Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sciés !

    patrimoine romanais-péageois, chapelier

    Romans-sur-Isère (Drôme)

      Ce terme est bien adapté, au propre comme au figuré, à la note d’aujourd’hui.

       Depuis 14 mois, nous vous tenons régulièrement informés de la mésaventure survenue à la table d’orientation installée par la CCPR (aujourd’hui CAPR) en 2009 côte de Chapelier sur le petit parking au pied du vestige du rempart. Cette table d’orientation en grès émaillé visualisait agréablement le paysage que l’on découvre à partir de ce lieu et participait à la valorisation touristique de note ville.  Sa réalisation avait coûté à la CAPR quelques 2000 euros. En novembre 2010, cette table avait été dégradée et un service de la CAPR l’avait prise en charge pour en assurer les réparations.

       En ce mois de janvier 2012, la CAPR semble avoir renoncé à la remettre en place :  pourquoi ? En effet, les deux supports de la table encore visibles voici quelques semaines (voir les photos) ont été démontés ( ou sciés ! ). patrimoine romanais-péageois, chapelier

       Pourra-t-on un jour, avoir une réponse à nos questions ? De nouveau nous regrettons le manque de concertation et le peu de transparence de la CAPR quant il s’agit d’informer les Romanais de ses décisions !

  • 25 février, Carnaval à Romans : nos doléances

    carnaval

    Romans-sur-Isère (Drôme)

       Samedi 25 février, la municipalité proposera « son » dispendieux Carnaval qui se terminera par le procès de Carmentran.

      Les Romanais sont invités, depuis quelques jours, à exprimer les doléances à porter sur l’acte d’accusation. L’année dernière nous avions présenté, sur ce blog, les doléances de notre association : malheureusement nous pouvons les reprendre car 12 mois plus tard aucune action d’envergure n’a été entreprise pour sauvegarder et valoriser le patrimoine de notre ville.

    « J’accuse Carmentran de se prendre pour pharaon en édifiant une cité de la musique »  

    « J’accuse Carmentran d’avoir mis 100 000 euros dans sa poche et de laisser des miettes à saint Barnard »

    « J’accuse Carmentran de faire vivre un calvaire aux Récollets »

    « J’accuse Carmentran d’être sans cœur pour le patrimoine de Romans »

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Charles Ducros (1863-1945), maire SFIO de Bourg-de-Péage"

     Romans-sur-Isère (Drôme)L'Impartial, patrimoine romanais-péageois

      Charles Ducros est né à Bourg-de-Péage le 26 mars 1863, il est le fils de Victor Ducros et d’Annette Gontard. A 20 ans, le jeune homme est dispensé de service militaire au titre de soutien de famille. Ses parents, son épouse et son enfant étant alors entièrement à sa charge  il n’a pas d’autres ressources que son salaire d’ouvrier cloueur.   ...(à suivre dans L'Impartial du 26 janvier 2012)

  • Vandalisme municipal

    saint-donat  Saint-Donat-sur-Herbasse (Drôme)

       Nous relayons aujourd’hui un triste événement dont le patrimoine culturel de la commune de Saint-Donat est la triste victime En effet, une collection ethnographique reconnue, répertoriée, d’objets agraires et quotidiens vient de disparaître, brûlée ou jetée à la décharge par les services municipaux à la demande d’élus donatiens (voir l’édition du Dauphiné Libéré du 17 janvier dernier).

          De cet événement, il y a une leçon à tirer : c’est la nécessité pour les associations de sauvegarde du patrimoine d’une vigilance constante et de n’avoir confiance que dans leur propre détermination !

    Pour en savoir davantage : dossier à télécharger Histoire d'une ex-collection ethnographique.ppsx.

    Photo : les objets à jamais disparus (Association de Sauvegarde du patrimoine de la vallée de l’Herbasse).

  • Cygne de Jacquemart : pas de nouvelle !

    Romans-sur-Isère (Drôme) patrimoine romanais, cygne, jacquemart

     Dans une note publiée le 24 décembre dernier, nous nous interrogions sur la disparition du cygne-fontaine au pied de Jacquemart remis en place un mois plus tôt ! Face au silence de la mairie sur cette question, les journalistes du Dauphiné Libéré avaient mené leur enquête et publié un article, le 6 janvier.

