Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

romans-sur-isère

  • Romans : les visites du centre historique

    armoiries, romans-sur-Isère, patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

     Profitez de l’été pour découvrir le patrimoine et l’histoire de Romans avec des conférences-débats hebdomadaires, « les mercredis de l’histoire », complétées par des visites à thèmes, des animations proposées par notre association.

     

    Samedi 21 et lundi 23 juillet, visite du centre historique : « Romans, c’est toute une histoire ». En effet, une histoire plus que millénaire, depuis l’arrivée de Barnard, en 837. Un cheminement qui vous permettra de découvrir les bâtiments emblématiques de l’histoire de Romans, du Moyen Âge jusqu’au XIXè s. Rendez-vous à 14 h 30, 2 quai Ulysse-Chevalier. Participation : 5 €.

    Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " 1942, Dante Donzelli et le Grand Voyage "

       L'Impartial, patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-IsèreRomans-sur-Isère (Drôme)

      « Le Grand Voyage » désigne à Romans, un grand chemin de croix dont les stations-oratoires sont dispersées dans le centre historique de Romans et qui se termine au calvaire des Récollets. Depuis sa création, au début du XVIè s, son histoire est complexe car périodes de destruction et de reconstruction se sont succédé. A partir des années 1840, les oratoires abritaient des toiles peintes illustrant le passage des évangiles qu’elles matérialisaient. Ces toiles, soumises aux aléas météorologiques, disparurent en quelques décennies, la seule qui subsiste se situe, rue de la Banque. Les oratoires se retrouvèrent vides et cela jusqu’au début des années 1940.

       Le régime de Vichy et le maréchal Pétain souhaitèrent rendre à la France son caractère chrétien et favorisèrent les initiatives allant dans ce sens. Une heureuse coïncidence voulut que l’année 1942 fut celle du onze centième centenaire de la mort de l’archevêque Barnard à l’origine de la ville de Romans. Une association se constitua et se donna comme objectif de récolter des fonds pour financer la restauration de certains oratoires et la mise en place de bas-reliefs dans certains d’entre eux. Ce sont les bas-reliefs que l’on peut encore voir aujourd’hui et qui portent tous la signature de leur auteur « Donzelli - Valence - 1942 ». L’histoire et la vie de ce sculpteur sont assez singulières et méritent d’être relatées .... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 19 juillet 2012 )

  • France-Bleu Drôme-Ardèche à Romans

     France Bleue Drôme-Ardèche, centre historique, patrimoine romanais, romans-sur-Isère    Romans-sur-Isère (Drôme)

        Retrouvez-nous chaque matin sur France-Bleu Drôme-Ardèche pour des balades dans le centre historique, à la découverte du patrimoine architectural de notre ville. Jacquemart et la collégiale Saint-Barnard seront à l’honneur mais notre cheminement vous mènera également dans les cours des hôtels particuliers du XVIè siècle et vous dévoilera certains secrets d’une ville médiévale.

  • Été 2012 : découvrez le patrimoine historique de Romans

    patrimoine romanais, centre historique   Romans-sur-Isère (Drôme)

       Profitez de l’été pour découvrir le patrimoine et l’histoire de Romans avec des conférences-débats hebdomadaires, « les mercredis de l’histoire », complétées par des visites à thèmes, des animations proposées par notre association.

     

          Mercredi 18 juillet, conférence : « Romans, c’est toute une histoire ». En effet, une histoire plus que millénaire, depuis l’arrivée de Barnard, en 837, à travers les événements qui ont construit la mémoire collective et les acteurs majeurs qui les ont façonnés. Cette conférence sera complétée samedi 21 juillet et lundi 23 juillet,  par une visite commentée : « Patrimoine du centre historique ».

     

          Mercredi 25 juillet, conférence : « Le Grand voyage et le calvaire des Récollets ». Un Grand Voyage encore trop méconnu, chemin de croix urbain créé en 1516, à découvrir en image. Cette conférence sera complétée dimanche 29 et lundi 30 juillet, par une visite commentée : « Sur les pas du Grand Voyage ».

