Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amis de saint-barnard

  • Romans (Drôme) / Collégiale Saint-Barnard : 21 juin, vernissage de l'exposition Pierre Buraglio

     amis de saint-barnard, laurent jacquot, collégiale saint-barnard, patrimoine romanaisRomans (Drôme)

    L'association " les Amis de Saint-Barnard " vous invite, tout au long de l'été, à venir découvrir l'œuvre de Pierre Buraglio exposée dans la chapelle du Saint-Sacrement.


     St B Buraglio.jpgPierre Buraglio.jpg



     

     

  • Romans (Drôme) / Collégiale Saint-Barnard : les concerts de l'été 2013

    amis de saint-barnard, laurent jacquot, collégiale saint-barnard, patrimoine romanaisRomans (Drôme)

    Pendant tout l'été, l'association "les Amis de Saint-Barnard" propose aux Romanais et aux visiteurs des concerts dont voici le programme.

    saint-barnard, amis de saint-barnard, concerts, laurent jacquot, patrimoine romanais

  • La ville de Romans et son patrimoine : ça patauge !

    Romans (Drôme)

    saint-barnard, laurent jacquot, latifa chay, amis de saint-barnard et du calvaire des récollets    Dans son dernier numéro, Romans-Mag (n°278, mai 2013) tente désespérément de sauver la politique patrimoniale de la municipalité (comme chaque mois !) en consacrant une page entière à la collégiale Saint-Barnard. Cet article assène des « vérités » (comme à son habitude) qui font sourire tous ceux qui sont au cœur de toutes les réflexions sur le patrimoine et le centre historique.

       Le sous-titre d’abord laisse dubitatif : « la collégiale Saint-Barnard est sans doute l’un des plus beaux fleurons du patrimoine romanais ». « Sans doute » : ah bon ! certains auraient besoin de cours d’histoire de l’art afin de ne plus avoir de « doute » sur l’exceptionnelle qualité architecturale de la collégiale !

        Le sous-titre se termine ainsi : « un capital que la ville s’attache à valoriser, comme l’ensemble de son patrimoine » ; facile à dire ! mais que fait la ville, chaque jour, pour valoriser la collégiale et le calvaire des Récollets ?

        L’article se poursuit en martelant d’autres vérités pour « enfumer » les lecteurs : « la collégiale est l’objet de toutes les attentions ; les interventions se succèdent pour son entretien, sa restauration, sa valorisation » : « se succèdent »,  ah bon ! nous aimerions bien avoir la liste de « ces interventions » jour après jour, puisqu’elles « se succèdent » ! Pour la mairie, installer « dix spots », 25 m de « garde corps », remplacer quelques m² de « toitures » et faire « l’inventaire » de quelques objets mobiliers devient un événement médiatique majeur de « valorisation » ! L’article se termine avec un dernier rideau de fumée : « et l’on pourrait citer encore bien d’autres exemples » : lesquels ???.

       L’adjointe à la culture clôt cette logorrhée municipale en martelant de nouveau « les vérités municipales » : « les derniers travaux réalisés ou à venir, sur ce bâtiment, mais aussi sur d’autres comme le musée ou encore le calvaire des Récollets, s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie globale de valorisation du patrimoine » : « stratégie globale de valorisation », on aimerait bien la connaître ! quant « aux travaux à venir sur le calvaire des Récollets » : lesquels ? avec quel budget ? seront-ils terminés pour le cinquième centenaire du calvaire, en 2016 ?

      Finalement cet article de Romans-Mag reprend des techniques de communication orientée bien rodées. Un article qui donne le beau rôle à la municipalité quant à la « valorisation de la collégiale » mais qui oublie volontairement ceux qui, chaque jour, ouvrent la collégiale, assurent son entretien et en organisent des visites, des animations et des expositions : …. les adhérents de l’association des « Amis de Saint-Barnard et du calvaire des Récollets » !!!