        Rappelons les faits.Le cygne, après avoir été remis en place avec son support et sa vasque, courant novembre, avait été vandalisé dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 décembre !

       Depuis cette date, le cygne est entre les mains des services techniques de la ville en charge de sa réparation : cela fait maintenant CINQ SEMAINES ! Le service concerné pourrait-il faire savoir aux Romanais où en est l'avancement de la restauration du sympathique animal, figure emblématique du patrimoine romanais depuis plus de 150 ans !

  • En catimini ... où est la concertation ?

     impasse Saint-Jean, patrimoine romanaisimpasse Saint-Jean, patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)  

     C’est de nouveau la question que nous posons à la ville. En effet, chacun a pu constater que la vieille lanterne qui n’éclairait plus depuis longtemps l’impasse Saint-Jean, entre la place Maurice-Faure et la collégiale, a été remplacée, en catimini, par une lanterne « économe en énergie ». Cet éclairage particulièrement efficace présente l’intérêt d’inonder de lumière les … boîtes aux lettres inesthétiques qui défigurent l’entrée de l’impasse !  Un espace de « concertation » nous aurait permis de proposer au service municipal ou communautaire compétent (on ne sait plus qui fait quoi dans le centre historique !) de placer cette nouvelle lanterne sous la voûte de l’impasse afin de la mettre en valeur ainsi que la porte romane de la collégiale ! Voilà un exemple de sujet qui serait de la compétence même de la « commission extramunicipale centre historique et patrimoine historique » que nous demandons à la mairie de mettre en place.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "23 janvier, c'est la Saint Barnard"

     Romans-sur-Isère (Drôme)L'Impartial, patrimoine romanais-péageois

       Le calendrier que vous utilisez indique peut-être que le 23 janvier est la fête de « saint Barnard ». Il s’agit bien du personnage dont la collégiale porte le nom et qui fut à l’origine de notre ville. Les premières années de la vie de Barnard sont celles des hommes de l’époque de Charlemagne. Il voit en effet le jour dans le Lyonnais vers 778, se marie à 18 ans et suit quelques temps la carrière des armes et la cour de l’empereur. Mais Barnard, à la vocation religieuse certaine, quitte sa femme, après 7 ans de vie commune ...(à suivre dans L'Impartial du 19 janvier 2012)

     

     

  • Chaussure de Romans : avis de recherche

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    chaussure de romans, patrimoine romanais

       Dans la note de ce jour, nous relayons, avec plaisir, un courriel que nous adressé Mme Sabrina Dorego-Lima libellé ainsi : « Je suis à la recherche de personnes qui ont travaillé chez Arnoux entre 1958 et 1964, et qui ont connu Jacqueline Gaudini, son père Alexandre était syndicaliste actif dans cette société, je recherche également un homme appelé Jeannot qui était patronnier à cette époque ». Les lecteurs qui auraient des éléments de réponses peuvent nous les communiquer (SEHR26@orange.fr), nous les ferons parvenir à Mme Sabrina Dorego-Lima.

     

      


  • Cité de la musique : la peau de l'éléphant !

    patrimoine romanais, chapelle, cité de la musique Romans-sur-Isère (Drôme)

       Si l’avenir du centre historique de Romans et la sauvegarde de son patrimoine architectural n’étaient pas en jeu, nous pourrions nous amuser des épisodes pagnolesques du grand feuilleton « cité de la musique ».

       La faillite de l’entreprise Zephyrin est un triste évènement pour les salariés mais elle présente l’avantage de stopper un projet quelque peu risible.

       En effet, la lecture de « Newsletter n°2 » de la cité de la musique, datée de novembre 2011 (site du pays de Romans), annonçait que les murs de la cité de la musique allait être revêtus d’une texture particulière « rappelant une peau d’éléphant » !!! Que ceux qui défendent l’implantation de la cité de la musique dans le quartier de la Presle, nous expliquent comment un bâtiment avec une texture « rappelant une peau d’éléphant » (c’est bien connu, animal incontournable du bestiaire dauphinois !)  peut s’intégrer à un rempart en galets du XIVe, une chapelle à serlienne et des bâtiments hospitaliers et une chapelle du XIXe siècle ?

       Voici le texte de la Newsletter n°2. Au regard des derniers soubresauts de l’actualité, ce texte devient un chef d’œuvre d’humour involontaire et prête à sourir quant à la naïveté des commanditaires du projet « cité de la musique ».

