Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

centre historique

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Il y a 40 ans, la fermeture des halles Jules-Nadi " (fin)

     bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

     Le bilan économique et démographique du centre historique de Romans est alors inquiétant : entre 1968 et 1975 sa population a baissé de 32 % ; certains annoncent que si rien n'est fait « d'ici quinze ans, ce serait une deuxième Pavigne ». En janvier 1970, la municipalité Pierre Didier reçoit un premier projet d'un groupe de commerçants réunis dans la SCID (Société des Commerçants Indépendants de la Drôme). Il s'agit de « raser les anciennes halles pour édifier à leur place un ensemble immobilier comprenant, outre de nouvelles halles, des appartements et des commerces » ... (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 28 novembre 2013).

  • Romans (Drôme) / Centre historique d’Aubenas : un exemple à suivre

    centre historique, patrimoine romanais-péageois, aubenasRomans (Drôme)

       Hier dimanche, 27 octobre, le Dauphiné libéré proposait son supplément « Offre habitat magazine » dans le quel un article, consacré à la ville d’Aubenas, mérite une attention particulière. Cet article dresse un large panorama des actions de cette commune de 11 000 habitants pour son centre historique et démontre qu’une volonté municipale peut transformer un centre historique : un exemple pour les élus de Romans !

    Voici quelques passages de cet article.

    « Relance du commerce en centre-ville et mise en valeur du patrimoine - Une partie du centre historique a été réhabilitée depuis 2009, grâce à l’opération urbaine collective financée par des fonds FISAC (fonds d’intervention des services de l’artisanat et du commerce) dont les acteurs financiers sont l’Etat, l’Europe, la région Rhône-Alpes et la commune.

      La revalorisation du centre historique s’est traduite par la rénovation de la place du château ou de l’hôtel de ville, la piétonisation du centre-ville, en partie réalisée, la réhabilitation de (nombreuses places). L’opération de piétonisation a été judicieusement accompagnée d’un plan de rénovation du centre historique. Des subventions sont versées par la ville aux particuliers qui désirent mettre en valeur leur patrimoine. La subvention façade n’est pas restrictive : elle peut concerner la rénovation d’une porte ancienne, d’une fenêtre à meneaux, d’une ancienne devanture en bois.

      Dix millions d’euros ont été injectés dans l’économie locale pour moderniser les commerces et l’artisanat du centre-ville, rénover les places, les animer. Tout commerce qui fait un investissement lourd de plus de 10 000 € peut être subventionné pour partie dans ses travaux. L’église Saint-Laurent et le château devrait faire l’objet d’une rénovation complète estimée entre 6 et 10 millions €. Donner une plus-value économique et touristique au patrimoine de la ville, telle est l’ambition de la ville d’Aubenas ».

  • Romans (Drôme) / Une enquête édifiante !

     

    Romans (Drôme)

      marques avenue, centre historique Notre association se désole de la faiblesse du tourisme patrimonial dans notre vieille cité. Certains mettent leur espoir dans les clients de Marques Avenue dont ils aimeraient voir une partie détournée vers le centre historique.

    Afin de quantifier cette opportunité, notre association vient de réaliser une enquête auprès des clients sortant de Marques Avenue, le résultat est édifiant : sur 100 personnes auxquelles nous avons posé cette simple question : « Avez-vous maintenant l’intention de vous rendre dans le centre historique de Romans ? », une seule a répondu par l’affirmative ! C’est à dire 1 % ! Ce résultat implique trois commentaires.

      Tout d’abord que le tourisme commercial ne recouvre qu’à la marge le tourisme patrimonial : le client d’un centre commercial qui veut faire un maximum d’économie ne dépensera pas l’argent qu’il a … économisé pour visiter un monument historique.

       Le second commentaire concerne le volume sur lequel repose ce pourcentage : Marques Avenue annonce une fréquentation de 1,3 million clients par an ! une chance pour notre ville car « 1% » de 1,3 million cela fait quand même 13 000 « clients » par an susceptibles de visiter le centre historique ! Susceptibles car en réalité, ces milliers de touristes on ne les voit pas dans la collégiale Saint-Barnard, déambulant rue des Clercs ou visitant le Calvaire des récollets : cette absence de captation illustre le fiasco de la politique touristique depuis quinze ans du service communication de la mairie et de l’office de tourisme de Romans !

