Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rue des clercs

  • Tout ça pour 5700 € !

       Depuis plusieurs mois, les riverains de la rue des Clercs demandaient à la ville de remettre en place les galets qui donnent un cachet pittoresque à cette ruelle du centre historique. Voici trois semaines, un panneau placé à l’entrée de la rue annonçait fièrement aux passants « Rénovation de la rue des Clercs » : quel projet, d’autant que 5700 €  lui étaient consacrés !

      

    patrimoine romanais

    patrimoine romanais, rue des ClercsAujourd’hui, le résultat n’est pas à la hauteur de la promesse : c’est le moins qu’on puisse dire ! Le nouveau pavage ne ressemble guère au pavage réalisé par des spécialistes voici une vingtaine d’années qui avaient pris soin d’accoler le mieux possible les galets, à l'ancienne (photo 1) : dans le secteur rénové, les galets ont été placés de manière beaucoup trop clairsemée (photo 2) : à tel point que le chef de chantier  s ‘est  retrouvé avec des galets en trop ! (photo 3). patrimoine romanais, rue des Clercs

     

     

     

     

    patrimoine romanais, rue des ClercsComment a-t-on pu  bâcler ce travail alors qu’il suffisait de se déplacer de quelques mètres pour avoir sous les yeux l’exemple à suivre ! L’effet esthétique n’est guère satisfaisant et le sable qui sert de joint entre les galets sera rapidement emporté lors des passages successifs de la balayeuse municipale ou du ruissellement des eaux de pluie. Notons également que sur un autre secteur, les galets n’ont pas été remis en place (photo 4). Finalement 5700 €, c’est bien cher pour un tel résultat ! Quant au terme de « Rénovation », c’est une expression bien ronflante qui, finalement, ne recouvre pas grand chose d’utile à la valorisation du patrimoine culturel !

     

     patrimoine romanais, rue Mathieu-de-la-Drôme Puisque nous parlons pavés, étonnons-nous de nouveau que, rue Mathieu-de-la-Drôme, suite à des travaux sur des canalisations, les pavés n’aient pas été remis en place et remplacés par une couche de ciment (photo 5). Une question : l’entreprise responsable de ces travaux, dans son contrat, n’avait-elle pas l’obligation de remettre en place ces pavés ?

  • " Moribond ! "

    Rue des Clercs.JPGRomans-sur-Isère - L’édition du samedi 21 août du Dauphiné Libéré a consacré un long article sur la collégiale Saint-Barnard, ce qu’apprécient bien évidemment tous les Romanais après la bévue de la revue « Vielles Maisons Françaises » ! L’article concluait ainsi : « Aujourd’hui, le monument bénéficie de toute la bienveillance d’une association, Les Amis de Saint-Barnard et du Calvaire des Récollets. Expositions, concerts, visites, sont régulièrement programmés dans cet écrin adapté à ces loisirs culturels ». Hommage bien mérité, car sans cette association, la collégiale serait un espace mort ! « Curieusement aujourd’hui, les ruelles environnantes ne connaissent pas l’essor économique de leurs origines et cherchent avec peine une nouvelle identité. Seul le marché du dimanche attire les foules à l’heure [de l’office] ». Ce constat d’un journaliste est celui de notre association ! ce qu’un touriste a résumé dans un trait cinglant en qualifiant le centre historique de « moribond » ! Un constat qui risque de perdurer des années en l’absence d’un programme municipal ambitieux pour revitaliser le centre historique et lui donner toute sa place dans la promotion de notre ville.