Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrimoine romanais-péageois

  • Programme des sorties et conférences de L'ETE

    L'ETE DU PATRIMOINE

    Martinette chemin.JPG

    Samedi 19 Juillet 14H30 Visite de la Martinette

    Dimanche 20 Juillet 14H30 Visite de la Martinette

    Dimanche 3 Août 14H30 Visite du centre historiqueTrois Carreaux.GIF

    Samedi 9 Août 14H30 Visite de Romans  1914-1918 une ville en Guerre

    Dimanche 10 Août 14H30  Visite de Romans 1914-1918 Une ville en Guerre

    Samedi 16 Août 14H30 Visite du grand voyage et le calvaire des récollets

    Samedi 23 Août 17H Visite du cimetière de Bourg de Péage sur le thème :Mémoire de Pierre, mémoire de guerre 1914-1918

    Participation : 5 € pour les adultes

     

     

    LES MERCREDIS :Conférences 2 quai Ulysse chevalier  26100 Romans ..... de plus en plus apprécié chaque annéePont Neuf 1940.jpg

    30 JUILLET 20H30 :Il y a 100 ans commençait la première guerre Mondiale

    MERCREDI 6 AOÛT 20H30:Romans 1914-1918

    MERCREDI 20 AOÛT 20H30 Il y a 70 ans la libération de Romans Bourg de Péage .

    Participation : 3 € pour les adultes

    Samedi 30 Août la Société d 'études historique de Romans Bourg de Péage  présent toute la journée  au Forum des associations

     

    SEHR LOGO det couleurjpg or.jpg

    Avec la Société d'études historique de Romans Bourg de péage  une autre façon de visiter, de voir , d'écouter

     

    Nos Permanences chaque Mercredi de 17H a 19H avec un nouveau bureau...Nous vous attendons  avec plaisir.

     

  • Romans (Drôme) / Information, permanences de la SEHR

     

    Romans (Drôme)

     

    calvaire des Récollets, patrimoine romanais

     

    Pour information :

     

    pas de permanence, mercredi 25 juin 2014.

     

     

  • Romans (Drôme) / Le patrimoine architectural de Romans : … connais pas !

     Romans (Drôme)

       Notre association a reçu dernièrement une publication du conseil régional, Affaire d'Etat ... affaire de tous, la protection du patrimoine en Rhône-Alpes, dressant le bilan de 100 ans de protection du patrimoine dans la région Rhône-Alpes.

    patrimoine romanais, laurent jacquot   Premier et triste constat : pas un mot sur la ville de Romans et son patrimoine architectural ou historique ! Un nouveau camouflet pour notre ville … qui doit nous inciter à être encore plus combatifs pour sauvegarder et valoriser notre héritage culturel et ses valeurs.

       Les intervenants sollicités par les auteurs de cette brochure reprennent l’argumentaire que nous avançons depuis des années sur la place du patrimoine dans l’équilibre et le développement d’une société, un argumentaire qui s’appuie, comme nous le faisons, sur la vision humaniste de Victor Hugo. Le président du conseil régional, Jean-Jack Queyranne, signe la préface dont nous partageons la conclusion : « […] la question du patrimoine, loin de relever du seul domaine de l’histoire ou de l’histoire de l’art, interagit fortement avec d’autres grands enjeux de la politique publique, qu’il s’agisse, par exemple de la cohésion sociale ou du développement local. Aussi-faut-il se réjouir que […] le plus grand nombre de nos concitoyens puissent être sensibilisés à ce qui relève de notre responsabilité commune». Et de citer Hugo : « [disons] au gouvernement, aux communes, aux particuliers, qu’ils sont responsables de tous les monuments  nationaux que le hasard met dans leurs mains. Nous devons compte du passé à l’avenir ».

      Quelques pages après, le texte introductif de la brochure souligne que « désormais la protection du patrimoine fait intervenir aux cotés des experts et de l’autorité administrative, les citoyens eux-mêmes, via les assemblées territoriales qui les représentent ou dans le cadre plus informel du mouvement associatif », une évidence dont la mairie de Romans devrait s’inspirer.

  • Romans (Drôme) / Où est passée la madone de la rue Pêcherie ?

     Romans (Drôme)

    madone, rue pêcherie, laurent jacquot   Les atteintes au patrimoine ne portent pas toujours sur des bâtiments (la chapelle du repos de Marie défigurée en est le dernier et malheureux exemple) mais sont souvent plus sournoises : c’est ce qui est arrivé à l’une des madones placée dans une niche à l’angle des rues Pêcherie et du Fuseau.