       Troisième commentaire : ce « 1% » souligne que le tourisme patrimonial doit d’abord viser un public spécifique auquel il faut s’adresser, c’est que fait, à son échelle, notre association en accueillant, à la journée, des associations à vocation patrimoniale de la région.

  • Romans (Drôme) / Jeudi 17 octobre, dans le Dauphiné Libéré

      Romans (Drôme)

        la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de jeudi 17 octobre un article relatant la visite organisée, le 6 octobre en partenariat avec ACC26, sur le thème "Hommes de Romans"

    dauphiné libéré, laurent jacquot, visite, patrimoine romanais péageois

  • Romans (Drôme) : aujourd'hui, dans le Dauphiné Libéré.

     Romans (Drôme)

       la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de ce jour, vendredi 9 août 2013, un nouvel article sur les visites que la SEHR propose, tout au long de l'été pour découvrir le patrimoine et l'histoire de Romans.  Et dire que certains estiment, notamment à la mairie et à l'office de tourisme, que notre ville ne peut pas devenir un pôle de tourisme patrimonial ...

      Des visites pour lesquelles nous recevons de nombreux témoignages de satisfactions et d'encouragements à poursuivre nos activités pour promouvoir notre ville, auprès du monde extérieur, comme une "cité de patrimoine et d'histoire".

     Pour connaître le programme complet des conférences et des visites à venir : 2013 L'été du patrimoine.

    patrimoine romanais, centre historique,

  • Romans (Drôme), « Romans, l’historique… »

     Romans (Drôme)

     dauphiné libéré, patrimoine romanaisL’édition de ce jour du Dauphiné Libéré, vendredi 2 août, consacre sa rubrique « Un jour, un lieu » à notre ville, avec ce titre « Romans, l’historique … » en mettant en valeur la collégiale Saint-Barnard, Jacquemart, le marché place Maurice-Faure, l’espace visitation, la caserne Bon, c'est à dire le centre historique et les monuments phares du patrimoine romanais.

       Un slogan qui reflète une réalité que la SEHR défend au fil des mois : grâce à son histoire millénaire et à son patrimoine, Romans peut devenir un pôle régional de tourisme patrimonial. L’image de notre ville est en train d’évoluer, les auteurs de l’article du Dauphiné Libéré l’ont bien saisi : le slogan actuel affiché sur les panneaux placés aux entrée de la ville, « Romans, capitale du cuir et de la chaussure », est une fanfaronnade nostalgique qui n’est plus une réalité, ce que souligne le Dauphiné Libéré en écrivant : « Quand on visite Romans, ancienne capitale de la chaussure … ».

     L’article présente également l’interview d’une famille de vacanciers, leurs réponses : « nous avons fait le choix de nous arrêter à Romans avec pour objectif de profiter des magasins d’usine … », ces propos démontrent que la promotion de Romans comme « ville d’histoire et de patrimoine » reste à faire, une nouvelle image de notre ville qui, malheureusement, n’est pas celle retenue par la municipalité et l’office de tourisme de Romans.

    dauphiné libéré, patrimoine romanais, centre historique

     

  • Romans (Drôme) : Les Journées du patrimoine (14 - 15 septembre 2013)

    Romans (Drôme)

    journées européennes du patrimoine, maison thomé

    Les samedi 14 et dimanche 15 septembre se dérouleront les Journées européennes du patrimoine 2013.

    Cette année, dans toute la France, sera commémoré, à cette occasion, le centenaire de la loi de 1913 qui constitue le socle fondamental de protection des monuments historiques. Elle prévoit un mécanisme simple et ingénieux qui s'adapte automatiquement aux changements de la conscience patrimoniale, à travers la formulation suivante : « Les immeubles dont la conservation présente, au point de vue de l'histoire ou de l'art, un intérêt public, sont classés comme monuments historiques ». Dès lors qu'un immeuble présente un tel intérêt, l'État a le devoir et pas seulement la faculté d'en assurer la conservation par une mesure de classement.

