Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jacquemart

  • Romans (Drôme) / Où est passé le vieux bonhomme Jacquemart ?

     Romans (Drôme)

     

    jacquemart, patrimoine romanais, romans historique   En juillet 2012, le bonhomme Jacquemart, ayant perdu sa tête était descendu de sa tour, il est aujourd'hui relégué dans les combes du musée de la chaussure. Une retraite peu glorieuse pour celui qui, de 1949 à 2012, rythma la vie romanaise. Le bonhomme descendu en 1949 est aujourd'hui présenté à l'accueil des archives communales, son successeur mérite mieux : sa place est dans un lieu visible de tous et non dans les combes obscurs et inaccessibles du musée. Un constat qui démontre, une fois de plus, qu’il manque dans notre ville, une « maison du patrimoine et de l’histoire » susceptible d'accueillir les objets, témoins du passé de notre ville.

  • Romans (Drôme) - Jacquemart fête Noël

      romans historique, patrimoine romanais, romans patrimoine, jacquemart, Laurent Jacquot Romans (Drôme)

      Ce sera bientôt le temps des voeux. Chacun d'entre vous est à la recherche d'originalité .... pourquoi ne pas agrémenter les courriers que vous adresserez à vos proches et à vos amis avec l'emblématique figure du bonhomme Jacquemart (davantage Père Fouettard avec son marteau que Père Noël, nous le reconnaissons !).

    Le brave automate s'offre à vous sous la forme d'un timbre permettant l'affranchissement de vos lettres, vous pouvez l'acquérir auprès de notre association lors des permanences du mercredi (entre 17 h et 18 h 30, à notre siège, 2 quai Ulysse-Chevalier).

    Pour tout renseignement, nous contacter au 04.75.02.92.82 ou par courriel " sehr26@orange.fr ".

  • Romans (Drôme) / Le premier timbre sur Jacquemart

     

    romans historique, patrimoine romanais, romans patrimoine, jacquemart, Laurent Jacquot   Romans (Drôme)

      La SEHR fidèle à sa vocation de valoriser le patrimoine de Romans, et de le faire connaître au delà des berges de l’Isère, avait édité en février un carte postale. Aujourd’hui, c’est le Jacquemart qui est mis à l’honneur avec un timbre personnalisé qui peut être acquis auprès de notre association notamment lors des permanences du mercredi (entre 17 h et 19 h, à notre siège, 2 quai Ulysse-Chevalier). N'hésitez pas à nous contacter ( 04.75.02.92.82,  sehr26@orange.fr ).

  • Romans (Drôme) / Timbre sur Jacquemart : la presse en parle

    martinette, dauphiné libéré, laurent jacquot, romans patrimoine, Jacquemart, romans historique



    Dans l'édition du Dauphiné Libéré de ce jour, lundi 10 juin 2013

    Jacquemart, patrimoine romanais, romans historique

  • Romans (Drôme) : le 8 juin, Jacquemart était sur les quais

     Romans (Drôme) 

       Laurent Jacquot, été du patrimoine, patrimoine romanais, romans patrimoine, romans historique, JacquemartLa SEHR était présente sur les quais samedi matin, 8 juin  pour présenter ses activités et son programme de visites et de conférences pour les mois de juillet et d’août.



    Laurent Jacquot, été du patrimoine, patrimoine romanais, romans patrimoine, romans historique, Jacquemart  Nous avons également profité de l’inauguration des quais pour proposer aux Romanais et aux Péageois le premier timbre sur Jacquemart édité par notre association. Un succès inattendu qui nous oblige à une troisième édition pour satisfaire les nombreuses demandes. Vous pouvez acquérir ce timbre personnalisé,  à tirage limité, en vous présentant à la permanence de l'association, le mercredi, entre 17 h et 19 h, 2 quai Ulysse-Chevalier.

  • Romans (Drôme) : le premier timbre sur Jacquemart

    romans historique, patrimoine romanais, romans patrimoine, jacquemart, Laurent Jacquot    La SEHR fidèle à sa vocation de valoriser le patrimoine de Romans, et de le faire connaître au delà des berges de l’Isère, avait édité en février un carte postale. Aujourd’hui, c’est le Jacquemart qui est mis à l’honneur avec un timbre personnalisé présenté lors de l’inauguration des quais, le 8 juin. A cet occasion, le public et la presse ont également pu découvrir le programme de nos visites et conférences proposées au cours de l’été.

  • Où est passé le vieux bonhomme Jacquemart ?

