Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Choses vues dans le centre historique !

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    Ces photos ont été prises voici quelques jours dans le centre historique : voici un florilège de ces petites choses qui ternissent l'image que nous voulons donner de notre ville !
    ville de Romans, saint-barnardville de Romans, saint-barnardL’interdiction du stationnement contre Saint-Barnard n’est pas respectée !
        
     
     
    saint-barnardville de romans, rue de l'ArmillerieLa rue Port-Brûlé est envahie par les « mauvaises herbes » ! La trop « célèbre » porte brûlée de rue de l’Armillerie : triste décor accueillant les visiteurs flânant dans le centre historique, et cela depuis plus d’un an !
        
    port-brûlérue BaudoinL’escalier Montolivet perd ses pavés ! la rue Baudoin attend de retrouver les siens depuis plusieurs mois !
     
    Une seule question : pourquoi la ville n’assure-t-elle pas l’entretien régulier du centre historique ?

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "1909, les tout-petits et leurs jouets perdus"

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

      C’est vers la fin du XVIIIe siècle qu’apparaissent les premières structures de garde et d’instruction pour les très jeunes enfants, « les tout-petits ». «  les salles d’asile ou salles d’hospitalité », sont les prémices de ce qui deviendra l’école maternelle. C’est la loi du 16 juin 1881, proposée et défendue par le ministre de l’instruction publique Jules Ferry, qui définit « l’école maternelle publique » comme une école gratuite, laïque mais non obligatoire. .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 28 juillet 2011)

  • La collégiale Saint-Barnard abandonnée par l'office du tourisme !

     saint-barnard, office de tourisme   Depuis le 15 juin, est présentée dans la collégiale Saint-Barnard une exposition consacrée au 400è anniversaire de la congrégation de la Visitation. Les objets réunis  par l'association « Les Amis de Saint-Barnard et du calvaire des Récollets » (pièces d'orfèvrerie, tableaux, gravures, livres) ont été prêtés par le musée de la Visitation de Moulins et sont présentés dans le cadre prestigieux de la chapelle du Saint-Sacrement. Certaines pièces proviennent du couvent de Romans, dispersé en 1906. Cette exposition est une invitation à découvrir la vie des religieuses visitandines et l'histoire méconnue de cette congrégation. A voir jusqu'au 18 septembre.

        Cette exposition exceptionnelle n’a malheureusement pas rencontré son public, trop peu nombreux à pousser les portes de la vénérable collégiale. Quelles sont les explications à cette saison touristique décevante ? Faut-il les rechercher dans la presse qui n’a guère épargné notre ville : article dans l’hebdomadaire « Marianne », série de braquages relayée par les médias ? Peut-être ! Mais tout cela aurait été secondaire si « l’office de tourisme du pays de Romans – Bourg de Péage » participait à la promotion de la collégiale ; à ce jour, ce n’est pas le cas : son site est désespérément muet sur cette exposition ! Egalement, muette sur la collégiale, sa vitrine donnant sur l’avenue Gambetta qui, à la promotion culturelle de notre cité, préfère offrir aux touristes … le monde merveilleux des lutins ! Des touristes trouvent cependant le chemin de la collégiale, certains envoyés par l’office de tourisme de Valence ou celui de Tain … sans commentaire !

  • La maison du Mouton restaurée ...mais pas à Romans !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    maison du mouton,patrimoine romanais-péageois    Nous rappelons régulièrement l’abandon dans lequel se trouve la maison du Mouton, près de la collégiale Saint-Barnard et la dégradation de cette demeure, le plus ancien témoignage de l'architecture civile médiévale à Romans. 

        Un peu d’humour cependant avec ces clichés des façades de maisons du Mouton situées à Paris, dans le quartier du Marais, ou à Châteauneuf-en-Auxois, en Bourgogne !

    maison du mouton,patrimoine romanais-péageois         maison du mouton,patrimoine romanais-péageois                

    Volonté de restaurer ou désintérêt pour le patrimoine architectural : toutes les maisons du Mouton ne sont donc pas logées à la même … enseigne !

