Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " François-Barthélémy Guillaume et ses successeurs (fin)"

        jean riou,chauffeurs de la drôme,patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

     

      Cette mécanisation permet d’accroître la productivité et de diminuer le coût de production, Guillaume est le premier à Romans à prendre conscience des profits qu’il peut tirer de cette nouvelle approche de la production. D’autant que le début des années 1850 est favorable aux initiatives industrielles. Nous sommes au début du Second Empire. .... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 27 septembre 2012 )
  • "1851, la Drôme s'insurge", exposition et conférences, médiathèque Simone de Beauvoir

     patrimoine romanais, Laurent JacquotRomans-sur-Isère (Drôme)

    Médiathèque « Simone de Beauvoir », du 26 septembre au 20 octobre, exposition : « 1851, la Drôme s’insurge ».

    "Le 2 décembre 1851 : Louis Napoléon Bonaparte, président de la République, s'installe au pouvoir grâce à un coup d'Etat. Dans toute la France, des citoyens se révoltent contre ce coup de force. Du 6 au 8 décembre : dix mille Drômois prennent les armes pour la défense de la république. Leur révolte est sévèrement réprimée mais marquera, pour longtemps, la mémoire de notre département".

    Conférences

    • 4  octobre  2012  à  18 h 30, « 1851  :  l'insurrection  drômoise  pour  la  république  démocratique  et sociale » par  Robert Serre.
    • 11  octobre  à  18 h 30 : « 1851,  Romans  et  le  coup  d'état » par  Laurent  Jacquot.
  • Lundi 25 septembre, une visite du centre historique de Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    Lundi dernier, 25 septembre, nous avons accompagné une quinzaine d’adhérents de l’ORPA (Office des Retraités, Plaisirs et Activités) de Romans dans une sympathique visite du centre historique dans le cadre d’un atelier de généalogie.

    ORPA, centre historique, visite, patrimoine romanais  Une visite qui débuta avec un parcours dans le quartier Faubourg- Jacquemart, dessiné à la fin du XIXè s,  puis une présentation des couvents bordant la rue Haute-Villeneuve et de l’histoire des remparts de la ville avant de rejoindre le quartier populaire de Saint-Nicolas. Un paysage urbain bien différent est celui du quartier Saint-Barnard avec ses hôtels particuliers du XVIè siècle, et ses immeubles cossus de la fin du XIXè s. Une déambulation agrémentée de commentaires sur les noms des rues et d’anecdotes dont le passé de Romans est si riche.

      La côte Jacquemart mena ensuite les promeneurs au pied de l’ancien hôpital Sainte-Foy. La fin de la visite permit de retrouver le quartier Faubourg-Jacquemart, avec l’ancien temple franc-maçon, et la façade emblématique de la première apogée de la chaussure de Romans, celle de la maison Figuet, boulevard Gabriel-Péri, édifiée en 1888.

    (Photo : ORPA. Les photos de cette visite peuvent être consultées sur le blog de l’ORPA : orpa.hautetfort.com).

     

  • On en parle plus !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    cité de la musique, maison du directeur   Cette note va nous permettre de répondre à un commentaire laissé sur ce blog concernant un bâtiment dénommé « la maison du directeur ». De quoi s'agit-il ? De l'un des  bâtiments de l'hôpital édifié en 1900 et adossé au coteau Saint-Romain. Ce bâtiment abandonné depuis 1981 (cela fait plus de 30 ans !!!) est aujourd'hui dans un état de délabrement avancé … et en attente d'une réhabilitation. En effet, dans le cadre du projet de « cité de la musique », la municipalité avait prévu de ne pas raser ce bâtiment et de le revendre.

       Voici deux ans, lors des  présentations du projet de « cité de la musique », cette vente devait être réalisée auprès d'un particulier dont le dossier de réhabilitation consistait en la création d'une « cité des artistes » avec des appartements, une libraire, etc … En ce mois de septembre 2012, une seule question est à poser à la municipalité : qu'en est-il de l'avancement de ce dossier ?

     

  • 2013, pour des Journées du Patrimoine ... différentes !

     Romans-sur-isère (Drôme)

    patrimoine romanais, visites guidées   Les journées du patrimoine des 15 et 16 septembre ont apporté une satisfaction certaine à tous ceux, comme nous, qui prônent une valorisation du centre historique de Romans. Des centaines de visiteurs ont participé aux différentes animations, plus de 20 au total. Voilà justement le problème ! Beaucoup de ces visiteurs étaient déçus d’être obligés de choisir une animation plutôt qu’une autre, ou de ne pouvoir découvrir les cours des hôtels particuliers fermés au public ! Certaines animations ont attiré plus de 80 visiteurs comme la visite que nous avions proposée le samedi après-midi, ce qui ne permet pas un grand confort d’écoute et gêne les visites d’espaces restreints (ex : la fontaine des cordeliers !). Nombre de personnes ont renoncé, à contre coeur à certaines visites !