      Cette madone témoignait du culte mariale né au début du XVIè siècle et qui fut ravivé dans notre ville sous le règne de Louis XIV, dans la seconde moitié du XVIIè siècle. Cette madone a disparu du jour au lendemain, voici plus de deux ans … mais qui s’en inquiète à la mairie ?

  • Romans (Drôme) / Budget 2014 : la misère pour le patrimoine historique de Romans

     

    Romans (Drôme) / Budget 2014 : la misère pour le patrimoine historique de Romans

    patrimoine romanais-péageois, budget, calvaire des récolletsDans une note précédente, nous relations les choix exemplaires de la municipalité d’Aubenas pour dynamiser le centre historique de la cité ardéchoise et valoriser son patrimoine, en particulier l’église Saint-Laurent et le château qui feront l’objet de travaux de restauration estimés « entre 6 et 10 millions € » .Quant à notre bonne ville de Romans, le conseil municipal vient d’adopter les orientations budgétaires pour 2014 qui prévoient des travaux sur le patrimoine historique pour la somme de …. 45 000 € ! sur lesquels sont déjà à déduire quelque 11 000 € pour l’entretien des toitures de la sacristie et de la chapelle du Saint-Sacrement de la collégiale Saint-Barnard ! De « l’entretien » et non pas de la valorisation !

    En janvier lors de ses vœux, le maire de Romans avait annoncé : « la conservation et la valorisation du patrimoine sont l’une de ses priorités, en particulier la restauration du chemin de croix du grand voyage et le calvaire des Récollets qui sera achevé en 2015 » (édition du 17 janvier 2013 de Drôme Hebdo). « Valorisation » ! « Achevé pour 2015 » ! Certains croient encore aux miracles !

    Photo : le Calvaire des récollets en attente de restauration pour la commémoration de son cinquième centenaire en 2016 !

  • Romans (Drôme) / Le SCoT, fossoyeur du centre historique de Romans

     SCoT Rovaltain Drôme-ArdècheRomans-sur-Isère (Drôme)

       Mardi 5 novembre, se tient à Romans, un réunion publique sur le « le SCoT Rovaltain- Drôme-Ardèche » ? Romanais et Péageois vous avez vécu jusqu’à présent sans connaître « le SCoT Rovaltain- Drôme-Ardèche» !et bien il faudra maintenant confier votre avenir à ce « SCOoT » là !

       De quoi s’agit-il ? Tout d’abord SCoT signifie  « Schéma de Cohérence Territoriale » Il s’agit d’une nouvelle « couche » dans le découpage administratif du territoire qui se glisse entre les communautés de communes et le département et qui réunit, pour le SCoT dont nous parlons, il chevauche à la fois le territoire "Drôme des collines" et la future super agglomération Valence-Romans-etc  (vous suivez ? regardez la carte de la photo !).

       Mais à quoi ce « machin  technocratique » peut-t-il bien servir ? D'après la "bonne presse", « le SCoT vise le développement harmonieux du territoire et des habitants » dans le domaine de l’économie, du commerce, des transports, de l’habitat, du monde rural, tout cela dans le cadre du développement durable ! C’est beau ! Le site internet du SCoT fournit à profusion de la documentation. Nous avons donc rechercher, parmi des dizaines de pages, les projets du SCoT concernant la valorisation du centre historique de Romans qui constitue, il nous semble, un des maillons de ce « développement harmonieux » pour les Romanais ? Bilan : pas un mot ! A aucun moment, le SCoT ne prévoit une valorisation du centre historique de Romans et de son patrimoine architectural. Voilà donc le monde que nous préparent la bureaucratie technocratique : un monde privé de ses racines culturelles !

  • Romans (Drôme)/ L'Almanach de la Drôme 2014

    Romans (Drôme)

    almanach de la Drôme, patrimoine romanais-péageois   Retrouvez les articles de la SEHR sur le patrimoine et l'histoire de Romans dans l'Almanach de la Drôme 2014 : "Quand les loups dévoraient les enfants ...", "Le monument aux morts de Romans", "Août 1914, Romans et la Grande Guerre".

  • Romans (Drôme) / Centre historique d’Aubenas : un exemple à suivre

    centre historique, patrimoine romanais-péageois, aubenasRomans (Drôme)

       Hier dimanche, 27 octobre, le Dauphiné libéré proposait son supplément « Offre habitat magazine » dans le quel un article, consacré à la ville d’Aubenas, mérite une attention particulière. Cet article dresse un large panorama des actions de cette commune de 11 000 habitants pour son centre historique et démontre qu’une volonté municipale peut transformer un centre historique : un exemple pour les élus de Romans !