    La SEHR s'associe à cette commémoration en proposant deux visites (gratuites et sans inscription préalable) illustrant le thème retenu.

    • Samedi 14 septembre - « Sur la piste des monuments historiques de Romans ». Parcours d'1h30 à la découvertes des bâtiments de la commune de Romans classés « monuments historiques » ou « inscrits à l’inventaire supplémentaire ». Départ : 14 h 30, 2 quai Ulysse-Chevalier.
    • Dimanche 15 septembre - « Un monument historique :  Le Grand Voyage et le Calvaire des récollets », Chemin de croix composé de 40 stations-chapelles disséminées dans le centre historique de Romans et se terminant au calvaire des récollets. Retraçant la passion de Jésus-Christ, le Grand Voyage fut conçu au début du XVIe siècle et remanié au XIXe siècle. Départ : 14 h 30, côte Poids-des-Farines.

     

  • Romans (Drôme) : deux stations du Grand Voyage taggées

    Romans (Drôme)

    L’un de nos correspondant vient de nous signaler un nouvelle atteinte au patrimoine architectural de Romans, il concerne cette fois les deux stations du Grand Voyage situées rue de Montalivet, et restaurées l’année dernière, qui viennent d’être taggées. Nous demandons à la mairie de faire le nécessaire pour effacer ces tags.

    grand voyage, Laurent jacquot, calvaire des récollets, grand voyage, romans historique, romans patrimoine

    grand voyage, Laurent jacquot, calvaire des récollets, grand voyage, romans historique, romans patrimoine

  • Romans (Drôme) : le tourisme patrimonial à l'honneur

     Romans (Drôme)

      la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanais

     

     Dans l'édition de ce jour, samedi 27 juillet 2013, du Dauphiné Libéré, une présentation de nos animations estivales pour valoriser le patrimoine de Romans et faire connaître l'histoire de la vieille cité dauphinoise ; la démonstration d'une évidence dont la mairie n'a pas conscience : Romans a le potentiel pour devenir un pôle régional de tourisme patrimonial.

    Pour connaître le programme complet des conférences et des visites à venir : 2013 L'été du patrimoine blog.pdf.

    patrimoine romanais, visites guidées, conférences, Laurent Jacquot, romans historique, patrimoine romanais

  • Romans (Drôme) / « L’été du patrimoine » : visite guidée, dimanche 28 juillet

      Romans (Drôme) .

     été du patrimoine,femmes,centre historiqueLa Société d’études historiques de Romans propose en juillet et en août des conférences sur l’histoire de Romans et des visites à thème du centre historique.

    Prochaine visite : dimanche 28 juillet, « Femmes de Romans », à la découverte des lieux de vie et d'action des Femmes qui ont marqué leur époque.

     

    Rendez-vous à 14 h 30 sur le parvis de la collégiale Saint-Barnard. Participation : 5 €.

    Programme complet de nos visites et de conférences, à consulter et à télécharger 2013 L'été du patrimoine.pdf

  • Les dérives de l'office de tourisme de Romans

    Romans (Drôme)

    romans tourisme, patrimoine romanais, office de tourisme, laurent jacquot   Un office de tourisme est un centre d’information dont les missions institutionnelles sont l’accueil, l’information et la promotion du tourisme sur un territoire, à destination d’un public large, allant de la population locale, aux excursionnistes et en passant par les visiteurs extérieurs, et de faciliter le séjour sur ce territoire.

        Ces missions sont définies par les articles L133 du code de tourisme, missions qu’un OT se voit confier en gestion direct (organismes de droit public : régie, EPIC) ou en gestion indirecte (organisme de droit privé : association, SEM etc.) avec mise en œuvre le cas échéant d’une délégation de service public (loi du 29 janvier 1993 dite : Sapin). Selon l’article L133-3, un OT doit notamment « coordonner les interventions des divers partenaires du développement touristique local ».

