Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rue du mouton

  • Romans (Drôme) / « Maison du mouton » : Victoire ! … peut-être !

    Romans (Drôme)

    maison du mouton, patrimoine romanais, rue du mouton    Le conseil municipal de Romans a voté, hier soir, une délibération concernant « l’îlot du mouton », c’est à dire le bâti autour de la maison du mouton, entre les rues de l’Armillerie, du mouton et de l’écosserie. Cette délibération vise à imposer aux propriétaires, qui ont laissé en déshérence cet espace, une réhabilitation dans un délai de un à deux ans. Au delà, une enquête d’utilité publique mènera à leur expropriation et à l’acquisition des bâtiments. 

       « Victoire ! » : notre persévérance obtient son premier succès car cela fait des années que nous demandons à la puissance publique d’intervenir efficacement pour sauver cet îlot qui abrite une patrimoine architectural médiéval et Renaissance d’un grand intérêt.

      Cependant, notre satisfaction est à nuancer car se pose la question de la forme que prendra cette réhabilitation. Nous avons à ce sujet quelques inquiétudes car la mairie prévoit de transformer ces immeubles en "logements, commerces et garages" !  Pour nous, ce n’est pas la solution : le patrimoine architectural doit être valoriser en l’ouvrant à tous, touristes et flâneurs et amateurs d’art, et non en le réservant à quelques privilégiés et en fermant les portes comme c’est le cas pour de nombreux hôtels particuliers dans le centre historique. Notre proposition : créer à côté de logements et de boutiques, une maison du patrimoine qui serait aussi un pôle d’animations complémentaire à la collégiale Saint-Barnard, autour de l’histoire et du patrimoine de Romans (salles d’expositions, de conférence, accueil du trésor de Saint-Barnard, annexe de l’office de tourisme, services municipaux du patrimoine, musée de la résistance et de la déportation, etc …).

  • Réhabilitation du patrimoine architectural : l'immobilisme

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    rue du Mouton, patrimoine romanais-péageois   Notre association s’est donnée comme objectif d’informer régulièrement les Romanais sur l’avancement des travaux annoncés chaque jour par la mairie. En ce début d’août, revenons à la rue du Mouton, non pour s’emporter de nouveau contre la dégradation de la « maison du Mouton » mais s’interroger sur le devenir du bâtiment situé en face, au n° 14.

       Il s’agit d’un hôtel particulier édifié au XVè siècle, avec une cour intérieure et loggia, son heure de gloire est au XVIIIè siècle, il était alors la propriété des famille Delacour (Jean-Claude Delacour fut «colonel de bourgeoisie» ou commandant de la milice bourgeoise de Romans), sous le règne de Louis XV, puis Berlhe (André Berlhe fut maire de Romans entre 1777 et 1780).

        En 2008, ce « bien immobilier », pratiquement en ruine, est la propriété de la ville de Romans qui considère alors que « l’immeuble doit faire l’objet de travaux importants pour sa mise en sécurité, portant sur la consolidation de la charpente et des planchers ». Le 24 novembre 2008, le conseil municipal (http://delib.ville-romans26.fr/) décide de le vendre au prix de 25 000 € à M. C… « gérant d’une société spécialisée en restauration du patrimoine […], ce dernier envisageant de réhabiliter cet immeuble en vue de créer quelques logements ». La cession se fait sous condition que l’acquéreur s’engage sur « la réalisation de travaux de mise en sécurité du bâtiment (charpente et planchers), selon le calendrier convenu entre les deux parties ; la réhabilitation du bâtiment en respectant les prescriptions énoncées par les Bâtiments de France ».

       Ce qui pose problème c’est l'adverbe à la fin de la délibération municipale qui précise que « ces travaux doivent être programmés RAPIDEMENT ».  « Rapidement » : en 2008, cela signifiait pour la municipalité sous quelle durée ? Près de trois ans se sont écoulés depuis la délibération, le permis de construire est daté de novembre 2009 … et les travaux n’ont toujours pas commencé !  Aujourd’hui, la ville ne devrait-elle pas faire appliquer les conditions de cette vente et demander au propriétaire d’engager enfin les travaux ?