Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nouveau plan de circulation : déjà une victime !

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    place Maurice-Faure, patrimoine romanais- - Le nouveau plan de circulation mis en place par la municipalité depuis quelques heures vient déjà de faire une victime dans le centre historique, il s’agit du projet de piétonisation de la place Maurice-Faure. En effet, la place se voit maintenant chargée du flux automobile circulant entre le quai Ulysse-Chevalier et le quai Dauphin ! Ce sont de nouvelles nuisances pour les riverains et les commerçants, notamment les terrasses des cafés ! Des nuisances également sur les visites qui sont organisées dans le centre historique, la place étant un des arrêts incontournables : en effet, comment présenter son histoire et son patrimoine architectural dans le bruit des moteurs et du roulement des autos sur des pavés (qui n’ont pas été prévus pour cela) !

    - - Afin de valoriser le centre historique, en multipliant les visites et les animations sur la place Maurice-Faure, nous prônons depuis des années la piétonisation de la place, en concertation avec tous les partenaires, et la création de parking de remplacement (notamment sur le site de l’ancienne gendarmerie, place du Chapitre) : une réflexion sur la piétonisation qui vient d’être enterrée ! Lorsque la ville annonce qu’elle veut moins d’automobiles dans le centre historique : la place Maurice-Faure n’est pas concernée ! Un paradoxe qui ne va guère dans le sens de la valorisation du centre historique !

  • A lire dans " L'Almanach de la Drôme 2013 "

    Almanach de la Drôme, patrimoine romanaisL'Almanach de la Drôme 2013 (éditions Arthéma) vient de sortir, vous y trouverez deux articles sur l'histoire et le patrimoine de Romans : "Romans 1903, la première automobile", "Les liqueurs des soeurs Morel à Romans". Un autre article est consacré à "la tour de Montmiral"

  • La patinoire du père Noël

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais,centre historique,patinoireVoici une information qui a quelque peu surpris les défenseurs du centre historique et de son patrimoine architectural. En effet, la ville de Romans vient de débloquer la somme de 150 000 € pour l’installation, sur la place Ernest-Gailly, entre le 15 décembre et le 6 janvier, « d’une patinoire mobile » ! A longueur de discours, il nous est répété que la ville de Romans ne peut faire davantage pour son patrimoine architectural, faute de moyens financiers, mais il semble que le père Noël soit passé à la mairie pour déposer, dans certains souliers, des euros sonnants et trébuchants !
    Dans un esprit d’équité (pourquoi les patineurs seraient-ils les seuls à avoir leur cadeau de Noël ?), nous demandons à la ville de débloquer une somme comparable pour financer des travaux de restauration et de valorisation du calvaire des Récollets ou de la collégiale Saint-Barnard !
    Une remarque : l’installation de cette « patinoire mobile » sur la place Ernest-Gailly et l’attraction qu’elle est censée susciter auprès des badauds ne permettra guère de valoriser le patrimoine du centre historique et se fera au détriment des commerces de la place Maurice-Faure et rue Mathieu-de-la-Drôme privées, de ce fait, de toute animation !

  • Prochaine visite : "La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes"

    Romans-sur-isère (Drôme).
    ruisseau de la Martinette, patrimoine romanaisLa SEHR propose, le mercredi 7 novembre, une nouvelle visite guidée sur l'histoire de Romans. Suite à de nombreuses demandes, nous vous invitons à découvrir : « La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes ». Ce ruisseau qui court dans Romans témoigne de l'importance de l'eau dans la vie et le travail des hommes, du Moyen Âge au XXè siècle. Rendez-vous à 14 h 30, rue Louis-Le-Cardonnel (au pont sur la Savasse). Participation : 5 €. Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr

  • Visite à thème : "Les femmes célèbres de Romans"