     

          Mercredi 1er août, conférence : « Femmes de Romans ». L’histoire n’est-elle faite que par les hommes ? C’est ce disent les livres d’histoire mais à Romans des femmes ont marqué leur époque. Cette conférence sera complétée dimanche 5 et lundi 6 août, par une visite commentée des lieux où ces « Femmes de Romans » ont vécu.

     

          Mercredi 8 août, conférence-débat : « Les villes de France et la valorisation de leur patrimoine ». une soirée particulière où seront présentées les actions et les réalisations de diverses villes de France pour valoriser leur centre historique et leur patrimoine architectural.

     

          Dimanche 12 et lundi 13 août, visite commentée : « Romans sous la IIIème république : un patrimoine architectural méconnu ». Le patrimoine architectural de Romans serait seulement un héritage du Moyen Âge, de la Renaissance ! Un a priori dépassé : venez découvrir immeubles et demeures édifiés sous la IIIème République et leur étonnant décor.

     

          Dimanche 19 et lundi 20 août, visite commentée : « La Martinette : un ruisseau domestiqué par l’Homme ». Ce ruisseau, aujourd’hui destination privilégiée pour d’agréables promenades, témoigne du travail des hommes du Moyen Âge pour contrôler la nature afin de disposer d’une source d’énergie vitale aux activités artisanales.

     

          Mercredi 22 août, conférence : « La Seconde Guerre mondiale à Romans ». A l’occasion du 68ème anniversaire de la Libération de Romans, le 22 août 1944, un panorama en images de cette période sombre pour notre ville.

     

          Dimanche 26 et lundi 27 août, visite : « Le cimetière de Romans, l’histoire dans la pierre ». Le cimetière, sur le plateau de Bellevue, est d’abord un lieu de recueillement et de souvenir pour les familles romanaises mais aussi un livre d’histoire pour qui sait décrypter ces stèles de pierre, mémoire d’une cité depuis bientôt deux siècles.

     

          Renseignements pratiques. Départ des visites à 14 h 30, durée : environ 1 h 30. Les conférences commenceront à 20 h 30 et se termineront à 22 h. Une participation sera demandée. L’inscription préalable est obligatoire. Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr /  blog : SEHR26.hautetfort.com.

     

  • Une réunion publique

    Romans-sur-Isère (Drôme)

     place Jean-Jaurès    Nous relayons une information, qui est restée confidentielle, et concerne un projet qui aura des conséquences directes sur le centre historique : le futur aménagement de la place Jean-Jaurès qui pourrait se finaliser à l'horizon 2015. Projet considéré comme prioritaire par la municipalité au détriment de la valorisation du centre historique et de son patrimoine.

    Une première réunion publique est organisée le mardi 15 mai, à 20 h, salle Charles-Michels, 

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Il y a 100 ans, l'élection du chanoine Ulysse Chevalier à l'Institut de France " ( fin )

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-IsèreRomans-sur-Isère (Drôme)

       L’élection du chanoine le 1er mars 1912, comme membre libre de l’Académie des Inscriptions et Belles–Lettres, s’inscrit dans un parcours intellectuel peu ordinaire. Sa carrière professionnelle est de courte durée. A l’âge de 40 ans il est nommé professeur d'archéologie au grand séminaire de Romans (1881-1887) puis à la chaire d'histoire ecclésiastique des facultés catholiques de Lyon jusqu’en 1906. Ses journées à Romans sont consacrées à des recherches en archéologie et en histoire médiévale  ...  ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 1er mars 2012 )

  • Centre historique de Romans : un rapport édifiant !

    ville de romans, romans-sur-isère, centre historique Romans-sur-Isère (Drôme)

       Parmi la multitude de rapports sur Romans demandés par la municipalité, l’un d’entre eux mérite une attention particulière car il dresse un bilan inquiétant sur la situation actuelle du centre historique. Ce rapport, publié en juillet 2010, a été réalisé par Marisa Julien, chargée de mission en urbanisme, entre janvier et juillet 2010 (synthèse ci-joint Romans centre historique rapport 2010.pdf).

