Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juin 2011

  • Marianne : retour de bâton !

    marianne, juin 2011   L’actualité rend de nouveau problématique la valorisation du patrimoine de notre ville et de son centre historique dont le potentiel en terme de développement touristique est sous-estimé.

       Faire connaître ce patrimoine unique, témoignage de l’intelligence des hommes, aux Romanais, et au-delà de notre ville, est l’une des missions de notre association. « Particuliers, touristes, amateurs d’art et d’histoire,  ! Venez visiter ou venez vous installer dans le centre historique pour le faire vivre ! » : c’est le message que nous leur adressons à travers notre action !

       Challenge de chaque jour, rendu encore plus difficile lorsque la presse se complaît dans une image partielle et partial de Romans. C’est le cas cette semaine avec l’article publié dans l’hebdomadaire Marianne. Exploiter la misère pour vendre du papier n’est pas nouveau ; l’article de Marianne rappelle à  bien des égards des papiers publiés dans la presse populaire à la fin du XIXème siècle ! Les fondements idéologiques et les responsabilités de cette misère ne sont pas l’objet de cette note, intéressons-nous seulement à la perception de cet article.

       Cet article peut mettre mal à l’aise les Romanais. En effet, il pointe, douloureusement, le décalage, et même le fossé, entre la vie quotidienne dramatique, et inacceptable, d’une partie de la population, et l’image idyllique véhiculée par les médias municipaux (la « merveilleuse » cité de la musique … c’est 8 millions d’euros, pour l'instant !). Avec cet article, on est également bien loin de « Romans, cité du tourisme shopping ». Finalement, vue de l’extérieur, Romans, ce sont aujourd’hui deux villes qui se côtoient en  s’ignorant : la ville où les riches étrangers font de bonnes affaires à Marques Avenue et la ville où les pauvres, les Romanais, survivent dans un centre historique dégradé et sans cachet ; la preuve : les photos publiées et censées illustrer les propos rapportés * ! Que des journalistes parisiens retiennent de Romans ces images-là est regrettable mais peut-il en être autrement alors le centre historique n’est ni réhabilité ni valorisé  ?

     * Une remarque :  ces photos sont censées illustrées les propos rapportés alors qu’elles leur sont étrangères !

    * Trois questions : pourquoi Romans a-t-elle été choisie pour illustrer ce dossier de Marianne ? qui a accompagné le photographe de Marianne place du Chapitre, rue Bistour et rue de Haute-Villeneuve ? comment faut-il comprendre le choix de la photo des quais de Bourg-de-Péage ?