Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musée de la résistance

  • 23 août 1944 - 23 août 2010 : Querelle autour d'une photo !

    FTP Cordeliers.jpg Romans-sur-Isère - Sur le blog «  Le fil rouge » (http://lefilrougeromanais.over-blog.com), Maurice Faure soulève, en ces temps de « commémoration » de la Libération de Romans, en août 1944, la question du choix des documents à présenter dans le « musée de la Résistance en Drôme et de la Déportation », et plus précisément d’une photo représentant des FTP défilant côte des Cordeliers.

    Pourquoi cette photo pose-t-elle problème ? D’abord les faits. Cette photo est authentique par sa date (elle a été prise le 23 août 1944), par le lieu (Romans, côte des Cordeliers), par les personnages (des FTP conduits par Marius Vignon). L’angle de prise de vue et le cadrage, dénotent le travail d’un professionnel en l’occurrence le photographe Taly devant l’atelier duquel passent le 23 août, les FTP mais aussi les FFI et les Américains. Cette photo est donc à ce titre un document historique parfaitement identifié, et appartient au patrimoine photographique de Romans. Elle est souvent reproduite pour illustrer le combat des maquisards pour la Libération  de Romans : non pas à cause de la réalité des faits qu’elle décrit mais en raison de ses qualités esthétiques et d’émotion, (ce qui est le cas de nombreuses photographies du patrimoine locale ou nationale !).

    Ce qui pose problème, c’est l’interprétation de ce document car deux « Mémoires » de la Résistance s’affrontent. L’une estime que les FTP (d’obédience communiste) ont seulement constitué une force d’appoint dans les combats contre les Allemands, à Romans, le 22 août 1944, et que cette photo les valorise trop et ne doit pas présentée sur les murs du musée de la Résistance. La seconde Mémoire considère que dans les semaines et les mois précédents la Libération, les FTP se sont battus, comme les autres, contre l’occupant, et que cette photo est emblématique de l’ensemble de leur action et doit être présentée au public du musée !

    Là où deux « Mémoires » s’opposent chacune avec « sa vérité », la fonction de « l’Histoire » est de mettre en perspective cet évènement. Par quel moyen ? En replaçant cette photo sur les murs du musée, comme le propose Maurice Faure, en l’accompagnant des deux interprétations, ainsi que d’un commentaire d’historien : le lecteur pourra ainsi se faire sa propre opinion ! Le rôle d’un musée n’est pas seulement la présentation d’objets ! Ne doit-il pas également favoriser la réflexion chez les visiteurs qui le parcours en leur rappelant qu’il n’y a pas de photos « objectives » et que seule l’analyse de l’historien permet de leur donner un sens ?