Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

auguste bouvet

  • Le monument à Auguste Bouvet : une restauration s'impose

        La commémoration du centenaire du lycée Bouvet est l’occasion de rappeler le prestige qu’Auguste Bouvet avait acquis auprès de la population romanaise en 1900.

        Lorsque son décès à Lyon, le 15 février 1902, est connu dans notre ville, l’émotion est sincère. En signe de reconnaissance, le 1er mai, le conseil municipal de Romans décide d’élever au cimetière un mausolée et de donner son nom à une rue. Raphaël Dorne, architecte de la ville, est chargé du projet et fournit les dessins du monument. Des sculpteurs sont sollicités. C’est finalement Auguste Chabre-Biny, qui est retenu en avril 1903 ; voici les termes de son contrat avec la ville conservé aux archives communales de Romans. « Le monument sera en pierre des carrières de l’Echaillon premier choix, traitée avec toute la perfection possible, sans joint vertical apparent pour la pyramide et le socle. La plinthe moulurée sera en pierre de Ruoms ou de Chomérac finement bouchardée, le buste sera en Bronze. Le tout taillé, bouchardé avec ciselures polies et parties sculptées. Sont également comprises les fondations qui formeront caveau pour un seul cercueil. Le tout sera fourni, livré et mis en place pour que l’inauguration puisse avoir lieu le 30 août prochain (1904) Le prix est fixé à 5850 francs ». 

       Le 7 mai 1903, le conseil municipal approuve l’édification du monument proposé qui est terminé dans les temps.

    ville de romans,auguste bouvet

       Dans notre ville, les monuments élevés à des personnalités sont très rares, celui  dédié à Auguste-Bouvet est aujourd’hui dans un triste état. La ville, qui en est propriétaire, serait bien inspirée de le restaurer, en mémoire de l’engagement d’Auguste Bouvet pour « l’instruction publique » ou tout simplement pour marquer son attachement à l’enseignement technique et professionnel aujourd’hui bien malmené par le gouvernement !