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    ACC26, patrimoine romanaisDans le cadre de ses activités, la SEHR propose aux associations de Romans et de Bourg-de-Péage de faire découvrir le patrimoine historique des deux cités à leurs adhérents. Samedi dernier, 20 octobre, ce sont donc une vingtaine de membres d’ACC26 (Agir contre le cancer 26) qui ont parcouru les rues du centre historique de Romans pour découvrir les lieux de vie ou de travail de quelques unes des femmes qui ont marqué l’histoire de notre ville. De Bieris de Romans, l’une des premières femmes troubadours, à Catherine de Médicis qui s’est fait éconduire, ou Jeanne Deval qui aimait tant sa ville natale, chacune d’elle, par ses engagements et ses actions, participe à cette identité romanaise à laquelle nous restons tous attachés. (photo ACC26)

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Romans, ville ouverte ! "

    Romans-sur-Isère ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanaisVoici peu de temps, nous avons été de nouveau questionnés sur la réputation de Romans qualifiée de « ville ouverte », où les « repris de justice » venaient se réfugier » ou étaient « contraints de s’y établir » sous « la surveillance de la police ». C’est une question récurrente qui intéresse particulièrement nos lecteurs. Voici quelques pistes qui peuvent expliquer cette renommée peu flatteuse pour notre ville. Il nous faut remonter au XIXè siècle. Existe alors la « surveillance de haute police .. ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 25 octobre 2012 )

  • Un nouveau thème de visite : " 1914 - 1918, Romans, les Romanais et la guerre "

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    1914 - 1918, patrimoine romanaisLes manifestations qui commémoreront, en 2014, dans notre ville, le centenaire de la Première guerre mondiale sont encore à l’état de projet. La SEHR propose dès à présent une nouvelle visite à thème « 1914-1918, Romans, les Romanais et la guerre ». Cette visite permet de retrouver les sites qui témoignent encore de la guerre ou qui portent la mémoire du conflit, sous des formes très différentes et quelquefois inattendues.

  • 15 000 € pour le canal de la Martinette

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    L’édition du 18 octobre de L’Impartial nous a appris que la région Rhône-Alpes, dans le cadre du nouveau contrat de développement de la Drôme des collines, avait accordé une subvention de 15 000 € pour « un appel à projets écocitoyens, mise en valeur du canal de la Martinette à Romans-sur-Isère ». Bonne nouvelle puisque nous défendons depuis longtemps la valorisation de ce ruisseau emblématique de l’histoire de notre ville depuis un millénaire.
    canal de la Martinette, sauvegarde du patrimoine romanaisNous souhaiterions cependant savoir qui va recevoir cette somme, et pour faire quoi ? Car finalement, ce qui est important c’est l’entretien du lit et des abords de ce ruisseau et l’organisation de visites nombreuses et régulières dont les Romanais ne se lassent pas : un dispositif qui pourrait être complété par l’installation d’une signalétique et de panneaux explicatifs sur les sites les plus intéressants du parcours, entre la rue Louis-le-Cardonnel et les maisons des tanneurs, quartier de la Presle.

  • "Des racines et des ailes" à Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    racines et des ailes, patrimoine romanais Dans son édition du jeudi 18 octobre L’Impartial a informé ses lecteurs de la présence dans notre ville d’une équipe de tournage pour l’émission de France 3 « Des racines et des ailes ». La séquence réalisée s’insérera dans une émission consacrée à la vallée du Rhône, et sera diffusée en 2013.
    Cette séquence sur Romans sera entièrement consacrée « au cuir ». Choix assez surprenant ! En effet, voici six mois, nous avions été contacté par l’un des journalistes de l’équipe afin de lui présenter le patrimoine architectural de Romans qui devait être l’un des thèmes de la séquence (collégiale Saint-Barnard, centre historique, calvaire des récollets ) notamment à travers des projets de restauration et de valorisation. A la lecture de L’Impartial, nous apprenons que ce thème n’a pas été retenu : l’absence de projets ambitieux de restauration et de valorisation de ce patrimoine n’en est-il pas, justement, la cause !

