Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Samedi 10 septembre, à Romans, le forum des associations

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    forum des association, patrimoine romanais péageois

       Pour la première fois, notre association sera présente au forum des associations de la ville de Romans qui se tiendra le samedi 10 septembre. Vous pourrez nous retrouver dans la salle des Cordeliers, au stand 26, à partir de 13 h.

       Ce sera une sympathique occasion d’échanger sur les actions que notre association mène (et mènera) pour sauvegarder et valoriser le centre historique de Romans et son patrimoine architectural, espace de culture mais aussi espace de vie depuis plus de 1000 ans, témoin vivant des valeurs de notre civilisation et du travail des hommes, que nous devons transmettre aux générations futures.

       A cette occasion, vous pourrez découvrir notre programme de visites pour les Journées du Patrimoine qui se dérouleront la semaine suivante, samedi 17 et dimanche 18 septembre.

  • Réhabilitation du patrimoine architectural : l'immobilisme

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    rue du Mouton, patrimoine romanais-péageois   Notre association s’est donnée comme objectif d’informer régulièrement les Romanais sur l’avancement des travaux annoncés chaque jour par la mairie. En ce début d’août, revenons à la rue du Mouton, non pour s’emporter de nouveau contre la dégradation de la « maison du Mouton » mais s’interroger sur le devenir du bâtiment situé en face, au n° 14.

       Il s’agit d’un hôtel particulier édifié au XVè siècle, avec une cour intérieure et loggia, son heure de gloire est au XVIIIè siècle, il était alors la propriété des famille Delacour (Jean-Claude Delacour fut «colonel de bourgeoisie» ou commandant de la milice bourgeoise de Romans), sous le règne de Louis XV, puis Berlhe (André Berlhe fut maire de Romans entre 1777 et 1780).

        En 2008, ce « bien immobilier », pratiquement en ruine, est la propriété de la ville de Romans qui considère alors que « l’immeuble doit faire l’objet de travaux importants pour sa mise en sécurité, portant sur la consolidation de la charpente et des planchers ». Le 24 novembre 2008, le conseil municipal (http://delib.ville-romans26.fr/) décide de le vendre au prix de 25 000 € à M. C… « gérant d’une société spécialisée en restauration du patrimoine […], ce dernier envisageant de réhabiliter cet immeuble en vue de créer quelques logements ». La cession se fait sous condition que l’acquéreur s’engage sur « la réalisation de travaux de mise en sécurité du bâtiment (charpente et planchers), selon le calendrier convenu entre les deux parties ; la réhabilitation du bâtiment en respectant les prescriptions énoncées par les Bâtiments de France ».

       Ce qui pose problème c’est l'adverbe à la fin de la délibération municipale qui précise que « ces travaux doivent être programmés RAPIDEMENT ».  « Rapidement » : en 2008, cela signifiait pour la municipalité sous quelle durée ? Près de trois ans se sont écoulés depuis la délibération, le permis de construire est daté de novembre 2009 … et les travaux n’ont toujours pas commencé !  Aujourd’hui, la ville ne devrait-elle pas faire appliquer les conditions de cette vente et demander au propriétaire d’engager enfin les travaux ?