       Les points essentiels soulignés dans ce rapport ne surprendront guère les Romanais par exemple, le centre historique c’est « le cachet de la ville ancienne, riche mais sous-exploité » (c’est ce que nous répétons depuis des années !). Notre chargée de mission rappelle en premier les interventions publiques sur le centre historique depuis 30 ans (les ravalements de façades !) puis passe au bilan en juillet 2010 dont voici des citations : « insalubrité récurrente », « le centre historique n’est pas encore arrivé à sortir de son statut de quartier ancien dégradé », « une vacance commerciale très élevé », « un espace mort et vide en soirée et la nuit », « un constat de situation sociale très préoccupant », « un sentiment d’insécurité toujours présent (petit délinquance, des actes d’incivilité essentiellement) », « le quartier le plus problématique de la commune au niveau de la tranquillité publique »,  « ce sentiment d’insécurité nuit considérablement à l’image de ce quartier », « 20% de personnes vivent dans le centre historique avec de très bas revenus ( proportion identique à celle du quartier des grands ensembles de la Monnaie* ) ».

       Le rapport avance des propositions notamment « prévoir un projet global sur le centre ancien et sur le centre ville », « des édifices à revaloriser ou en cours en revalorisation **  : le chemin de croix, ou qui mériterait une revalorisation : les remparts restants », « un communication à développer intensivement », « le potentiel du centre historique ne peut être stimulé que par des actions concrètes et massives sur le centre ancien réunies dans un projet global, c’est à dire un projet de centre-ville et de centralité urbaine élargie ». Ces préconisations restent pour l’instant lettre morte.

       L’une d’entre elle retient en particulier notre attention car elle s’inscrit dans notre projet pour le centre historique de Romans et son patrimoine ;« l’une des procédures possibles pour valoriser le centre ancien », obtenir pour Romans, le « Label Villes et pays d’Art et d’Histoire ».

    * Voir nos réflexions à ce sujet sur la note du 21 février.

    ** " Revalorisation " qui n'est toujours pas commencée en février  2012.


  • Cette semaine dans "L'Impartial" : " Il y a 100 ans, l'élection du chanoine Ulysse Chevalier à l'Institut de France "

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-IsèreRomans-sur-Isère (Drôme)

     Voici un siècle, les Romanais apprenaient l’élection, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), du chanoine Ulysse Chevalier, l’un de leurs compatriotes les plus éminents.chanoine ulysse chevalier, ville de Romans, Romans-sur-Isère Il était le fils unique d’un médecin militaire, et historien de Romans, le Dr Ulysse Chevalier.

       Né à Rambouillet le 24 février 1841 où son père était en poste, Cyr-Ulysse-Joseph, pour l’état civil, revient avec ses parents à Romans en 1853, il est alors inscrit au collège de la ville. Le jeune homme ne passe cependant pas son bac et apprend la paléographie et l’histoire des chartes dans les ouvrages que lui prêtent les amis de son père...( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 23 février 2012 )

  • Sondages ... à la sauce romanaise !

    romans-sur-isère    Suite à notre note consacré au sondage sur la « reprise de la construction de la cité de la musique » que certains Romanais ont cru voir sur RomansMag.com, le directeur de la communication de la ville de Romans a tenu à nous informer qu’aucun sondage de ce type n’avait été proposé aux internautes romanais. Nous prenons acte* de cette information et la communiquons aux Romanais qui éventuellement auraient des hallucinations en se rendant trop fréquemment sur le site internet de la ville ! Notons que la ville de Romans a eu la prudence de ne pas solliciter la population sur un sujet qui lui aurait été défavorable. Voilà donc pour un sondage dont on a les résultats mais qui n’a pas existé !

        Cela nous fait penser à un autre sondage, plus précisément « une enquête d’opinions », sur le projet technocratique de super agglomération Valence-Romans, pour laquelle, au dire du maire de Romans, « 70 % des Romanais » seraient favorables ! ** A notre connaissance personne ne s’est posée la question de savoir de quel chapeau de magicien ces résultats avaient été tirés ? de quelle enquête d’opinion s’agissait-il ? combien de Romanais avaient été interrogés ? une statistique dont personne n’a cependant mis en cause la fiabilité ! Peut-être aurons-nous les réponses à ces questions, prochainement, sur RomansMag.com qui doit certainement mener son enquête !