  • "Super Agglo Valence-Romans" : le sens de l'Histoire ?

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    patrimoine romanais,centre historique de romans   Le 4 juillet dernier s’est déroulé à Romans un conseil municipal historique qui a voté, à une voix de majorité (30 pour et 29 contre), de livrer l’avenir de notre ville aux décisions des élus valentinois.

       C’est effectivement une date malheureuse à retenir car depuis des centaines d’années Romans a su préserver son indépendance pour choisir son destin ; de plus, le développement du mouvement communal, depuis deux siècles, visait à rapprocher les élus des électeurs afin de créer une véritable démocratie de proximité  : le vote du 4 juillet est donc un retour en arrière et ne s’inscrit pas « le sens de l’histoire » comme l’affirme les élus majoritaires de Romans !

       Dans une note précédente, nous avons souligné les conséquences de la création de « Super Agglo » sur la valorisation de Romans, de son centre historique et de son patrimoine architectural. Bonne nouvelle cependant : les élus de la communauté d’agglomération du pays de Romans ont voté à une forte majorité (30 contre, 16 pour, 1 blanc) contre ce projet technocratique.

       Qu’en pensent les Romanais ? Voici deux mois les Romanais ont été sollicités pour un sondage sur la situation économique et politique de leur ville mais les commanditaires se sont bien gardés de les questionner sur le projet de « Super Agglo » ! un oubli, certainement ! De même, les différents « conseils » mis en place par la municipalité n’ont pas été invités à s’exprimer ! C’est beau la « démocratie participative » !

  • Bourg-de-Péage et Romans à l’honneur dans "Revue Drômoise"

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    revue drômoise, patrimoine romanais-péageois   « Revue Drômoise » est un publication trimestrielle de la Société d’Archéologie, d’Histoire et de Géographie de la Drôme ( http://revuedromoise.e-monsite.com ) . Le numéro 540 sorti ces derniers jours propose deux articles de notre association sur l’histoire et le patrimoine de Bourg-de-Péage et de Romans, « Les maristes : 120 ans d’histoire et d’instruction à Bourg-de-Péage » et « les madones de Romans ».

       Ces articles s’inscrivent dans la volonté de renouveler l’historiographie péageoise et romanaise qui doit s’émanciper des grands érudits des XIXè et du début du XXè siècles. La mission de notre association est aussi de faire éclore de nouveaux talents d’historiens et de les aider à publier leurs travaux : si vous avez cette fibre particulière, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Romans : la première auto photographiée "

    patrimoine romanais,centre historique de romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

     La carte postale et l’automobile sont deux innovations marquantes de la dernière décennie du XIXè siècle. La première prend l’aspect qu’on lui connaît, avec une photographie sur l’une de ses faces, à partir de 1890, grâce à la technique de la photocollographie. Quant à l’automobile, elle est née quelques années auparavant, en mai 1885, lorsque Karl Benz fait rouler la première voiture à essence .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 14 juillet 2011)..

  • Vue de Valence : Romans ... connais pas !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    agglomération valence romans, tourisme   La lecture du dernier numéro de La Drôme, magazine du conseil général, n°100, qui comporte un dossier intitulé « Un été au grand air », est des plus intéressants quant à la vision portée par Valence sur Romans et doit être un élément de réflexion quant aux conséquences de la future « Super Agglomération Valence-Romans » sur notre ville !

        En effet, ce numéro de La Drôme, qui présente les animations estivales dans le département est pratiquement muet (c’est un euphémisme) sur celles proposées dans notre ville. Des articles entiers sont consacrés à « la gare des ramières », à « une visite théâtralisée du centre ancien de Valence », aux « concerts à St-Nazaire-en-Royans » ou « aux médiathèques départementales » ! mais, sur les trente pages de la revue, une dizaine de petites lignes seulement sont consacrées à Romans ; sont seulement annoncés : les deux concerts du carillons de Jacquemart, le festival de folklore (terminé le 10 juillet) et la fête de la raviole et de la pogne … du 3 septembre ! Point final ! La fin juillet et le mois d’août à Romans : c’est le désert ! pourquoi les touristes viendraient-ils alors dans notre ville ! Que Valence ignore les Romanais et leur ville n’est guère nouveau mais il faut aussi y voir la faillite de l’office de tourisme du Pays de Romans pour promouvoir notre ville et son centre historique avec des animations culturelles de qualité !