  • La ministre et le patrimoine

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais, filippetti, sauvegarde du patrimoine romanais- Au mois de septembre dernier, à l’occasion des Journées du Patrimoine, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait présenté, lors d’une conférence de presse, ses conceptions sur le « patrimoine », des conceptions que nous partageons pour Romans.
    - « La France est l'un des pays d'Europe les plus richement dotés en patrimoine. Ca représente donc beaucoup d'emplois dans la restauration et l'entretien des bâtiments, mais aussi dans le tourisme. […] Pour moi il y dans tout ça enjeu de citoyenneté. Visiter un château, une école, une église, c'est marquer son attachement à notre pays, c'est une manière de s'inscrire dans notre histoire commune ». Qu'est-ce qui menace le plus le patrimoine français aujourd'hui ? « La plus grande menace, ce sont les vols et les pillages. […] L'autre menace, c'est la volonté parfois de trop aménager le patrimoine, de considérer qu'il pourrait être un obstacle au développement économique. C'est tout l'inverse ! Le patrimoine, c'est du développement économique. Lorsqu'on le protège, on ne muséifie pas le pays : on le fait fructifier. […], lorsqu'on investit 700 millions d'euros par an dans le patrimoine, ça en rapporte 20 milliards en matière de tourisme. C'est donc quelque chose de rentable ». Bel argument dont nos élus devraient prendre conscience pour investir bien davantage dans le patrimoine architectural de notre ville et notamment dans la collégiale Saint-Barnard et le calvaire des récollets.

  • Patrimoine défiguré !

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais, sauvegarde du patrimoine romanais, côte jacquemart- Les mauvaises nouvelles sur le patrimoine architectural de notre ville se succèdent.
    - Aujourd’hui, il s’agit des travaux réalisés sur la façade de l’immeuble au 37-39 côte Jacquemart, propriété à la fin du XVIè siècle de la famille Riffard. Rappelons que cette façade, élevée vers 1500 est en pierre de molasse, de même que les fenêtres et leurs meneaux finement moulurés. Le bâtiment, abandonné depuis longtemps, méritait d’être réhabilité et la pierre de molasse de nouveau mise en valeur, comme sur d’autres immeubles de la côte Jacquemart !
    - La réalisation de la loggia sur façade des combles avait déjà laissé dubitatif nombre d’entre nous : la restauration de la façade provoque déjà de nombreuses réactions. Cette restauration est une caricature dans l’art de défigurer un bâtiment historique : la façade en molasse est maintenant entièrement recouverte d’un crépis de ciment et les moulures en molasse, abîmés par le temps, ont été badigeonnées avec un enduit blanc ; la pierre de molasse à totalement disparu alors qu’elle constitue l’une des principales caractéristiques de l’architecture, dans notre ville, jusqu’au milieu du XIXè siècle !
    - De nouveau, rappelons que la municipalité a mis en place, voici 4 ans, une commission extra-municipale « urbanisme et patrimoine » qui aurait pu, si elle était réunie, orienter la réhabilitation de la maison Riffard vers d’autres voies plus respectueuses de notre héritage culturel !

  • On demande un pilote !

    « Y-a-t’il un pilote dans l’avion du patrimoine romanais ?», c’est la question que nous posions suite aux journées du patrimoine, et que nous posons, de nouveau, aujourd’hui.


    patrimoine romanais, saint-barnardEn effet, tout au long de l’année, pendant des semaines, se succèdent des week-end désespérément vides de toute animation sur le patrimoine ! et voici que ce dimanche 21 octobre, le musée de la chaussure propose à partir de 15 h, « une visite guidée, pour découvrir ou redécouvrir les richesses architecturales et paysagères du site ».