       A Romans, l’OT a quelque peu oublié cet alinéa ! En effet, lorsqu’un responsable de la SEHR a demandé, ce dimanche 14 juillet 2013, aux agents de l’annexe de l’office de tourisme,  installé dans les locaux de « Romans cœur de ville », place Maurice-Faure, s’il existait des associations qui organisaient  des visites du centre historique, il lui a été répondu : « Oui ! mais nous ne connaissons pas le programme des autres associations » alors que l’affichette de la SEHR présentant son programme « l’Eté du patrimoine » était placardée  sur la vitrine de « Romans cœur de ville » à quelques centimètres des agents en questions !

        Quand notre association demande à l’OT de distribuer gratuitement la carte postale que nous avons éditée pour faire connaître le patrimoine de Romans, l’OT nous oppose un refus masqué par l’excuse que la carte postale comprend la publicité de notre sponsor ! comme chacun le sait l’OT ne propose aucun document avec des insertions publicitaires de sponsors !!!  L’OT a-t-il vraiment la volonté de promouvoir notre ville et son patrimoine historique ?

         Le vacancier d’aujourd’hui est internaute : 77% des touristes préparent leurs vacances sur internet. Le touriste d’aujourd’hui est équipé d’un smartphone qui représente 46,2% du parc national de téléphonie mobile. Les deux  tiers  des voyageurs n’entrent jamais dans un OT et la tendance globale penche plutôt vers une baisse de fréquentation. Dans ce contexte qui bouscule les cultures des professionnels du secteur, la tendance est de s’ouvrir à tous les partenaires d’un secteur pour œuvrer collectivement  à la promotion d’une ville, l’office de tourisme de Romans est-il conscient de cette évolution et de l’enjeu que peut représenter pour notre ville, en terme de retombées économiques, le développement d’un tourisme patrimonial autour de la collégiale et du centre historique ?

  • Romans (Drôme) / Les nouveaux quais : cherchez les toilettes publiques !

       Romans (Drôme)

     quais ulysse-chevalier, patrimoine romanais, romans patrimoine, quai Chopin, laurent Jacquot Le réaménagement des quais vient de se terminer et déjà des promeneurs, piétons ou cyclistes, se posent des questions ! . L'une d'elles concerne l'absence de toilettes publiques … alors que la ville souhaitent transformer les berges de l'Isère en un espace de promenade ! Une occasion manquée qui souligne la méconnaissance de la part des services techniques et des élus de la ville des problèmes et des enjeux du centre historique.

       L'absence de toilettes publiques dans un espace que nous souhaitons touristique est un sujet de discussions depuis plus de ... 20 ans ! D’aucuns rétorqueront que des toilettes publiques dans le centre historique, il en existe déjà, certes mais, place Zamenhof ... elles sont fermées ! au pied de Jacquemart ... elles ne sont pas terminées ! rue de la banque ... elles sont dignes d'un quartier glauque des années 30 ! Les travaux sur les quais auraient dû être l'occasion d'offrir des toilettes qui ne feraient pas honte à une ville touristique, par exemple en installant un édicule intégré au site, à l'angle de la rue Sabaton et du quai Chopin !

  • Romans (Drôme) / Cité de la musique : le site historique de la Presle sacrifié à la mégalomanie !

     Romans (Drôme)

     dauphiné libéré,cité de la musique,patrimoine historique,centre historique,presle Dans l’édition de ce jour, dimanche 23 juin, du Dauphiné Libéré, le rappel d’une histoire … qui n’est pas terminée !

    dauphiné libéré, cité de la musique, laurent jacquot, patrimoine romanais

       Une réflexion aussi sur la valeur cardinale de ce malheureux XXIè siècle, la megalomanie, qui fait table rase de notre héritage culturel. Aux discours creux des monarques d’aujourd’hui et de leurs courtisans, nous répondrons par les sages imprécations de Victor Hugo : « […] Chaque jour quelque vieux souvenir de la France s’en va avec la pierre sur laquelle il était écrit. Chaque jour nous brisons quelque lettre du vénérable livre de la tradition. Le vandalisme fleurit et prospère sous nos yeux. Le vandalisme est fêté, applaudi, encouragé, admiré, subventionné. [...] »  (Victor Hugo, conférence et pamphlet « Sur la destruction des monuments en France », 1825)


  • Romans (Drôme) : la commune libre de Saint-Nicolas a sa mairie

     

    Romans (Drôme)

    saint-nicolas, laurent jacquot, patrimoine romanais   Mardi matin, 18 juin, nous étions présents à l'inauguration d'une nouvelle mairie à Romans … celle de « la commune libre de Saint-Nicolas », une dynamique et sympathique association caritative à l'origine de la vigne impasse Cogne (initiée par le regretté boulanger Rousset, maire de la commune libre à l'époque).

