Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

louis-napoléon bonaparte

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Romans et le coup d’état du 2 décembre 1851" (fin)

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   Le 6 décembre 1851, en prévision des incarcérations qu’il espère, le préfet Ferlay fait savoir au maire Bouzon qui a sa confiance : «  je fais transférer dans la prison de Romans, 11 condamnés détenus actuellement dans celles de Valence ». Le lendemain, en début d'après-midi, ce sont trois à quatre mille insurgés qui arrivent sur Crest. La troupe utilise ses armes. Ferlay arrête que « tout individu qui sera saisi les armes à la main sera fusillé. Tout individu qui aura sonné le tocsin sera traité comme les insurgés pris les armes à la main ». Au même moment, ce 7 décembre, Ferlay adresse une nouvelle dépêche à Bouzon afin de le rassurer, mais ne l’informe pas de la situation à Crest : « Valence est très tranquille. On a arrêté diverses personnes. Je dirai aussi que je suis sans inquiétude (pour Romans) puisque vous êtes à la tête de l’administration et que vous êtes entouré d’un conseil municipal qui nous inspire toute confiance ». ... (à suivre dans L'Impartial du 15 décembre 2011)