    A la même heure, 15 h, est également proposée une visite de la collégiale Saint-Barnard, « du triforium à la sacristie », une après-midi « de découverte (aussi !) » qui se terminera par un concert d’orgues ! patrimoine romanais, saint-barnard

    N’aurait-il pas été judicieux de décaler d’une semaine, l’une ou l’autre de ces visites, afin que les Romanais puissent participer aux deux et n’aient pas à faire, de nouveau, un choix frustrant ! Encore eut-il fallu un pilotage au niveau de la mairie des activités patrimoniales sur toute l’année, c’est une proposition que nous avons déjà avancée et qu’il nous semble bien nécessaire, encore aujourd’hui, de renouveler !

  • France Bleu Drôme-Ardèche à Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    patrimoine romanais, hôtels particuliers, France Bleu Drôme ArdècheLundi dernier 15 octobre, France Bleu Drôme-Ardèche consacrait l'une de ses chroniques au patrimoine de notre ville, plus précisément aux hôtels particuliers du XVIè siècle. Une chronique à écouter.


  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Quand le loup dévorait les enfants "

     

         jean riou,chauffeurs de la drôme,patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

     

     Il ne se passe pas une semaine sans que soit relatée, dans notre région, une attaque de loups contre de paisaibles troupeaux. Les habitants du Pays de Romans ont certainement raison de penser qu'ils ne verront jamais le noble prédateur errer dans leur jardin mais, voici encore 150 ans, c'était une éventualité que personne ne prenait à la légère. .. ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 18 octobre 2012 )

  • Romans : la "ville de demain" sera-t-elle sans Histoire ?

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    centre historique,patrimoine romanais    « Le projet urbain pour la ville de Romans » présenté à la foire et dans le numéro de RomansMag de septembre, mérite quelques commentaires qui intéresseront tous les Romanais attachés au centre historique et à son patrimoine.

        Premier constat inquiétant, dans ce dossier de 6 pages, « La réhabilitation du patrimoine historique » est relégué au bas d’une colonne et se résume en … 7 lignes qui présentent la liste des actions à mener pour le patrimoine historique entre 2012 et 2020 … mais la plupart de ces actions ont déjà été réalisées ou sont en cours d’achèvement ( de manière contestable, en plus !). C’est notamment le cas de la « requalification du 37-39 côte Jacquemart », des restaurations de stations du Grand Voyage ! Pour le reste c’est le grand silence « sur le patrimoine historique ». Autre constat, l’expression « centre historique » n’est pas utilisée : notre ville a-t-elle finalement, quelque part, à l’entrée du Pont Vieux un quartier qui témoigne de mille ans d’histoire ?

        Le lecteur cherchera en vain un grand programme de valorisation du calvaire des Récollets qui devra se contenter d’hypothétiques « travaux d’étanchéité » réalisés en 2013, 2014 ou … 2015 ( vote du dernier conseil municipal ) ! On est mal parti pour commémorer de manière acceptable, en 2016, le 500ème anniversaire dans un calvaire des Récollets restauré !

       Notons aussi que sont exclues de ce paragraphe dénommé « réhabilitation du patrimoine historique », la grande chapelle de l’hôpital et la banque de France, que sont-elles alors ? Cette absence d’une vision globale du « patrimoine historique » et de la cohérence du « centre historique » est la source de toutes les déconvenues.  Dans ce dossier, il y a aussi d’autres absents notamment le ruisseau de la Martinette ( quid de sa valorisation  annoncée ?) et surtout la collégiale Saint-Barnard qui n’est jamais citée tout au long des 6 pages ! Ce dossier porte un sous-titre : « dessiner la ville de demain » ; une question se pose : quelle est la place de la collégiale, le fleuron de notre patrimoine architectural, dans la « ville de demain » que nous « dessinent » nos élus ?

     

  • Le ruisseau de la Martinette : la vigilance et ses résultats

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    canal de la Martinette   Dans une note publiée le 31 août dernier, nous signalions l’absence d’entretien du ruisseau de la Martinette (obstruée alors par la végétation jusqu’au point de déborder et souillée par des détritus!) et demandions que les services municipaux fassent le nécessaire ! Lors de la dernière visite, le 10 octobre, nous avons constaté, avec satisfaction, que le lit du ruisseau et ses abords avaient été débarrassés de leur encombrante végétation, ce qui facilite le cheminement et le rend agréable.