       À côté de la vigne, se trouvait un local inoccupé, la mairie de Romans l’a mis à la disposition de l’association moyennant un modique loyer, l'association prenant intégralement à sa charge la rénovation. Une initiative intelligente qui est la preuve qu'avec peu de moyen et beaucoup de volonté, on peut faire bouger les choses, dans le centre historique, ce qui mérite d’être signalé.

  • Romans (Drôme) : " Aménagement des quais : le compte n'y est pas ! "

    Romans (Drôme)

    quai chopin, laurent jacquot, romans patrimoine, romans historique, centre historique  La situation dramatique du centre historique de Romans, marquée par l’absence de valorisation de son patrimoine architectural, par l’insuffisance des animations susceptibles d’attirer les touristes, et la survie problématique de la vie commerciale, résultent notamment de la difficulté pour les automobilistes à trouver des places de stationnement.

        Le sondage publié sur le site de la ville de Romans à ce sujet est assez édifiant. A la question posée : « Rencontrez-vous des difficultés pour stationner en centre-ville ? », les réponses (en date du 1er mai 2013, pour 552 votants) sont les suivantes : « Oui, régulièrement 61 % / Oui, parfois 22 %, / Rarement 9% / Non, jamais 8 % ». Plus de 500 Romanais, Péageois (et d’autres) se sont donc exprimés, ce qui souligne l’importance accordée à ce problème, primordial pour la survie du centre historique, une supplique dont la ville n’a pas tenu compte dans l’aménagement des quais, bien au contraire.

       Avant les travaux, 120 places de stationnement étaient disponibles entre la collégiale Saint-Barnard et le pont neuf, après les travaux, il n’en restera que … 90 ! 30 places ont disparu. Le futur nous dira si les clients et les touristes qui rebrousseront chemin faute de pouvoir stationner seront remplacés, dans les commerces et la collégiale, par une foule de piétons déambulant sur les planches et des pelotons de cyclistes remontant la vallée de l'isère ! Au fait : où sont prévus, sur les quais, les parkings à vélo ?

  • Lundi 22 avril, une visite du centre historique de Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    ORPA, Laurent Jacquot, romans patrimoine, romans historique    Lundi dernier, 22 avril, nous avons accompagné 20 d’adhérents de l’atelier de généalogie de l’ORPA (Office des Retraités, Plaisirs et Activités) de Romans dans une sympathique visite du centre historique.      

         Une visite qui débuta avec un parcours dans le quartier Faubourg- Jacquemart, dessiné à la fin du XIXè s. Un paysage urbain bien différent est celui des quartiers Saint-Barnard ou Pêcherie avec leurs hôtels particuliers du XVIè siècle, et leurs ruelles médiévales. La visite se poursuivit par le quartier de la Presle, avec son caractère spécifique lié à notamment à la présence de la tannerie pendant plus de cinq siècles. La déambulation se termina par rue du Fuseau et la place Jacquemart dont l’histoire fut marquée par des événements quelquefois sanglants.

    orpa,centre historique,patrimoine romanaisPhoto : ORPA : orpa.hautetfort.com

       



    La SEHR est à la disposition des associations romanaises et péageoises pour l’organisation de visites guidées, tout au long de l’année, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Romans (Drôme) : le centre historique, le parent pauvre !

    Romans (Drôme)

    rue Baudouin, Laurent Jacquot, romans patrimoine, romans historique    Le conseil municipal vient de voter un budget de 11 millions d’euros dans un projet d’aménagement de la place Jean-Jaurès, après avoir investi plus de 50 millions d’euros dans le quartier de la Monnaie depuis 2004 : une fois de plus, le centre historique est le quartier de notre ville oublié par la municipalité  qui se satisfait du misérabilisme de certaines ruelles (photo de la rue Baudouin) et placettes et se contente de rapiéçage incohérent et souvent malheureux ! 

