Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos valeurs et nos objectifs

  • La ministre et le patrimoine

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais, filippetti, sauvegarde du patrimoine romanais- Au mois de septembre dernier, à l’occasion des Journées du Patrimoine, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait présenté, lors d’une conférence de presse, ses conceptions sur le « patrimoine », des conceptions que nous partageons pour Romans.
    - « La France est l'un des pays d'Europe les plus richement dotés en patrimoine. Ca représente donc beaucoup d'emplois dans la restauration et l'entretien des bâtiments, mais aussi dans le tourisme. […] Pour moi il y dans tout ça enjeu de citoyenneté. Visiter un château, une école, une église, c'est marquer son attachement à notre pays, c'est une manière de s'inscrire dans notre histoire commune ». Qu'est-ce qui menace le plus le patrimoine français aujourd'hui ? « La plus grande menace, ce sont les vols et les pillages. […] L'autre menace, c'est la volonté parfois de trop aménager le patrimoine, de considérer qu'il pourrait être un obstacle au développement économique. C'est tout l'inverse ! Le patrimoine, c'est du développement économique. Lorsqu'on le protège, on ne muséifie pas le pays : on le fait fructifier. […], lorsqu'on investit 700 millions d'euros par an dans le patrimoine, ça en rapporte 20 milliards en matière de tourisme. C'est donc quelque chose de rentable ». Bel argument dont nos élus devraient prendre conscience pour investir bien davantage dans le patrimoine architectural de notre ville et notamment dans la collégiale Saint-Barnard et le calvaire des récollets.

  • D'hier à demain

    Plaque 1 mod.JPGS’il fallait résumer la finalité de la démarche de notre association, nos pourrions simplement dire qu’il s’agit de transmettre aux générations futures les valeurs qui fondent notre civilisation. Des valeurs qui sont culturelles avec la sauvegarde du patrimoine architectural mais aussi humanistes avec la reconnaissance de la place unique que chacun tient dans l’histoire. Ce respect de l’autre, de sa vie et de sa mort, est une  de ces valeurs ; c’est aussi une des fonctions de l’éducation, et c’est une grande satisfaction de constater que des élèves, comme ceux du lycée du Dauphiné, se sont impliqués dans un travail sur la mémoire et sur l'histoire, pour sortir de l’oubli des jeunes de leur âge, morts pendant les combats de la Première Guerre mondiale. Romansmag.fr/articles et L’Impartial n’ont pas manqué de souligner l’importance d’entretenir et de renforcer les liens que les générations doivent tisser entre elles.

  • Agir pour le centre historique de Romans

    Laurent JACQUOT, professeur d'histoire

     

    Dans un monde où les valeurs qui faisaient la cohésion d’une nation s’affaiblissent, chacun de nous recherche des repères rassurants, nous les trouverons dans l’héritage culturel de siècles de civilisation qui est l’essence même de l’Humanité : la déliquescence des références culturelles est la source du communautarisme incompatible avec des valeurs universelles.

    Un héritage culturel qui est là, sous nos yeux, lorsque nous parcourons le centre historique de Romans ; un espace riche de son patrimoine architectural qui est aussi un espace de vie et participe au développement économique ; un espace qui est aussi un modèle urbain le plus à même de relever les défis du développement durable.

    Aujourd’hui, la valorisation du centre historique de Romans, c’est à dire une promotion globale, cohérente et volontaire, est insignifiante. Le centre historique de Romans n’est plus un espace de « vie de quartier » et les visiteurs n’ont guère l’impression d’être les bienvenus. Le centre historique n’est pas, non plus, un espace de vitalité économique qui ne peut guère compter sur des animations trop rares et souvent en marge des grandes manifestations annuelles organisées dans le reste de la ville.

    Depuis plus d’une décennie, les municipalités successives n’ont pas manifesté de vision sur le devenir du centre historique. En effet, se sont succédé, ou juxtaposé, des réalisations ponctuelles qui ne s’inscrivent dans aucune réflexion globale telle l’implantation de la cité de la musique qui n’est pas conçue pour aménager le centre historique.

    Le centre historique doit redevenir le cœur de la cité, c’est une priorité pour conserver à Romans une « âme » et ne pas transformer notre vieille cité en une banale cité dortoir. Ce projet doit être conçu dans sa globalité : valorisation du patrimoine architectural et historique, développement des animations susceptibles d’attirer touristes et flâneurs et de favoriser le commerces de proximité, soucis constant pour améliorer le cadre de vie par le renforcement de la sécurité, l’aménagement de parking et la réhabilitation du bâti. Un projet qui ne peut réussir sans l’implication des acteurs du quartiers, habitants et commerçants. Avoir cette ambition pour le centre historique de Romans, ce n’est pas se réfugier dans la nostalgie d’un passé idéalisé, c’est croire dans les valeurs intemporelles et humanistes de la culture, seules capables de renouer ce lien social dont notre ville a besoin !

    Notre association va porter ce projet. Son ambition humaniste est de favoriser l’accès à cette culture patrimoniale au plus grand nombre notamment à ceux qui en sont exclus ; une association qui sera aussi un espace de réflexion et une force de propositions sur l’avenir du centre historique. L’association commence dès à présent ses activités et propose pendant l’été de découvrir le patrimoine architectural de Romans-sur-Isère avec des visites gratuites du centre historique. Pour toute information, contacter le 04.75.02.92.82 ou « SEHR26@orange.fr ».