Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

août 1944

  • Romans (Drôme) / 22 – 30 août 1944, la Libération de Romans et de Bourg-de-Péage

    Romans (Drôme)

    libération de romans, août 1944   En ce samedi 24 août 2013, est commémorée la Libération de Romans et de Bourg-de-Péage. Les événements en question se déroulent entre le 22 et le 30 août 1944.

         Depuis septembre 1943, Romans et Bourg-de-Péage sont occupées par une garnison allemande de 190 hommes. Des maquisards, survivants des combats et des massacres du Vercors, en juillet 1944, se regroupent dans les collines autour de Romans ; le 15 août, les Américains débarquent en Provence. En quelques jours, les armées allemandes sont repoussées et reçoivent l'ordre de battre en retraite par la vallée du Rhône.

         A Romans, l'apparente rapidité de la progression des Américains laisse croire à leur arrivée prochaine. C'est alors que certains éléments de la Résistance, notamment du 11è cuirassiers, décident de libérer Romans, le 22 août, et attaquent la garnison allemande. En fin de journée, la ville se croit libérée, la population est en liesse. Mais le lendemain, les Américains venant de Grenoble ne font que passer, de violents combats se déroulant alors autour de Montélimar-Crest-Livron.

         Les Allemands sont encore à Valence et à Tain : le 27 août, ils reprennent Romans. Dans la ville, des portes sont fracturées. Sous la mitraille, les Allemands pillent des magasins et des appartements abandonnés par leurs propriétaires, et, quelquefois accompagnés de « collabos », visitent les maisons à la recherche des Américains et des Résistants. Pendant trois jours, beaucoup de Romanais et de Péageois vont se terrer dans leur cave et les Résistants se cacher pour échapper à la mort ; d'autres s'enfuient vers les coteaux environnants.

         Mais dans la vallée du Rhône et de l'Isère, les Américains sont victorieux.Les Allemands savent qu'ils ne pourront plus se maintenir très longtemps dans nos deux villes, le 29 août, à 6 h, ils font sauter le Pont Vieux, des grenades incendiaires pleuvent sur le collège (aujourd'hui Lycée Triboulet) et la caserne Bon.A l'aube du 30 août, la canonnade devient furieuse. Les Allemands stationnés à Bourg-de-Péage se replient sur Romans : à 8 h, le Pont Neuf est détruit mais la charge du barrage de Pizançon est désamorcée; les panzers évacuent la ville. Le dernier Allemand quitte Romans vers 11 h 30. En début d'après-midi les Américains et les Résistants entrent dans la ville : ainsi s'achèvent, pour les Romanais et Péageois, 10 mois d'occupation allemande et 4 ans de privations sous la botte du Régime de Vichy.