       En balance avec ces 11 millions d’euros, n’est-il pas ridicule de présenter comme un évènement extraordinaire, qui mérite de faire la une de la presse locale, la pose de 25 mètres de garde-corps et l’installation de 10 projecteurs dans la collégiale Saint-Barnard, pour une somme de .... 6 000 € !

         11 millions … et combien pour la restauration du calvaire des Récollets dont les Romanais commémoreront, dans trois ans, en 2016, le cinquième centenaire ?

  • Romans : un « bocal » … pour valoriser le centre historique !

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, place Maurice-Faure, romans patrimoine, romans historique  La mairie semble ne pas avoir épuisé ses bévues concernant la valorisation du centre historique, la dernière étant la transformation de la place Maurice-Faure en corridor automobile. Elle nous propose maintenant un « bocal » sur ladite place ! De quoi s’agit-il ?

       Commençons l’histoire depuis le début. Depuis plus de 5 ans, l’ancien magasin Rivoire (en photo) est resté désespérément vide, aucun commerçant n’ayant fait le choix de s’y établir. Aujourd’hui, la mairie propose d’y installer « le bocal » pour « accueillir des jeunes de 12 à 17 ans », le loyer mensuel s’élevant à 1500 € ! . Des réflexions à ce sujet. Tout d’abord, le mercredi et le samedi, il existe déjà de nombreuses structures pour accueillir des jeunes qui, les autres jours de la semaine, vu leur âge, doivent se trouver dans leurs établissements scolaires respectifs, et le soir, sont sous la responsabilité de leur parent. Mais cela est un autre sujet car ce qu’il faut souligner ce n’est pas ce que la mairie fait …. mais ce qu’elle ne fait pas !

        Puisque la mairie a pu dégager 1500 € pour le loyer, qu’elle les utilise pour valoriser le centre historique en transformant l’ancien magasin Rivoire en vitrine du patrimoine de notre ville. Que du personnel de RBT (Romans Bourg-de-Péage Tourisme pour les non-initiés !) soit détaché dans ce nouvel espace pour accueillir les visiteurs, les informer sur le patrimoine à visiter avec videoprojections, organiser conférences ou expositions sur le patrimoine et l’histoire de notre ville ! Ce local serait un palliatif dans l’attente de la transformation de la maison du Mouton et de l’hôtel De Loulle en « maison du patrimoine et de l’histoire » !

  • Samedi 30 mars, prochaine visite du centre historique de Romans

     Romans (Drôme) 

    ACC26, patrimoine romanais, guillotine    En partenariat avec l’association ACC26, la SEHR vous propose de découvrir le centre historique sur un thème nouveau : « Romans…frissons » ! Une visite qui vous fera découvrir les maisons, les rues ou les places de notre ville marquées par des événements dramatiques, souvent sanglants, où des personnages inquiétants fomentèrent quelquefois des machinations sordides ! Rendez-vous, à 14 h 30, au pied de la tour Jacquemart.

    Cette visite (ouverte à tous et gratuite)  est une des animations de « Mars bleu » proposées par ACC 26.

  • La mairie de Romans ... ou l’art d’éviter les questions embarrassantes !

    Mairie de Romans (Drôme)

    Laurent Jacquot, mairie de Romans   Vendredi dernier, 15 mars, s’est tenue, à la mairie de Romans, une réunion dont l’objet était la restauration et la valorisation du patrimoine de notre ville. La palette des invités était large pour aborder cette importante question. Une palette large mais sans la « Société d’Etudes historiques de Romans – Bourg de Péage », que l’adjointe à la culture de Romans n’a pas cru bon convier … une absence qui a évité aux représentants de la municipalité de répondre à des questions embarrassantes sur la cité de la musique, l’abandon du calvaire des Récollets, le vandalisme contre la chapelle du repos de Marie ou la château Henry, la dégradation de la place Maurice-Faure, l’attente de projet de restauration pour la maison du mouton, la collégiale, le couvent Saint-Just, l’usine Jourdan, l’absence de promotion de ce patrimoine auprès des touristes ou des universitaires, la construction de l'immeuble du Pont Neuf, etc, etc … !