    Voici quelques passages de cet article.

    « Relance du commerce en centre-ville et mise en valeur du patrimoine - Une partie du centre historique a été réhabilitée depuis 2009, grâce à l’opération urbaine collective financée par des fonds FISAC (fonds d’intervention des services de l’artisanat et du commerce) dont les acteurs financiers sont l’Etat, l’Europe, la région Rhône-Alpes et la commune.

      La revalorisation du centre historique s’est traduite par la rénovation de la place du château ou de l’hôtel de ville, la piétonisation du centre-ville, en partie réalisée, la réhabilitation de (nombreuses places). L’opération de piétonisation a été judicieusement accompagnée d’un plan de rénovation du centre historique. Des subventions sont versées par la ville aux particuliers qui désirent mettre en valeur leur patrimoine. La subvention façade n’est pas restrictive : elle peut concerner la rénovation d’une porte ancienne, d’une fenêtre à meneaux, d’une ancienne devanture en bois.

      Dix millions d’euros ont été injectés dans l’économie locale pour moderniser les commerces et l’artisanat du centre-ville, rénover les places, les animer. Tout commerce qui fait un investissement lourd de plus de 10 000 € peut être subventionné pour partie dans ses travaux. L’église Saint-Laurent et le château devrait faire l’objet d’une rénovation complète estimée entre 6 et 10 millions €. Donner une plus-value économique et touristique au patrimoine de la ville, telle est l’ambition de la ville d’Aubenas ».

  • Romans (Drôme) / La valorisation du patrimoine : moteur économique

     Romans (Drôme)

    patrimoine romanais-péageois, gazette des communesEn complément de la note publiée hier, nous invitons nos lecteur à lire attentivement un article publié dans « La gazette des communes. com », aujourd’hui 24 octobre. Cet article conforte la démarche de notre association en vue d’un projet global de valorisation du centre historique et de son patrimoine architectural et culturel, s’appuyant notamment sur un tourisme patrimonial volontariste. Nous invitons les Romanais à méditer sur cet article.

     --------------------------------------------------------------------------------

     L’investissement dans le tourisme de patrimoine rapporte plus de vingt fois la mise.

      Le patrimoine n’est pas qu’une charge, mais un placement qui rapporte gros, estime une étude de l’agence régionale du patrimoine. Combien coûte la valorisation du patrimoine ? Combien elle rapporte ? Quel est son poids dans l’emploi en France ? 

      A l’heure où les budgets sont discutés – forcément à la baisse, crise oblige – les collectivités territoriales seraient bien tentées de raboter quelques postes, comme celui de la culture et de la préservation du patrimoine. Surtout pas, insiste une étude nationale des retombées économiques et sociales du patrimoine réalisée par l’agence régionale du patrimoine de la région PACA pour le ministère de la Culture ! Sortie dans l’indifférence en 2009, elle a ressurgi dans la blogosphère à l’occasion des journées européennes du patrimoine de septembre dernier mais aussi à l’approche de la présentation en Conseil des ministres de la loi sur le patrimoine, prévue en décembre 2013.

       Pour l’agence PACA, la formule économique est simple :1 € (investi dans le patrimoine) = 28 à 31 € (de retombées économiques en métropole). L’équation pourrait se traduire ainsi : Tout comptes faits, « L’impact économique national du patrimoine est plus de vingt fois supérieur à ce qu’il mobilise comme dépense d’investissement ». Pour les auteurs, « loin d’être une charge, le patrimoine est un moteur économique important et dynamique » (à suivre dans "la gazette des communes.com"

    ----------------------------------------------------------------------------------------

  • Romans (Drôme) : vous avez aimé " Midi en France " ...

    midi en france, patrimoine romanais-péageois, collégiale saint-barnard

    patrimoine romanais-péageois, visites




    Romans (Drôme)

    Vous avez aimé les reportages et les chroniques de " Midi en France " sur Romans et son pays ?

    Vous aimerez les visites du centre historique de Romans proposées par la Société d'Etudes historiques de Romans tout au long de l'année.