      Romans (Drôme)

     jacquemart, patrimoine romanais, romans historique     Dans un note publiée le 19 janvier, cétait la question que nous posions à la mairie. Deux mois et demi plus tard, aucune réponse n'a été apportée aux Romanais. Nous annoncions alors que le vieux bonhomme Jacquemart, descendu en juillet, allait être relégué dans les combes du musée de la chaussure. Pour l’instant la mairie n’a pas communiqué sur ce sujet. Nous espérons que le vieux mannequin ne traîne pas dans quelques ateliers humides. Si c'est le cas, le choix de la municipalité ne peut satisfaire les Romanais qui sont attachés à l’emblème républicain et centenaire de la cité : sa place est dans un lieu visible de tous et non dans les combes obscurs et inaccessibles du musée.

        Ce questionnement démontre, une fois de plus, qu’il manque dans notre ville, une « maison du patrimoine et de l’histoire » qui pourrait, notamment, accueillir les objets, témoins du passé de notre ville.

  • Une carte postale pour faire connaître le patrimoine et de centre historique de Romans

    Romans (Drôme)

     patrimoine romanais, centre historique, romans historique, romans patrimoine, jacquemart, saint-barnard, SEHR, SEHR26, laurent jacquot  Depuis plus de deux ans, notre association s'est engagée dans une démarche volontariste de valorisation du patrimoine de note ville et de son centre historique. Une démarche qui repose sur quatre principes : une vision sur le devenir de ce patrimoine et du centre historique, la restauration du bâti menacé, l'animation du centre historique et sa promotion.

       En ce début d'année 2013, nous avons priviligié le volet "promotion" de nos objectifs du patrimoine avec l'édition d'une carte postale qui, nous l'espérons portera au loin une nouvelle image pour notre ville, comme "cité de l'histoire et du patrimoine". Cette carte postale est disponible dans de multiples points de vente à Romans et à Bourg-de-Péage, au prix de 0,50 €, n'hésitez pas à la demander.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Nos remerciements à l'agence Hybord qui nous a permis de réaliser cette carte postale.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------

  • Où est passé le vieux bonhomme Jacquemart ?

     Romans (Drôme)

    jacquemart, patrimoine romanais, romans historique   Dans une note précédente, nous vous informions que le vieux bonhomme Jacquemart, descendu en juillet, allait être relégué dans les combes du musée de la chaussure. Pour l’instant la mairie n’a pas communiqué sur ce sujet. Nous espérons que le vieux mannequin ne traîne pas dans quelques ateliers humides.

       Le choix de la municipalité ne peut satisfaire les Romanais qui sont attachés à l’emblème républicain et centenaire de la cité : sa place est dans un lieu visible de tous et non dans les combes obscurs et inaccessibles du musée. Ce questionnement démontre, une fois de plus, qu’il manque dans notre ville, une « maison du patrimoine et de l’histoire » qui pourrait, notamment, accueillir les objets, témoins du passé de notre ville.

  • Que va devenir le vieux bonhomme Jacquemart ?

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    Jacquemart, patrimoine romanais, romans historique   Dans une note précédente, nous proposions que le vieux bonhomme Jacquemart descendu de sa tour en juillet dernier soit déposé dans le hall d’accueil des archives communales de Romans, aux cotés de son prédécesseur, descendu en 1948. Cette proposition n’a pas été retenu par la mairie qui, d’après nos dernières informations, préfère reléguer la vieille carcasse dans une des réserves du musée de la chaussures. Le prétexte avancé en est la dégradation du mannequin de bois et de métal qui ne permet pas sa présentation au public. Choix contestable car le musée de la chaussure n’a pas comme finalité de conserver les objets emblématiques de l’histoire de Romans.
       Ce questionnement sur le vieux Jacquemart soulève bien la nécessité pour notre ville d’avoir une véritable « maison du patrimoine et de l’histoire » qui conserverait et valoriserait tous les objets, sculptures, tableaux, sur l’histoire de Romans, qui dorment aujourd’hui, dans les greniers des bâtiments municipaux.

  • Le bonhomme Jacquemart est devenu ... un bourgeois royaliste !

    - - Parmi les surprises que nous a réservées la municipalité de Romans pour ces fêtes, il en est une à laquelle aucun Romanais ne s’attendait et qui concerne notre patrimoine. En effet, par une lubie quelque peu ridicule, la ville a décidé de changer la fonction emblématique du bonhomme Jacquemart qui vient de retrouver sa place sur sa tour. Depuis plus d’un siècle, chacun d’entre nous pensait que le bonhomme symbolisait l’esprit républicain, et patriotique, des Romanais ! Eh bien, non ! La mairie vient de transformer le bonhomme en « garde de la milice bourgeoise », c’est ce qui est indiqué sur le nouveau panneau placé devant la tour !