  • Été 2011, l'été du patrimoine à Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

      patrimoine romanais,centre historique de romans Valoriser le centre historique et le patrimoine architectural de Romans est une des missions de la SEHR. A ce titre, nous sommes sollicités par des associations à vocation culturelle qui souhaitent faire connaître à leurs adhérents cette facette de notre ville, loin du tourisme commercial qui prévaut, et dans l’optique d’un tourisme patrimonial dédaigné par l’office de tourisme et la municipalité.

        Pour répondre à cette demande, la SEHR proposera, pendant l'été, aux associations et à leurs adhérents, tous les après-midis, entre le 11 juillet et le 13 août, des visites commentées gratuites du centre historique. N'hésitez pas à nous contacter.

  • Enfin !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    patrimoine romanais,centre historique de romansEnfin ! C'est l'expression de circonstance après la création, mercredi soir, 6 juillet, de l'association " Management Centre ville " (le nom définitif est encore à trouver) chargée de dynamiser l'espace entre la gare et l'Isère, c'est à dire le faubourg Jacquemart et le centre historique. Une initiative que nous appelons de nos voeux depuis plusieurs mois afin d'agir dans un projet global permettant de concilier les besoins des habitants, des commerçants et la valorisation du patrimoine à travers le développement du toursime. Nous avons déjà abordé le sujet dans des notes précédentes et les aléas qui ont marqué ces six mois de gestation ! Mercredi dernier, se tenait donc " l'assemblée générale constitutive ", un peu " pittoresque " dans son organisation et son déroulement mené par les élus romanais dans un rythme soutenu (bon !). Un conseil d'administration a été élu, le challenge est ambitieux, un premier bilan de ses activités et de ses réalisations pourra être dressé dans un an.

  • "Super Agglo Valence - Romans" ou "le renard et les poules"

     Romans-sur-Isère (Drôme)

       patrimoine romanaisEn ce début juillet 2011, la promotion du pays de Romans – Bourg de Péage relève d’un « EPIC » (Etablissement public industriel et commercial) dénommé « office de tourisme des pays de Romans et de Bourg-de-Péage » qui couvre les 37 communes des cantons  des deux villes centres, des rives du Rhône au porte du Chambaran et des Monts du Matin à la vallée de l’Herbasse.

       Les effets négatifs de cet EPIC pour Romans se font déjà sentir. Alors que notre ville doit être le pôle de son pays, comme elle l’a été pendant des siècles, elle n’est plus qu’une commune parmi  ces 37 et la promotion de son centre historique et de son patrimoine architectural ne vaut guère plus que les champs de tournesols qui agrémente le site internet de l’office.

       L’horizon n’est pas prêt de s’améliorer si le projet de « super agglomération » englobant Valence, Romans - Bourg-de-Péage est mené à son terme. Ce « super machin » bureaucratique aura comme « compétence obligatoire », la promotion touristique de ce nouvel espace disparate avec « fusion des EPIC ». Cela signifie, qu’ à moyen terme, existera un unique « office de tourisme des pays de Valence, Bourg-de-Péage et Romans » : qu’adviendrait-il alors de la promotion de Romans ? Comment les élus romanais, qui seront minoritaires, pourront-ils obtenir des financements pour la réhabilitation du centre historique de Romans, la restauration du calvaire des Récollets ou la valorisation la collégiale Saint-Barnard, de la part d’élus valentinois dont l’indifférence pour notre ville et ses habitants est inscrite dans l’Histoire ?

       Les rares partisans de « Super Agglo » répondent que « l’union fait la force » ! afin de résister aux appétits de Grenoble, de St-Etienne ou de Lyon ! que Valence et Romans formeront deux pôles équilibrés de « Super Agglo » !  Argument empreint d’une certaine naïveté, qui ignore les leçons de l’Histoire. Certes, on peut imaginer que le renard valentinois et les poules romanaises puissent , ensemble, batailler pour faire prospérer leur coin de prairie mais c’est une fable dont la morale est déjà écrite : le renard finira, un beau jour, par manger les poules ! Tout comme « Super Agglo » finira par annihiler l’identité romanaise !