       Une dernière histoire de sondage à la sauce romanaise avec le sondage téléphonique réalisé au printemps auprès des dizaines ou des centaines de Romanais. Certaines questions portaient sur la « construction de cité de la musique » : comme par hasard, les résultats … n’ont jamais été publiés !

     

     

    * « prendre acte » est une expression à la mode, en ce moment, à Romans !

    **source Dauphiné Libéré, 3 septembre 2011.

  • Visite du centre historique de Romans

    Viiste Josaphat.JPGRomans-sur-Isère - Visite commentée du centre historique, lundi 27 septembre. Rendez-vous au pied de la tour Jacquemart, à 14 h 30, durée  1 h 30. Pour découvrir le riche patrimoine architectural de la ville mais aussi le patrimoine méconnu, menacé ou abandonné - Visite gratuite proposée par l'association -

  • Journées Européennes du Patrimoine 18-19 septembre 2010

    Gd Voyage XXI corr.JPG"Sur les pas du Grand Voyage" : visite commentée pour découvrir un grand chemin de croix appelé "Grand Voyage" dont les stations sont disséminées dans le centre historique de Romans. Ensemble monumental unique en France dont les origines remontent au XVIè siècle (visite difficile pour les personnes à mobilité réduite). Samedi et dimanche, rendez-vous à 14 h 30, côte Poids-des-Farines, durée de la visite : environ 1 h 30. Visite gratuite.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Le temple maçonnique de Romans"

    RomaL'Impartial.jpgns-sur-Isère -  Beaucoup d’entre vous connaissent le marchand de vin situé rue Président-Félix-Faure qui pratique son commerce dans un bâtiment quelque peu singulier : l’ancien temple des francs-maçons de Romans !  Tout commence en octobre 1847 avec la création, dans notre ville, d’une « loge » ( assemblée de francs-maçons) appelée « L’Union des deux cantons » .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial du jeudi 9 septembre 2010).

  • Jacquemart : le son des cloches

    Jacquemart carillon.jpgRomans-sur-Isère – Le système électrique de Jacquemart vient d’être remis au norme pour la somme de 9000 €. Ces travaux bienvenus doivent également assurer une meilleure fiabilité du carillon qui annonce les quarts d’heures par une ritournelle. Celle qui a été retenue ne semble pas correspondre à une mélodie connue : pourquoi ne pas la remplacer par quelques musiques issues du folklore local, par exemple les premières notes du « rigaudon dauphinois » (vous savez « ré fa la si la sol fa mi ré »). De plus, il serait  judicieux de profiter de ces réparations pour remettre à l’honneur une autre tradition. Voici encore quelques années, à midi et à six heures du soir, le carillon égrenait les premières notes de deux chants traditionnels : l’hymne romanais, « Sian lous ména », et l’hymne occitan « Se canto », attraction appréciée, et attendue, par les Romanais et les touristes. De petites doléances qui ne coûteraient pas un centime, seulement une petite programmation informatique, et mettraient en valeur notre patrimoine folklorique et le carillon, trop peu utilisé depuis la disparition des concerts de l’été.

  • Les maires francophones et le patrimoine

    AIMF.jpg    Notre association dans ses démarches pour sauvegarder, valoriser et promouvoir le patrimoine de notre ville rejoint les objectifs de grandes institutions comme  « l'Association Internationale des Maires Francophones », l’AIMF. C’est un réseau d’élus locaux de 48 pays où le français est la langue officielle, la langue de communication et qui se retrouvent autour de valeurs communes comme la démocratie participative ou encore la planification du développement local. Les maires de grandes villes françaises sont membres de cette association (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, etc).

          Sur son site internet, l’AIMF présente son programme de « développement socio-économique durable » avec une rubrique « culture et patrimoine » que voici.