       Le succès populaire des Journées du Patrimoine montre la limite d'un concept sympathique victime de son succès. Concentrer  à Romans, sur deux jours, une vingtaine d’animation autour du patrimoine est devenue ingérable, il est indispensable, et réaliste, d’étaler ces animation sur un temps plus long. Ces Journées européennes du patrimoine sont devenues un carcan dont les Romanais doivent se libérer car l’actuelle organisation ne correspond plus au besoin de notre ville.

       La SEHR propose, pour l’année 2013, à la municipalité de Romans et à tous les partenaires travaillant sur le patrimoine et l’histoire de Romans (association, organismes, particuliers) d’échelonner, et d’harmoniser, visites, exposition, débats sur les huit week-end entre le 20 juillet et le 8 septembre 2013 et de faire des Journées du Patrimoine des 14 et 15 septembre l’ « apothéose » de cet été du patrimoine » avec seulement (c’est déjà beaucoup !) l’ouverture au public, dans l’après-midi, de lieux fermés au public le reste de l’année notamment les cours des hôtels particuliers, les grandes demeures bourgeoises des XIXè s- XXè s (château Premier, château Henry, château Grenier, immeubles Figuet, rue Jacquemart, côte des cordeliers, etc.) ou d’autres bâtiments emblématiques de l’histoire romanaise (église Saint-Nicolas, école Sainte-Marthe, école Saint-Just, etc. ..).

      C’est un projet qui aurait également l’avantage d’offrir des animations culturelles aux touristes et aux Romanais pendant les week-end de l’été. Qu’en pensent nos lecteurs ?

     

  • Journées du Patrimoine : le patrimoine caché ... est resté caché !

    patrimoine romanais-péageois   Le succès populaire des Journées du patrimoine à Romans, les 15 et 16 septembre dernier, a été quelque peu terni par des « couacs » qui ont provoqué un certain mécontentement chez quelques visiteurs qui nous l'ont fait savoir. Tout d’abord la suppression de la visite de la collégiale Saint-Barnard, le samedi après-midi, bien qu’annoncée dans les brochures, en raison ... d’un mariage ! Un dysfonctionnement dont l’origine est l’absence de toute réunion d’harmonisation avant l’édition des programmes que la mairie n'a pas cru nécessaire d'organiser. Aussi surprenant que cela paraisse, la suppression de cette visite n’avait été annoncée nulle part et des touristes ont attendu vainement cette visite de la collégiale ! Cependant, le désappointement le plus grand est en relation avec le thème de ces journées du patrimoine qui devait permettre de découvrir « le patrimoine caché », un thème que beaucoup de visiteurs espéraient voir s’appliquer aux demeures du centre historique et qui sont restés désespéramment closes le samedi après-midi et le dimanche après-midi : un patrimoine caché qui finalement … est resté caché !

  • Bilan des Journées du Patrimoine

    journées du patrimoine, patrimoine romanais-péageois  Romans-sur-Isère (Drôme)

       Pour ces journées du Patrimoine, la SEHR avait proposé deux visites « Le centre historique, de l’architecture médiévale à l’architecture du XXè s », le samedi 15 septembre après-midi « le Grand Voyage » complétée par une visite du calvaire des Récollets le dimanche 16 septembre après-midi. Deux visites qui ont réuni plus d’une centaine de personnes, un nombre impressionnant qui souligne une fois de plus l’attachement des Romanais à leur patrimoine et leur intérêt pour l’histoire de leur ville. 

       Ce bilan ne peut que nous satisfaire car les médias municipaux (presse, brochure, site Internet, blogs) avaient délibérément choisi de faire silence sur ces visites ; une censure mesquine et inefficace car nous avons pu compter sur la presse locale (que nous remercions), les médias départementaux et les réseaux sociaux pour diffuser auprès du public les informations concernant les activités de notre association pour ces Journées du patrimoine

    (en photo :  le départ de la visite du centre historique, samedi après-midi, devant le siège de la SEHR, 2 quai Ulysse-Chevalier). (en video : "à la découverte du Grand Voyage").