  • Ça tombe sur le Calvaire des Récollets !

      Romans-sur-Isère (Drôme)

      Certains nous jugent trop sévères avec l’office de tourisme des pays de Romans et de Bourg-de-Péage, nous préférerions ne pas l’être si ce service, émanation de la communauté d’agglomération du pays de Romans, accomplissait vraiment sa mission de promouvoir le centre historique de Romans et son patrimoine architectural, non seulement la collégiale St-Barnard mais aussi le calvaire des Récollets. Notamment le calvaire des Récollets que le président de l’association Patrimoine rhônalpin, lors de son passage à Romans, le 14 juin, a qualifié de « « lieu unique en Rhône-Alpes qui mérite d’être valorisé ».

       L’office de tourisme a fait un effort en installant quelques panneaux comportant des plans de quartiers et des sites patrimoniaux : un premier pas qui va dans le bon sens …sauf que l’un de ces plans (au pied du Jacquemart) comporte une erreur … qui concerne justement le calvaire des Récollets (pas de chance !) localisé au bout de la rue Pierre-Curie, c’est à dire à l’emplacement du lycée St-Maurice, ex château Premier (voir la photo ci-dessous).

    calvaire des récollets,office de tourisme

       Les touristes qui chercheront le calvaire auront du mal à le trouver mais ce n’est pas très grave puisqu’il n’est pas ouvert au public (pourquoi alors le localiser sur un plan ?). Quelle conclusion peut-on tirer de cette maladresse ? Peut-être aucune sauf à constater que cette erreur tombe sur du patrimoine culturel et non sur « Marques avenue », le temple de l’argent-roi, qui, lui, est bien à sa place !

  • Centre historique de Romans : les outils de réflexion ... silencieux !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    centre historique, patrimoine romanais   Toute réflexion sur l’avenir du centre historique de Romans doit concilier à la fois la valorisation du patrimoine architectural, le bien-être des habitants et les intérêts des commerçants, acteurs économiques incontournables pour donner vie aux quartiers environnant la collégiale.       

          Cette réflexion est la finalité de deux structures mises en place ou annoncé par la mairie : la commission extramunicipale « Urbanisme et patrimoine » et l’association « Management du centre ville » qui doit réunir commerçants, acteurs du patrimoine, habitants et habitués de l’espace situé entre les boulevards et l’Isère.

         La première n’a pas été réunie depuis octobre 2010. Peut-être une explication : ses membres n’auraient pas manqué de demander des informations sur  la Banque de France et se seraient opposés à sa vente. Aujourd’hui, cette commission aurait tôt fait de s’emparer des projets concernant l’usine Jourdan, de l’immeuble prévu à l’entrée du Pont Neuf (photo ci-jointe) et surtout du projet « Place Majeure et ring » ! La ville préfère donc se passer d’une commission un peu trop revendicative  !

        Quant à l’association « Management du centre ville » chargée de faire des propositions à la mairie, sur les aménagements entre les boulevards et l’Isère, son assemblée générale constitutive est prévue le 6 juillet. Cette association, par son objet, doit se saisir du projet « Place majeure » et formuler des propositions sur le centre historique, notamment pour développer le tourisme patrimonial !

        

     

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Juin 1911 - juin 2011, le centenaire de l'aviation à Romans" (fin)

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    patrtimoine romanais-péageois, aviation, 1911Le 14 juin 1911, le maire, Ernest Gailly, demande au commandant du 75ème RI en garnison à Romans de mettre à la disposition du comité qui en a fait la demande, le champ de manœuvre des Bérauds, propriété de la commune mais concédé à l’armée en 1890, « le seul endroit propice pour les évolutions des aviateurs en notre commune […] ». L’autorisation est accordée le 16 juin. .... (à suivre dans le numéro de L'Impartial daté du 30 juin 2011).