       Ce grand nettoyage a été effectué sur toute la partie entre la rue Louis-Le-Cardonnel et l’avenue Marcel-Paul ; il a également concerné le chemin de la Martinette, entre l’impasse Duchesne et le rue Eugène-Blain.

    Une question cependant : pourquoi la section de la Martinette entre la voie ferrée et l’impasse Duchesne, le long de l’avenue Duchesne, n’a-t-elle pas bénéficié de la même attention de la part des agents de la mairie ?

  • Dauphiné Libéré : " Une conférence sur les événements de 1851 à Romans "

     Romans-sur-Isère (Drôme)

      Dauphiné Libéré, patrimoine romanaisDans l'édition de ce jour, dimanche 14 octobre 2012.


    conférence, patrimoine romanais, 1851

  • Une conférence : " 1851, Romans et le coup d'état "

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    conférence, patrimoine romanais, 1851  La médiathèque de Romans présente jusqu’au 20 octobre exposition sur le thème du soulèvement des Drômois, en décembre 1851, contre le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte. 

    En complément, elle a proposé deux conférences dont la seconde, jeudi dernier 11 octobre, était consacrée aux événements romanais pendant cette période. Une trentaine d’auditeurs avait fait le déplacement : l’histoire de Romans intéresse les Romanais ! un constat qui nous encourage à proposer des conférences tout au long de l’année (ce que nous avons déjà fait au cours de l’été).

    La SEHR dispose d’un local qui peut accueillir, pour des conférences ou des soirées conviviales, tous ceux qui se sentent l’âme d’un historien, d’un conteur ou qui veulent simplement témoigner sur leur histoire, celle de leur famille ou de leur quartier. N’hésitez pas à nous contacter.

  • Mercredi 10 octobre : " A la découverte du ruisseau de la Martinette"

    Romans-sur-Isère (Drôme)

     ruisseau de la Martinette Dans le cadre de ses activités, la SEHR propose aux associations de Romans et de Bourg-de-Péage de faire découvrir le patrimoine historique des deux cités. Mercredi dernier, 10 octobre, ce sont donc les adhérents de Romans Accueil qui ont cheminé, pendant deux heures, le long de la Martinette à la découverte d'une histoire millénaire. Ce fut l’occasion de rappeler le rôle majeur de ce ruisseau canalisé dans l’activité économique jusqu’au milieu du XXè s ; un récit des plus sérieux néanmoins agrémentés par des anecdotes pittoresques dont l’histoire garde souvent le secret.

      La SEHR propose tout au long de l’année, aux associations ou aux groupes, d’autres circuits sur d’autres thèmes, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Pour des Journées du Patrimoine différentes " "

         jean riou,chauffeurs de la drôme,patrimoine romanaisRomans-sur-Isère (Drôme)

     A l’occasion des Journées du patrimoine des 15 et 16 septembre derniers, la SEHR avait proposé deux visites : « Le centre historique, de l’architecture médiévale à l’architecture du XXè», le samedi après-midi, « le Grand Voyage » complétée par une visite du calvaire des Récollets le dimanche après-midi. Deux visites qui ont réuni plus d’une centaine de personnes, un nombre impressionnant qui souligne une fois de plus l’attachement des Romanais à leur patrimoine et leur intérêt pour l’histoire de leur ville. Ce bilan ne peut que nous satisfaire car les médias municipaux (presse, brochure, site Internet, blogs) avaient délibérément choisi de faire silence sur ces visites ; une censure mesquine, et inefficace, car nous avons pu compter sur la presse locale (que nous remercions), les médias départementaux et les réseaux sociaux pour diffuser auprès du public les informations concernant les activités de notre association pour ces Journées du patrimoine. Le succès populaire de ces journées a été quelque peu terni .... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 11 octobre 2012 )