          « Le patrimoine est l'héritage du passé. Nous en profitons aujourd'hui et nous le transmettons aux générations à venir. Le patrimoine ne se limite pas aux chefs d’œuvre et aux grands ouvrages. Il englobe aussi le tissu ordinaire de la ville et sa dimension sociologique. Par patrimoine, on entend donc les monuments historiques, les vestiges archéologiques, les ensembles architecturaux urbains ou ruraux, les paysages, mais aussi les témoignages matériels ou immatériels de l'histoire et des cultures de nos sociétés. Ces biens se dégradent, certains sont déjà perdus. Les menaces ne manquent pas. Elles s'appellent ignorance, pollution, guerre, urbanisation non planifiée, tourisme incontrôlé.  Alors que les villes accueillent des populations toujours plus nombreuses, venues d'horizons différents, la politique municipale du patrimoine apparaît comme un facteur de cohésion sociale autant que de dynamisme économique. La valorisation des patrimoines est une source de notoriété pour la ville et favorise son développement touristique. Elle suscite également, dans la population, un sentiment d'appartenance et favorise une appropriation par les habitants de l'espace qu'ils habitent ensemble. Parce que l'AIMF soutient, par son action, la croissance harmonieuse des espaces urbains, il lui appartient d'encourager la protection et la préservation du patrimoine localisé dans les villes ».

          Un constat et des conclusions qui sont les fondements de notre démarche et qui devraient devenir un axe de gouvernance pour notre ville.

     

  • Question d'image

    rue_Dolet_Romans_sur_Isere_p39_i4.jpg Avec « la rentrée », le centre historique retrouve les problèmes en débat au printemps : en particulier sur la future cité de la musique et ses conséquences sur son environnement, et l’avenir de la maison du directeur (démolie ! pas démolie ! en partie ! totalement ! réhabilitée ! pas réhabilitée !) qui, en d’autres temps, devait revenir aux associations.

    Des inquiétudes également sur l’image que la ville de Romans veut donner d’elle-même : à l’entrée du Pont Neuf, des immeubles vont bientôt d’élever, une de leur finalité sera de valoriser « l’entrée sud de la ville ». Il s’agit d’un projet d’architectes (comme pour la cité de la musique) qui n’a pas été pensé comme devant s’inscrire dans un espace ayant déjà ses propres contraintes architecturales et historiques. Comme pour la cité de la musique, les bâtiments dessinés pourraient être « posés » dans un autre quartier de Romans ou même d’une autre ville de France. Les immeubles projetés à l’entrée du Pont Neuf ne donnent guère une image accueillante de Romans et ne signalent pas la proximité du centre historique : ils nous rappellent quelque chose d’un autre temps, que l’on croyait relégué dans les oubliettes de l’histoire ! quelque chose comme l’architecture des grands ensembles, celle des banlieues des années 1960 !

  • Comme quoi !

    Clerieuhôtel.jpgRomans-sur-Isère – La délégation départementale de l’association « Vieilles Maisons Françaises » organise aujourd’hui une visite du patrimoine de la « Drôme des collines » et, à Romans, de la collégiale Saint-Barnard et de l’hôtel de Clérieu. Par cette visite, VMF corrige « la bévue » qu’elle avait commise, en juin dernier, à l’occasion de la publication du dernier numéro de sa revue consacré au patrimoine du département de la Drôme : aucune ligne n’avait en effet été consacrée au patrimoine de Romans et de la Drôme des collines ! Nous avions réagi fermement dans ce blog ainsi que dans un article publié dans L’Impartial pour dénoncer ce peu de considération pour notre ville (ce que rappelle également un article dans l'édition du Dauphiné Libéré de ce mercredi 25 août) : comme quoi, dire la vérité est toujours payant !

  • " Moribond ! "

    Rue des Clercs.JPGRomans-sur-Isère - L’édition du samedi 21 août du Dauphiné Libéré a consacré un long article sur la collégiale Saint-Barnard, ce qu’apprécient bien évidemment tous les Romanais après la bévue de la revue « Vielles Maisons Françaises » ! L’article concluait ainsi : « Aujourd’hui, le monument bénéficie de toute la bienveillance d’une association, Les Amis de Saint-Barnard et du Calvaire des Récollets. Expositions, concerts, visites, sont régulièrement programmés dans cet écrin adapté à ces loisirs culturels ». Hommage bien mérité, car sans cette association, la collégiale serait un espace mort ! « Curieusement aujourd’hui, les ruelles environnantes ne connaissent pas l’essor économique de leurs origines et cherchent avec peine une nouvelle identité. Seul le marché du dimanche attire les foules à l’heure [de l’office] ». Ce constat d’un journaliste est celui de notre association ! ce qu’un touriste a résumé dans un trait cinglant en qualifiant le centre historique de « moribond » ! Un constat qui risque de perdurer des années en l’absence d’un programme municipal ambitieux pour revitaliser le centre historique et lui donner toute sa place dans la promotion de notre ville.