    - - Cette milice était, sous le règne de Louis XVI, une police auxiliaire chargée de maintenir l’ordre dans notre ville. Considérer que le nouveau bonhomme porte l’uniforme d’une milice bourgeoise de la monarchie absolue ne résiste pas à la première observation : en particulier le chapeau qui arbore une cocarde tricolore adoptée seulement à partir de l’été 1789 (des couleurs quelque peu en désordre, soit dit, en passant !).

    Jacquemart, romans historique, patrimoine romanais-péageois- - Mais ces questions de détail sont de peu d’intérêt. L’uniforme du bonhomme n’est pas la reconstitution d’un uniforme ayant existé, c’est un uniforme symbolique qui vise à rappeler l’attachement des Romanais à la Révolution Française et aux valeurs de la République. Calixte Lafosse, sous le Second Empire, avait fait du bonhomme le porte-parole des idées républicaines contre le régime de Napoléon III. Cette forte valeur symbolique a été rappelée par les auteurs de l’époque. Un historien reconnu, le Dr Ulysse Chevalier, dans ses « Fragments historiques » publiés en 1900, écrivait : « depuis 1830, [le bonhomme est] en volontaire de 92, comme emblème légendaire du dévouement à la patrie ». Un autre historien, Louis Vinay, en 1906, dans « Essai sur les monuments et les anciens édifices de la ville de Romans » rappelle que le bonhomme « a vraiment bon air sous sa défroque de volontaire de la République ». Une demi-siècle plus tard, en janvier 1949, un nouveau bonhomme fut monté dans la tour, à cette occasion, un poème composé par le romanais Gaston Bouchet fut déclamé, il comportait des vers décrivant le bonhomme : « Je suis heureux et fier d’être tout flambant neuf en soldat martial du pur 89 ». C’est ce même bonhomme portant l’uniforme des patriotes de 1789 qui fut redescendu en juillet dernier.

    - - Le symbolisme républicain et patriotique est donc confirmé depuis plus d’un siècle, un symbolisme illustré par les couleurs du costume : bleu, blanc et rouge. Au cours de son l’histoire, depuis le Moyen-Âge, le bonhomme Jacquemart a toujours reflété les aspirations de son époque : faut-il comprendre qu’aujourd’hui, à Romans, l’esprit républicain et patriotique n’est plus à l’ordre du jour, et que notre ville est gérée par des valeurs bourgeoises et monarchistes ? … Quoique ! A bien réfléchir … !

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : "Jacquemart est revenu "

    L'Impartial, Jacquemart, patrimoine romanais

    L'impartial,jacquemart,patrimoine romanais-péageois

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Patrimoine romanais, bilan d’une année et propositions pour demain "

    Romans-sur-Isère ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, centre historique, Jacquemart, Grand Voyage, Saint-Barnard- - Avec son patrimoine architectural et son centre historique, la ville de Romans dispose d’un potentiel touristique qui pourrait participer au développement économique de notre cité et à son rayonnement culturel. Malheureusement ce potentiel est inexploité et reste négligé par nos édiles, ce que reflète le bilan de cette année 2012. L’exemple le plus emblématique est la bévue commise par les services culturels de la mairie avec l’émission de France 3, « Des racines et des ailes » ... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 20 décembre 2012 )

  • La remontée du Jacquemart … dans la précipitation

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    jacquemart, patrimoine romanais-péageois- - Hier matin, jeudi, les quelques Romanais qui se trouvaient place Ernest-Gailly et côte des Cordeliers, ont découvert un spectacle annoncé nulle part : la remontée du bonhomme Jacquemart au sommet de sa tour.
    - - Depuis plusieurs semaines, cette remontée était prévue pour le vendredi 21 décembre, à 18 h 30 ; depuis plusieurs semaines, nous demandions que cet événement exceptionnel soit déplacé au samedi 22 décembre, dans l’après-midi, afin qu’une majorité de Romanais, et surtout les enfants, puissent voir le nouveau bonhomme de près, à l’occasion d’une parade en ville.
    - - La mairie a choisi de précipiter cet événement exceptionnel, sans en informer la population ; seule la presse et quelques privilégiés avaient été convoqués… les petits Romanais ne pourront donc jamais voir de près le nouveau bonhomme !
    - - Avec la mise en scène d’hier matin, on est loin des fêtes populaires qui avaient marqué les remontées du bonhomme en 1949 et 1967. Ce n’est pas notre conception du patrimoine historique qui est un bien commun à tous et doit être partagé dans une communion à la fois festive et culturelle !