       « DES MURS EN PEAU D'ELEPHANT. Les murs de la Cité de la Musique commencent à s'élever, permettant ainsi de commencer à bien visualiser l'insertion du bâtiment dans le site. Un soin particulier est apporté aux finitions dès ce stade du chantier puisque les murs en béton sont destinés à rester apparents. Aussi, l'équipe de maîtrise d’œuvre a souhaité donner à ce matériau brut une texture particulière rappelant une peau d'éléphant. L'entreprise ZEPHYRIN en charge des travaux de gros oeuvre a relevé le défi d'une technique qu'elle a déjà eu l'occasion de mettre en oeuvre précédemment sur deux chantiers. Aussi, une partie de son personnel est aujourd'hui formée à cette technique qui consiste à insérer un film polyane savamment plissé dans la banche avant de couler le béton. L'entreprise avoue avoir procédé à de nombreux essais avant de parvenir à maîtriser la technique en plissant correctement le film polyane en fonction du résultat attendu. La mise en oeuvre est bien sûr un peu plus longue (environ 20 %) (1) mais le résultat est à la hauteur: les murs montrent un fini fripé qui évoque fort harmonieusement, la peau d'éléphant. La réalisation manuelle et « le coup de patte » du maçon qui donne le plissage du film polyane donnent un résultat irrégulier, pourtant très homogène ».

    (1) Commentaire : si le projet de « texture rappelant la peau d’éléphant » n’avait pas été retenu, le gros œuvre de la cité de la musique serait donc aujourd’hui terminé !

  • Romans (Drôme) : Jacquemart va-t-il perdre la tête ?

    Rpatrimoine romanais-péageois, JacquemartRomans-sur-Isère (Drôme) 

       Le début de l’année 2012 commence comme 2011 s’était terminé pour le patrimoine de notre ville. Après le vandalisme commis sur la fontaine-cygne de Jacquemart, fin décembre, notre inquiétude se porte aujourd’hui sur le bonhomme Jacquemart. Chacun peut constater, en levant les yeux, que la tête du célèbre marteleur de cloches donne des signes de faiblesses : en effet, elle penche dangereusement et semble prête à se détacher de son support.

       Autre remarque : le moment n’est-il pas venu de redonner quelques couleurs  à l’uniforme du bonhomme qui est en piteux état ?

       Nous demandons aux services municipaux concernés de faire très rapidement les travaux nécessaires pour sauvegarder ce patrimoine emblématique de notre ville.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "Le numérotage des maisons de Romans"

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageoisLe numérotage des maisons apparaît aujourd'hui comme une évidence, étant le moyen le plus simple pour pouvoir se repérer dans une rue. Cependant, il s'agit d'une fonctionnalité qui, en France, remonte seulement  au XVIIIè s et qui sera défitivement adoptée, à Romans, dans les années 1920 ! ...(à suivre dans L'Impartial du 12 janvier 2012)

     

  • Pour préparer un avenir mieux équilibré

       saint-barnard, patrimoine romanais-péageoisL’action de notre association s’inscrit dans les valeurs défendues par notre fédération nationale, « Patrimoine-Environnement » (1) dont le secrétaire général est Alain de la Bretesche. Voici l’éditorial qu’il vient  de publier sur le site de la fédération.

    « A l'entrée de la cathédrale Saint-Guy un jeune praguois pleure Vaclav Havel : "cet homme a rendu notre peuple meilleur" dit-il. Auquel de nos princes pourrions-nous faire cet hommage parmi ceux que nous avons portés sur le pavois depuis vingt ans ? Est-ce leur faute si nous n'en discernons aucun ? Est-ce la nôtre, après tout, ne les avons-nous pas choisis ? Que pourrions-nous faire, dire, penser ensemble, pour rendre notre peuple meilleur ?

       Nous qui œuvrons dans les associations nationales du patrimoine et revendiquons notre appartenance au monde de la culture, gardons-nous, en ce début d'année électorale de proclamer une vision globale du monde. Laissons aux politiques cet exercice et rappelons-nous que nos amis écologistes, grands vainqueurs des débuts du quinquennat qui s'achève, n'en finissent pas de se noyer dans la déception d'une forme d'intégrisme idéologique.