    Pour nous contacter : 04.75.02.92.82  /  SEHR26@orange.fr

  • Romans (Drôme) / Jeudi 17 octobre, dans le Dauphiné Libéré

      Romans (Drôme)

        la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de jeudi 17 octobre un article relatant la visite organisée, le 6 octobre en partenariat avec ACC26, sur le thème "Hommes de Romans"

    dauphiné libéré, laurent jacquot, visite, patrimoine romanais péageois

  • Romans - Bourg de Péage (Drôme) : "L'été du patrimoine", visites et conférences

    Romans - Bourg de Péage (Drôme)

     cimetière,patrimoine romanais-péageois La programmation de nos visites et de nos conférences autour du patrimoine architectural et culturel de nos deux cités et de l'histoire de ces deux cités se poursuit.

       Hier, lundi après-midi,29 juillet, un parcours dans le cimetière de Bourg-de-Péage a permis de retrouver le souvenir de l'histoire de cette ville et de ceux qui l'ont faite : les industriels (famille Mossant-Vallon), les maires (Eynard), les congrégations religieuses, les militaires, des hommes d'exception (Guillot) ou d'autres, d'origine plus modeste, qui ont marqué leur époque. Un parcours qui fut également une approche de l'histoire de l'art funéraire et de son évolution sur plus d'un siècle.

    cimetière,patrimoine romanais-péageois

      Le programme des conférences et des visites proposées par notre association en août peut être téléchargé: 2013 L'été du patrimoine

     
    A noter : d'autres visites de groupes peuvent être organisées à la demande, n'hésitez pas à nous contacter.

  • Romans (Drôme) / Collégiale Saint-Barnard : les concerts de l'été 2013

    amis de saint-barnard, laurent jacquot, collégiale saint-barnard, patrimoine romanaisRomans (Drôme)

    Pendant tout l'été, l'association "les Amis de Saint-Barnard" propose aux Romanais et aux visiteurs des concerts dont voici le programme.

    saint-barnard, amis de saint-barnard, concerts, laurent jacquot, patrimoine romanais

  • Prochaine visite guidée : "La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes"

    Romans  (Drôme).
    ruisseau de la Martinette, patrimoine romanais   La SEHR propose, le mardi 23 avril et le dimanche 5 mai, une nouvelle visite guidée sur l'histoire de Romans « La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes ». Ce ruisseau qui court dans Romans témoigne de l'importance de l'eau dans la vie et le travail des hommes, du Moyen Âge au XXè siècle.

       Rendez-vous à 14 h 30, rue Louis-Le-Cardonnel (au pont sur la Savasse). Participation : 5 €. Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Un fonds d'archives exceptionnel "

    Romans (Drôme)

     l'impartial,patrimoine romanais, romans historique, romans patrimoine

     

    Ce fonds effectivement "exceptionnel" ouvre de nouveaux champs d'étude sur l’histoire de Romans et des Romanais : à nous tous de le faire connaître auprès des universitaires et des chercheurs !

     archives communales,fonds bon,fonds nugues,patrimoine romanais-péageois

  • Romans : un « bocal » … pour valoriser le centre historique !

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, place Maurice-Faure, romans patrimoine, romans historique  La mairie semble ne pas avoir épuisé ses bévues concernant la valorisation du centre historique, la dernière étant la transformation de la place Maurice-Faure en corridor automobile. Elle nous propose maintenant un « bocal » sur ladite place ! De quoi s’agit-il ?

       Commençons l’histoire depuis le début. Depuis plus de 5 ans, l’ancien magasin Rivoire (en photo) est resté désespérément vide, aucun commerçant n’ayant fait le choix de s’y établir. Aujourd’hui, la mairie propose d’y installer « le bocal » pour « accueillir des jeunes de 12 à 17 ans », le loyer mensuel s’élevant à 1500 € ! . Des réflexions à ce sujet. Tout d’abord, le mercredi et le samedi, il existe déjà de nombreuses structures pour accueillir des jeunes qui, les autres jours de la semaine, vu leur âge, doivent se trouver dans leurs établissements scolaires respectifs, et le soir, sont sous la responsabilité de leur parent. Mais cela est un autre sujet car ce qu’il faut souligner ce n’est pas ce que la mairie fait …. mais ce qu’elle ne fait pas !

        Puisque la mairie a pu dégager 1500 € pour le loyer, qu’elle les utilise pour valoriser le centre historique en transformant l’ancien magasin Rivoire en vitrine du patrimoine de notre ville. Que du personnel de RBT (Romans Bourg-de-Péage Tourisme pour les non-initiés !) soit détaché dans ce nouvel espace pour accueillir les visiteurs, les informer sur le patrimoine à visiter avec videoprojections, organiser conférences ou expositions sur le patrimoine et l’histoire de notre ville ! Ce local serait un palliatif dans l’attente de la transformation de la maison du Mouton et de l’hôtel De Loulle en « maison du patrimoine et de l’histoire » !