  • Retour de Jacquemart : dans l'obscurité d'une soirée d'hiver !

    Jacquemart, patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)
    - - Dans une note précédente, nous demandions le détail des festivités prévues par la municipalité pour le retour du Jacquemart près de sa cloche et étions prêts à participer au programme de cet événement (mais nous n'avons pas été contactés !). Nous rappelions alors qu’à l’occasion de la dernière remontée de l'automate, le dimanche 5 février 1967, une grande manifestation populaire avait eu lieu toute la matinée.
    - - Nous venons de découvrir avec consternation, en lisant le programme des festivités de Noël, que la ville a prévu cet événement exceptionnel, le vendredi 21 décembre, à 18 h 30, précédé « d'une déambulation de la marionnette du Jacquemart en fanfare ». Un vendredi ne nous semble pas le meilleur jour pour réunir les Romanais mais « 18 h 30 », est-ce une bonne heure ? Apparemment les organisateurs ont oublié que nous étions en hiver et qu'à 18 h 30, il fait déjà nuit !!! Les Romanais ne verront pas grand chose du nouveau bonhomme, surtout les enfants ! De plus, nous considérons comme une idée saugrenue de faire déambuler en ville « une marionnette du Jacquemart » !!! Pourquoi pas l’authentique ?
    - - La ville a choisi un service minimum qui ne valorise pas l'automate, figure emblématique de notre ville et de son patrimoine (on est bien loin des dépenses somptuaires pour Carnaval). Nous demandons donc que cette manifestation soit déplacée au samedi 22 décembre en début d'après-midi et que le nouveau bonhomme Jacquemart soit promené en ville, à la place de sa « marionnette ».
    - - Dernière info : la « fanfare » qui accompagnera « la marionnette de Jacquemart » sera « la Banda valentinoise » ! La ville a considéré que les musiques romanaises n'étaient pas à la hauteur ! C’est sympathique pour les musiciens romanais ! De plus choisir une musique de Valence pour un événement typiquement romanais, est quelque peu déplacé !

  • Retour de Jacquemart : une leçon pour le patrimoine

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    jacquemart, patrimoine romanais-péageois- - La presse annonce le retour de Jacquemart sur sa tour le vendredi 21 décembre. C’est une bonne nouvelle pour l’image de notre ville, orpheline depuis 8 mois de son personnage emblématique ! Une bonne nouvelle qui récompense aussi la persévérance de notre association ! Depuis le 4 avril, jour où la tête de Jacquemart se fracassa sur le sol, nous demandons à la mairie de prendre en compte la fragilité du patrimoine lorsqu’il n’est pas entretenu, et les coûts imprévus qui en résultent, avoisinant les 40 000 € pour Jacquemart ! Un leçon qui devrait servir notamment pour la collégiale Saint-Barnard et le calvaire des Récollets pour lesquels aucun programme de restauration n’est prévu en 2013 !
    - - La journée du 21 décembre 2012 sera mémorable : la dernière procession de Jacquemart dans les rues de Romans et de Bourg-de-Péage date de février 1967 ! Nous souhaiterions, comme beaucoup de Romanais, connaître l’organisation des festivités prévues par la municipalités (bien qu’un vendredi ne soit pas un jour bien approprié pour organiser une grande manifestation populaire) ; des festivités pour lesquelles la ville ne nous a pas consulté alors que nous aurions pu lui suggérer quelques idées !.
    - - Quant au Jacquemart descendu en juillet dernier, il est de toute logique qu’il rejoigne son prédécesseur qui passe une confortable retraite dans le hall d’accueil des archives communales !

  • Le bonhomme Jacquemart est vraiment malade !

     

    Réponses aux questions que nous posions hier, dans  Le Dauphiné libéré, diffusé ce matin, jeudi 23 août.

    jacquemart, patrimoine romanaisLe retour du Jacquemart est reporté. « L’entreprise […] chargée par la ville de rénover le bonhomme Jacquemart a rencontré des difficultés pour procéder au déshabillage de l’emblème de la cité. Chaque pièce en zinc avait été cloutée sur le corps en bois lors d’une précédente rénovation. Or ces pointes sont aujourd’hui corrodées. Le corps du Jacquemart étant très abîmé, il faut tout reprendre pour que les pièces de zinc restent solidement arrimées au corps, rallongeant de plusieurs mois sa restauration. Le repose du bonhomme n’est donc plus envisagée pour  mi-septembre, mais plutôt pour les fêtes de fin d’année ».