       Soyons par contre les acteurs de notre propre culture dans le domaine que nous connaissons bien et qui nous fonde : le patrimoine et les paysages. Nous qui avons presque toujours commencé notre vie associative par une lutte contre un projet, apprenons à être "pour" ; c'est-à-dire à participer à la poursuite de la création du paysage fait de nature mais aussi de l'action de la main de l'homme au cours de l'histoire. Exigeons d'être consultés à ce sujet par nos élus loyalement avant que leurs décisions soient prises. Témoignons du passé pour préparer un avenir mieux équilibré.

        N'ayons pas peur de ce qui est identitaire au sens noble du terme. Dénonçons les fausses pistes, comme cet "urbanisme de projet" qui n'a aucun sens. Comment pourrait-on conserver et protéger sans normes !

        Plaidons pour un cadre de vie harmonieux, en particulier dans les villes où vivent désormais dans le monde plus de la moitié des gens. Faisons en sorte que ces actions donnent du sens à notre vie et celle de nos contemporains. Nous aurons sans doute ainsi, un tout petit peu rendu meilleur ce peuple français et européen auquel nous appartenons ».

    (1) ancienne FNASSEM : Fédération Nationale des Associations de Sauvegarde des Sites et Ensembles Monumentaux.

     

  • Centre historique de Romans : que les élus entendent les Romanais !

    patrimoine romanais, centre historique  La lecture de la presse et d'autres sources d'information provenant est riche d’enseignement sur l’intérêt que nos concitoyens portent au patrimoine dans un projet de société plus harmonieuse et d’un monde plus vivable.

        Le 20 octobre dernier, lors de sa dernière réunion, la commission extra-municipale de l'Agenda 21, a proposé, en tête des actions à mener dans notre ville de Romans, de « relancer les balades urbaines de découverte de la ville, son histoire, son patrimoine ». La commission a constaté que « des balades urbaines sont organisées régulièrement, en particulier en été, mais sans coordination. Il faudrait les organiser, enrichir et les  mener plus régulièrement, avec l'office de tourisme pour fédérer les acteurs intervenants sur la durée ». C’est ce que nous répétons depuis des années ! Cette action a été inscrite dans le thème « accès à la connaissance », formulation particulièrement significative qui souligne bien que le patrimoine et l’histoire participent pleinement à la formation intellectuelle de chaque homme et à son épanouissement dans la société.

       Autre indice de cet intérêt dans la rubrique «  Vœux 2012, des lecteurs de l’Impartial » publiée dans l’hebdomadaire le 29 décembre. Voici les vœux d’une jeune romanaise : « (…) J’adore la place Maurice-Faure, il est impératif que tous les acteurs puissent redynamiser cette place, les élus, les commerçants ; le centre ancien est le fleuron de notre ville, il est nécessaire d’entretenir, de dynamiser le centre historique ». Que la jeunesse romanaise soit aussi soucieuse du centre historique ne peut que nous encourager davantage à agir pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine afin que les générations futures n’en soient pas privées.

      Dernière actualité sur le patrimoine relevée dans l’hebdomadaire Drôme-Hebdo de cette semaine. Le samedi 17 décembre se tenait à Alixan, l’assemblée générale du CAP (Collectif des Associations de Patrimoine de la Drôme des collines). Dans le compte rendu, nous relevons les propos de l’un des co-présidents qui s’est dit «  inquiet et peiné de la position de certains élus vis à vis du patrimoine ». Comme quoi nous ne sommes pas seuls à faire le même constat !

  • Le bon sens du "Fil rouge"

    de gillier, patrimoine romanais  Le constat que nous dressons sur l’état du centre historique est partagé par de nombreux romanais. C'est le cas aujourd'hui de ce sympathique concitoyen qui vient de s'exprimer sur le blog  « Le fil rouge romanais » en des termes que nous faisons nôtres. Nous nous en félicitons car il est important que les Romanais toujours plus nombreux s’expriment sur ce sujet afin que la revitalisation du centre historique devienne une préoccupation majeure de la municipalité.

    -------------------------------------------------------------------------------------

    Vendredi 6 janvier 2012  par FR (…)

    Récemment, une commission chargée de l'avenir de la vieille ville a été mise en place, je lui souhaite la réussite dans son travail. Mais puisque en permanence est fait appel à la participation des citoyens qu'il me soit permis d'énumérer quelques taches faciles à réaliser :

    - Appeler les propriétaires de chiens à.......Vous m'avez compris !

