction publique Jules Ferry, qui définit « l’école maternelle publique » comme une école gratuite, laïque mais non obligatoire. .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 28 juillet 2011)