    « Les pointes sont corrodées » : un constat qui souligne bien que ce n’est pas le froid du mois de février dernier qui est responsable de l’état du bonhomme mais l’absence d’entretien depuis des années !

  • Le bonhomme Jacquemart reviendra-t-il un jour ?

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    jacquemart, patrimoine romanais   Sur  France-Bleu Drôme-Ardèche, ce matin, mercredi 22 août,  une information quelque peu surréaliste : « Le bonhomme Jacquemart absent pour longtemps Sa rénovation va prendre plus de temps que prévu. Le célèbre sonneur de cloches de Romans a été descendu à la mi-juillet pour être restauré mais il ne va pas regagner sa tour de sitôt car il est plus abîmé que prévu. Son retour, programmé en septembre est repoussé au mois de décembre. »

       Des commentaires. Si l’état du « malade » était aussi grave, pourquoi la ville annonce-t-elle depuis plusieurs jours le retour du bonhomme sur sa tour pour les Journées du patrimoine ? Deuxièmement, la chute de la tête du bonhomme en février dernier était bien le symptôme d’un mal plus grave résultant du manque d’entretien par la ville depuis des années (ce que nous cessons de répéter !) et ne résultait pas seulement des grands froids du mois en question ! Troisièmement, nous attendons des explications sur ces trois mois nécessaires et sur le sens qu’il faut donner au constat avancé : « le bonhomme est plus abîmé que prévu » ?

  • Carillon de Jacquemart : fausses notes pour un concert

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    patrimoine romanais,jacquemart  Samedi soir, 11 août, la ville de Romans proposait aux Romanais un concert du carillon de Jacquemart. Sur son site internet la ville annonçait fièrement : « Dans le cadre du 24e festival de carillon en Rhône-Alpes se tiendra ce samedi 11 août dès 21h un concert de carillon à la tour Jacquemart. Pendant 45 minutes, le concert permettra d'entendre des musiques variées […] ! Si Jacquemart a été sélectionné pour participer au festival c'est qu'il est le seul carillon de la Drôme à bien fonctionner. D'ailleurs depuis 1989, il y a eu près de vingt concerts au Jacquemart par des carillonneurs belges, français, américains, allemands, néerlandais et lituaniens ».

      On pouvait penser que l’organisation aurait été à la hauteur de l’événement : la « sélection du Jacquemart » ! Malheureusement, le public présent dut s’asseoir sur les marches des escaliers ou rester debout. Un rappel : lors des concerts précédents, la ville avait installé des chaises devant le restaurant La Charrette ! De plus, aucun programme n’a été distribué : certains spectateurs ont eu du mal à reconnaître les mélodies proposées ! Enfin, le carillonneur aurait certainement apprécié d’être présenté à son public avant le concert : ce ne fut pas le cas !

     Une suggestion pour le prochain concert du carillon de Jaquemart : pendant la durée de la prestation  suspendre la circulation automobile entre la place Ernest-Gailly et la place Charles-de-Gaulle (comme c’est le cas pour les Je Dis Musik !) afin d’apprécier le son particulier d’un carillon sans être perturbé par les moteurs des automobiles ou des deux roues !

  • A quoi va ressembler Jacquemart ?

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    Jacquemart, patrimoine romanais   Le bonhomme Jacquemart occupe l’actualité du patrimoine depuis la fracassante chute de sa tête le 4 avril, suite à l’absence d’entretien depuis des années par les services municipaux. Depuis, la ville redouble d’effort pour faire oublier cette bévue. Le 17 juillet  dernier le vieux bonhomme a été descendu pour être « ausculté » . Vieux en effet, car  il avait été hissé au sommet de sa tour en 1949.

       En 1967, il est descendu une première fois pour un rafraîchissement des peintures de son uniforme alors que des travaux importants modifient l’aspect de la tour. En 1974, nouvelle toilette du bonhomme qui est descendu une seconde fois. Voici une vingtaine d’années, le plumet de son bicorne se détache mais n'est pas remis en place. En 1995, les cadrans et le bonhomme sont repeints.

       La question qui se pose maintenant concerne l’aspect du nouveau Jacquemart qui doit être installé au sommet de la tour le 14 septembre prochain ? Quelle tête la ville va-t-elle lui donner ? Quel uniforme va-t-elle lui faire endosser ? Notre proposition : que le nouveau bonhomme retrouve l’apparence que la restauration de 1967 avait donnée à son prédécesseur  (photo ci-contre) … sans oublier le plumet sur le bicorne !