  • Cette semaine dans " Drôme hebdo " : "une carte postale de renom"

     drome hebdo,carte postale,patrimoine romanais-péageois

     

     

     Jeudi 28 février 2013

     drome hebdo,carte postale,patrimoine romanais-péageois

     

     

     

     

     

     

  • Carte postale sur le centre historique : un succès et des encouragements !

    Romans (Drôme)

       patrimoine de romans,carte postale,patrimoine romanais-péageoisLe 4 février dernier, notre association présentait aux élus de Romans et de Bourg-de-Péage, à la presse et aux associations des deux cités, une nouvelle initiative pour valoriser le patrimoine architectural et le centre historique de Romans, avec l’édition d’une carte postale. Moins de quinze jours plus tard, plus de 1000 exemplaires de ce document ont déjà été diffusés chez les buralistes, hôteliers, restaurateurs de Romans et de Bourg-de-Péage.

       Une réalisation pour laquelle nous avons reçu de nombreux encouragements parmi lesquels ceux de l’association « Romans cœur de ville », dont le président, Joseph Guinard, nous a fait parvenir un sympathique courrier avec ces propos : «  je me réjouis que des initiatives comme celle-ci aient lieu à Romans dont les atouts évidents en matière de patrimoine et d’activités économiques méritent d’être promus ». Fort de cet appui, nous ne pouvons que poursuivre notre démarche volontariste pour placer notre héritage culturel au cœur des préoccupations d’une société qui a besoin de repères.

  • Aujourd'hui, c'est la saint Barnard !

    Romans (Drôme)

    Saint-Barnard - Copie.JPGLe dicton du jour : « Saint Barnard ensoleillé, rend le vigneron gai »

       Il s’agit bien du personnage dont la collégiale porte le nom et qui fut à l’origine de la ville de Romans.

       Barnard voit le jour dans le Lyonnais vers 778, se marie à 18 ans et suit quelques temps la carrière des armes auprès de Charlemagne. Après 7 ans de vie commune il quitte sa femme et ses enfants pour embrasser la vie monastique. Il bâtit l’abbaye d’Ambronay, dans le Bugey, puis devient archevêque de Vienne en 810.

       Après la mort de Charlemagne en 814, l'empire revient à Louis Le Pieux dont la seconde femme donne naissance à un garçon baptisé Charles. Cet enfant arrive après trois frères déjà pourvus d'une bonne partie de l'héritage paternel. En 829, Louis le Pieux taille pour Charles un domaine prélevé sur les terres de ses frères qui se révoltent contre leur père. En 833, pour juger l'empereur, ils réunissent des prélats dont Barnard. Les rebelles font déclarer leur père incapable de gouverner l'empire et l'enferment dans un monastère. Barnard est au nombre de ceux qui souscrivent à cette sentence. Malheureusement pour eux, l'année suivante, Louis le Pieux revient sur le trône et punit les intrigants : Barnard et d’autres archevêques sont déposés. En 836 (ou 837), Louis consent à rétablir les prélats condamnés sur leurs sièges épiscopaux.

       Barnard renonce à l'action politique pour se consacrer à la vie religieuse, il établit une communauté de moines bénédictins sur une terrasse bordant l’Isère, aux limites méridionales de son diocèse, et construit une église. Il accorde des revenus considérables à son monastère autour duquel de nombreuses habitations ne tardent pas à se grouper. Barnard meurt quelques mois plus tard, le 22 janvier 842. Il est inhumé le lendemain puis canonisé par acclamation populaire en 944. Depuis, le 23 janvier est la saint Barnard.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "1829, la démolition de la porte du Pont Vieux" (fin)

    Romans-sur-Isère ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique  Le conseil municipal de Romans, par une délibération du 1er  décembre 1829,  décide que le   maire est « autorisé à faire les poursuites convenables par devant tous tribunaux compétents pour contraindre la commune du Bourg-du-Péage, à rétablir les fermetures, la toiture, les autres dégradations commises à la porte du pont. » La ville de Romans intente donc un procès à celle de Bourg-de-Péage et l'affaire est portée devant le juge de paix de cette dernière ... ( à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 17 janvier 2013 )