  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " François-Barthélémy Guillaume, la fin du mystère "

        jean riou,chauffeurs de la drôme,patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

      L’histoire des origines de l'industrie de la chaussure à Romans fait souvent référence à François-Barthélémy Guillaume  (ou Guilhaume), le premier à se lancer, dans notre ville, dans la production mécanique de chaussures. En 1897, l’historien André Lacroix indiquait déjà dans un de ses ouvrages que Guillaume « introduisit dans la ville, sur les conseils de Dagan, la fabrication de la chaussure montée sur bois qui prit bien vite une extension considérable et donna naissance à la chaussure clouée ».  Qui étaient Guillaume  et Dagan ? Pourquoi les circonstances leur ont-elles été favorables ? C’est l’histoire d’un homme et d’une époque que nous allons retracer après de minutieuses recherches dans les fonds d’archives.  .... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 20 septembre 2012 )
  • Journées du Patrimoine : la presse en parle

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    Dans l'édition du Dauphiné Libéré, datée de ce jour, dimanche 16 septembre 2012.Dauphiné Libéré, patrimoine romanais

     

     

     

    Dauphiné Libéré, patrimoine romanaisDauphiné Libéré, patrimoine romanais

  • Pauvres ravioles !

    ravioles, patrimoine romanais

    Romans-sur-Isère (Drôme)

       Cette année, la fête de la pogne et de la raviole se déroule le même week-end que les Journées du Patrimoine. L’argument que les organisateurs ont avancé est que la pogne et la raviole sont les ambassadeurs du patrimoine gastronomique de Romans, ce que chacun reconnaît et que nous défendons depuis des années ! La valorisation de ce patrimoine mérite des actions qui font revivre les traditions et participent à la culture historique des visiteurs, ce qui est le cas avec la présence de « ravioleuses »,  mais pourquoi, diantre !, gâcher cette fête par une animation d’une vulgarité affligeante : « le concours du plus gros mangeur de ravioles » (on devrait dire « bouffeur de ravioles » ! ), comme il y a des concours du plus gros mangeur de saucisses, de frites ou de hamburgers ! Les ravioles ne valent-elles pas mieux que tous ces produits industriels bas de gamme ? Elles sont présentes sur les tables de notre région  depuis des siècles, elles ont accompagné les fêtes de famille de générations de Dauphinois, elles participent à la mémoire collective de la vie romanaise et se retrouvent, aujourd’hui, à Romans même, l’objet d’une animation peu ragoûtante que certains considèrent comme un moyen de valoriser le patrimoine de notre ville ! Dans quel monde vivons-nous !

  • "Une journée pour découvrir le patrimoine de Romans"

    patrimoine romanais, visites

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    « Une journée pour découvrir le patrimoine Romans » c’était l’objet du déplacement organisé ce dimanche 9 septembre par le CICP (Centre International Construction et Patrimoine)  de Viviers, en Ardèche. Menée par Yves Esquieu, professeur d'histoire de l'art et archéologie médiévale à l'Université de Provence, une trentaine de ses adhérents ont été recus par notre association et les Amis de Saint-Barnard. L'accueil du groupe s'est fait dans le cadre pittoresque et convivial du marché.

    patrimoine romanais,visites    La matinée a été consacrée au Grand Voyage et au calvaire des Récollets, un ensemble architectural unique qui a suscité un réel intérêt auprès de ces amateurs éclairés sur l’histoire de l’art. La visite de la collégiale a été un moment de découverte du patrimoine médiéval et renaissance notamment avec les « tentures  brodées » de la chapelle du Saint-Sacrement ! La fin de l’après-midi a permis de parcourir l’histoire de Romans grâce à des visites d’hôtel particuliers et à une déambulation dans les rues du centre historique jusqu’à la tour Jacquemart, déambulation qui s’est terminée dans l’église N.-D. de Lourdes dont les caractères architecturaux assez particuliers ont suscité une certaine curiosité.

       La plupart des membre de ce groupe, pour ne pas dire tous, ne connaissaient pas le patrimoine de Romans (calvaire des Récollets, tentures brodées), ce qui soulève, de nouveau, la question de l’insuffisance (pour ne pas dire de l’absence ! ) de la valorisation, et de la promotion du centre historique et de son patrimoine par les services municipaux normalement en charge de ce secteur culturel. Fort de ce constat, notre association se veut active auprès des médias et accueille des associations pour des visites de quelques heures ou des journées « patrimoine ». Si ces formules vous intéressent n’hésitez pas à nous contacter.