    - Même appel pour les fumeurs qui se débarrassent de leurs mégots dans la rue.

    - Ouvrir pendant la journée le square Marcel Carné.

    - Mettre à l'heure l'horloge installée sur la mairie.

    - Retirer les emblèmes républicains de l'ancienne banque de France, devenue propriété d'un patron privé.

    - Veiller à la présentation des vitrines des magasins et des façades.

    - Et si le parc de l'ancienne banque devenait un parc public, ouvert à tous.

    - Rétablir la sécurité des piétons dans le début de la rue Du Puy, entrée Saint Nicolas.

    - Redresser ces horribles piquets en alu qui jalonnent les rues.

    J'arrête là ma liste, pour l'instant !  J'allais oublier l'état des rues, mais pour ça, y a du boulot. (…)

    --------------------------------------------------------------------------------

  • Cygne de Jacquemart : on lui a tordu le cou !

     

    patrimoine romanais, cygne, jacquemartpatrimoine romanais, cygne, jacquemartDans une note publiée le 24 décembre dernier, nous nous interrogions sur la disparition du cygne-fontaine au pied de Jacquemart remis en place un mois plus tôt ! Face au silence de la mairie sur cette question, les journalistes du Dauphiné Libéré ont mené leur enquête qui a fait l’objet d’un article paru dans ce quotidien, vendredi 6 janvier.

        Ce qu’il faut comprendre c’est que le cygne, après avoir été remis en place avec son support et sa vasque, a été vandalisé dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 décembre : les atteintes au patrimoine de notre cité se poursuivent donc ! Depuis cette date, le cygne est au main des services techniques de la ville en charge de sa réparation : cela fait maintenant trois semaines ! C’est un peu long !!!

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "2011, année noire pour le centre historique de Romans"

     L'Impartial, patrimoine romanais-péageois   C’est une triste année qui s’achève pour le centre historique de Romans et son patrimoine. La construction de la cité de la musique, quartier de la Presle, prévoit (faut-il le rappeler !) la transformation en local technique, de la petite chapelle du « Repos de Marie » (propriété de la ville) qui sera définitivement défigurée : elle sera éventrée pour permettre l’installation des systèmes de climatisation  ! Ce bâtiment historique et son site sont les nouvelles victimes du vandalisme de l’administration comme le furent, en leur temps, le kiosque ou les halles Jules-Nadi ...(à suivre dans L'Impartial du 5 janvier 2012)

  • Centre historique de Romans : l'année commence mal !

     Romans-sur-Isère (Drôme)marionnaud, centre historique, patrimoine romanais

      La semaine dernière nous dressions le bilan d’une année noire pour le patrimoine et le centre historique de Romans. C’était « avant » une dernière annonce : la fermeture, le 31 décembre, de la parfumerie Marionnaud (1), sur la place Maurice-Faure.

       Cet établissement présentait l’intérêt d’attirer dans le centre historique une clientèle non résidente. Un nouvel espace commercial sera donc vide et risque de le rester longtemps si on se réfère à l’ancien magasin d’équipement sportif, de l’autre côté de la place, qui n’a toujours pas trouvé de repreneur, plus de cinq ans après sa fermeture !

       La municipalité n’ayant plus de contrôle du développement économique (elle se contente de goudronner quelques places et de mettre des guirlandes pour Noël), le mille-feuille technocratique a engendré « Romans - Bourg de Péage - Expansion » (RBE)  dont la mission est de revitaliser le tissus économique du pays de Romans et de Bourg-de-Péage. Le site  internet de RBE est des plus intéressants quant aux orientations de cette officine qui doit favoriser l’installation d’entreprises à Romans :  sur ce site, le « centre historique »  de Romans n’est jamais cité alors que les entreprises sont invitées à s’établir à RoValTain !  Conclusion : la mission de RBE doit être revue, avec une priorité : la redynamisation commerciale et économique du centre historique de Romans !

     (1) Marionnaud fait partie du domaine Luxury Perfumeries & Cosmetics d’A.S. Watson, premier réseau de distribution dans le domaine beauté et santé dans le monde. Celui-ci constitue à son tour le groupe de vente au détail du conglomérat international Hutchison Whampoa basé à Hong Kong.