  • 23 août 1944 - 23 août 2010 : Querelle autour d'une photo !

    FTP Cordeliers.jpg Romans-sur-Isère - Sur le blog «  Le fil rouge » (http://lefilrougeromanais.over-blog.com), Maurice Faure soulève, en ces temps de « commémoration » de la Libération de Romans, en août 1944, la question du choix des documents à présenter dans le « musée de la Résistance en Drôme et de la Déportation », et plus précisément d’une photo représentant des FTP défilant côte des Cordeliers.

    Pourquoi cette photo pose-t-elle problème ? D’abord les faits. Cette photo est authentique par sa date (elle a été prise le 23 août 1944), par le lieu (Romans, côte des Cordeliers), par les personnages (des FTP conduits par Marius Vignon). L’angle de prise de vue et le cadrage, dénotent le travail d’un professionnel en l’occurrence le photographe Taly devant l’atelier duquel passent le 23 août, les FTP mais aussi les FFI et les Américains. Cette photo est donc à ce titre un document historique parfaitement identifié, et appartient au patrimoine photographique de Romans. Elle est souvent reproduite pour illustrer le combat des maquisards pour la Libération  de Romans : non pas à cause de la réalité des faits qu’elle décrit mais en raison de ses qualités esthétiques et d’émotion, (ce qui est le cas de nombreuses photographies du patrimoine locale ou nationale !).

    Ce qui pose problème, c’est l’interprétation de ce document car deux « Mémoires » de la Résistance s’affrontent. L’une estime que les FTP (d’obédience communiste) ont seulement constitué une force d’appoint dans les combats contre les Allemands, à Romans, le 22 août 1944, et que cette photo les valorise trop et ne doit pas présentée sur les murs du musée de la Résistance. La seconde Mémoire considère que dans les semaines et les mois précédents la Libération, les FTP se sont battus, comme les autres, contre l’occupant, et que cette photo est emblématique de l’ensemble de leur action et doit être présentée au public du musée !

    Là où deux « Mémoires » s’opposent chacune avec « sa vérité », la fonction de « l’Histoire » est de mettre en perspective cet évènement. Par quel moyen ? En replaçant cette photo sur les murs du musée, comme le propose Maurice Faure, en l’accompagnant des deux interprétations, ainsi que d’un commentaire d’historien : le lecteur pourra ainsi se faire sa propre opinion ! Le rôle d’un musée n’est pas seulement la présentation d’objets ! Ne doit-il pas également favoriser la réflexion chez les visiteurs qui le parcours en leur rappelant qu’il n’y a pas de photos « objectives » et que seule l’analyse de l’historien permet de leur donner un sens ?

     

  • Concert en la collégiale Saint-Barnard

    St-BARNARD nef.JPGRomans-sur-Isère - L'association "Les Amis de Saint-Barnard" vous invite en la collégiale Saint-Barnard, jeudi 26 août, à 20 h 30, pour découvrir (ou redécouvrir) les compositeurs majeurs de la première moitié du XVIIIè siècle. Au programme proposé par l'ensemble "Musica Damiate" d'Amsterdam (flûte, violon, violoncelle, clavecin), des oeuvres de Carl Ph. Emmanuel Bach, George Fr. Haendel, Antonio Vivaldi, George Ph. Teleman, Jean-Sébastien Bach - Entrée libre.

  • Visite du centre historique de Romans

    IMG_9392.JPGRomans-sur-Isère - Visite commentée du centre historique, samedi 14 août 2010. Départ à 15 h (rendez-vous au pied de la tour Jacquemart), durée  1 h 30. Pour découvrir le riche patrimoine architectural de la ville mais aussi le patrimoine méconnu, menacé ou abandonné - Visite gratuite proposée par l'association.