     

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " forum des association et journées du patrimoine "

     

       jean riou,chauffeurs de la drôme,patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

      Notre premier rendez-vous avec les Romanais, en ce mois de septembre, se fera dans le cadre du forum des associations, samedi 8 septembre, de 13 h à 18 h, salle Charles-Michels. Ce sera l’occasion d’échanger sur l’année qui vient de s’écouler : reprise des travaux de la cité de la musique et poursuite du vandalisme contre la chapelle du repos de Marie, chute de la tête de Jacquemart et remplacement total du bonhomme, questionnements sur la restauration des chapelles du Grand Voyage, etc ;.. Le forum nous permettra également de recueillir vos propositions pour valoriser le patrimoine architectural de Romans et son centre historique, auprès des touristes mais aussi des universtaires et des chercheurs notamment dans le cadre de visites et de conférences, comme ce fut le cas cet été. .... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 6 septembre 2012 )
  • Septembre 2012 : forum des associations et Journées du patrimoine

     société d'études historiques de Romans Romans-sur-Isère (Drôme)

    Notre premier rendez-vous avec les Romanais, en ce mois de septembre, se fera dans le cadre du forum des associations, samedi 8 septembre, de 13 h à 18 h, salle Charles-Michels. Ce sera l’occasion d’échanger sur l’année qui vient de s’écouler : reprise des travaux de la cité de la musique et poursuite du vandalisme contre la chapelle du repos de Marie, chute de la tête de Jacquemart et remplacement total du bonhomme, questionnements sur la restauration des chapelles du Grand Voyage, etc .. Le forum nous permettra également de recueillir vos propositions pour valoriser le patrimoine architectural de Romans et son centre historique, notamment dans le cadre de visites et de conférences comme ce fut le cas cet été.

    Le week-end suivant, les samedi 15 et dimanche 16 septembre prochain, auront lieu des Journées du patrimoine. Notre association proposent deux visites pour découvrir des facettes méconnues du patrimoine et de l'histoire de Romans et de Bourg-de-Péage.

    Samedi 15 septembre - « Le centre historique de Romans, du Moyen Âge au XIXè siècle ». Départ : 14 h 30, 2 quai Ulysse-Chevalier (1)

    Dimanche 16 septembre : « Sur les pas du Grand Voyage » : visite commentée pour découvrir le grand chemin de croix de Romans appelé « Grand Voyage », visite difficile pour les personnes à mobilité réduite, rendez-vous à 14 h 30, côte Poids-des-Farines, durée de la visite : environ 1 h 30 (2)

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    (1) Pour découvrir l’histoire millénaire de Romans que l’on peut décrypter en parcourant les différents quartiers qui composent notre cité. Le centre historique conserve des témoignages architecturaux de cette histoire : cette visite est une invitation à l’étude de l’architecture civile. Un voyage qui débute avec l’époque romane (XIIème siècle) et ses arcs-boutiques, souvent surmontés des fenêtres trilobées de l’âge gothique. Le début du XVIème siècle, période de la Renaissance, est un âge d’or pour Romans, c’est l’âge des hôtel particuliers et de leurs fenêtres à meneaux. La période classique est plus discrète avec ses escaliers à double volée et ses loggias. Le XVIIIème siècle l’est moins avec ses façades agrémentées de ferronneries rococo. La fin du XIXème siècle marque le terme de l’âge de la molasse, les façades en calcaire de la côte des cordeliers témoigne de cette révolution majeure, transition vers les canons esthétiques du XXème siècle qui s’offre à nous sur la place Jules-Nadi. 

    (2) Pourquoi un « chemin de croix », à Romans ? En 1516, un riche marchand de notre ville, Romanet Boffin, projette d’offrir aux habitants de sa ville un moyen facile pour remplacer le pèlerinage à Jérusalem inaccessible. A la même époque, deux religieux franciscains, revenant de Palestine, assurent que Romans ressemble à Jérusalem. Boffin décide alors d'édifier à Romans, les stations du « Chemin de Croix », en respectant la topographie de Jérusalem. Ce chemin de croix se termine, comme à Jérusalem par le lieu de la crucifixion, appelé Golgotha ou Calvaire. Par la suite, les stations et le Calvaire sont souvent détruits ou abandonnés. Durant le règne de Louis XVIII, vers 1820, les Romanais en décident la restauration, 40 stations sont alors relevées. Dans les premières décennies du XXème siècle, le Grand Voyage est quelque peu délaissé. En 1986, le calvaire est classé « monuments historiques » : une longue et coûteuse campagne de restauration commence, aujourd’hui, elle est malheureusement arrêtée. En 1987, les stations-chapelles sont classées à « l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ».