Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Article à télécharger : "Romans, ville ouverte"

    ville ouverte, romans patrimoine, romans historique

    Romans (Drôme)

      De nombreux lecteurs nous ont fait savoir qu'ils souhaiteraient pouvoir disposer facilement d'articles publiés voici plusieurs mois ou plusieurs années, les plus anciens remontant à 1989. La totalité de ces articles est disponible aux archives communales de Romans, 3 rue des Clercs, ou à la médiathèque Simone de Beauvoir, rue Sabaton.

    Cependant, les plus récents étant numérisés, nous allons progressivement les proposer en téléchargement afin que le plus grand nombre ait accés à ces documents sur l'histoire et le patrimoine, ce qui  l'une des finalités de notre association.

    Aujourd'hui, nous vous proposons "Romans, ville ouverte", un article à une question qui nous est posée régulièrement.Romans, ville ouverte.pdf.

  • Aujourd'hui, c'est la saint Barnard !

    Romans (Drôme)

    Saint-Barnard - Copie.JPGLe dicton du jour : « Saint Barnard ensoleillé, rend le vigneron gai »

       Il s’agit bien du personnage dont la collégiale porte le nom et qui fut à l’origine de la ville de Romans.

       Barnard voit le jour dans le Lyonnais vers 778, se marie à 18 ans et suit quelques temps la carrière des armes auprès de Charlemagne. Après 7 ans de vie commune il quitte sa femme et ses enfants pour embrasser la vie monastique. Il bâtit l’abbaye d’Ambronay, dans le Bugey, puis devient archevêque de Vienne en 810.

       Après la mort de Charlemagne en 814, l'empire revient à Louis Le Pieux dont la seconde femme donne naissance à un garçon baptisé Charles. Cet enfant arrive après trois frères déjà pourvus d'une bonne partie de l'héritage paternel. En 829, Louis le Pieux taille pour Charles un domaine prélevé sur les terres de ses frères qui se révoltent contre leur père. En 833, pour juger l'empereur, ils réunissent des prélats dont Barnard. Les rebelles font déclarer leur père incapable de gouverner l'empire et l'enferment dans un monastère. Barnard est au nombre de ceux qui souscrivent à cette sentence. Malheureusement pour eux, l'année suivante, Louis le Pieux revient sur le trône et punit les intrigants : Barnard et d’autres archevêques sont déposés. En 836 (ou 837), Louis consent à rétablir les prélats condamnés sur leurs sièges épiscopaux.

       Barnard renonce à l'action politique pour se consacrer à la vie religieuse, il établit une communauté de moines bénédictins sur une terrasse bordant l’Isère, aux limites méridionales de son diocèse, et construit une église. Il accorde des revenus considérables à son monastère autour duquel de nombreuses habitations ne tardent pas à se grouper. Barnard meurt quelques mois plus tard, le 22 janvier 842. Il est inhumé le lendemain puis canonisé par acclamation populaire en 944. Depuis, le 23 janvier est la saint Barnard.

  • « La ville autrement » par Alexandre Chemetoff.

     Romans (Drôme)

     chemetoff, ville de Romans, Romans-sur-Isère, romans historique, romans patrimoine  L’édition du dimanche 20 janvier du Dauphiné Libéré était accompagné d’un supplément, Maisons et appartements, qui comportait un article fort intéressant. En l'occurence, une interview d’Alexandre Chemetoff, architecte-urbaniste, Grand prix de l’urbanisme en 2000, qui, depuis  plus de 30 ans, prône « la nécessaire transformation urbaine sans jamais renier l’existant ».

       Une réflexion dans laquelle nous nous inscrivons, dont les municipalités de Romans, actuelle comme en devenir, pourraient s’inspirer pour le plus grand bien de tous. Voici quelques uns des propos de Chemetoff.

      « La question est de savoir comment on transforme la ville en respectant la mémoire et le patrimoine [avec une démarche de progrès pour] que la ville demeure vivante. La ville qui fait l’objet d’un aménagement n’est pas simplement un lieu où l’on applique des idées mais surtout un lieu de culture. Aménager, construire, c’est prendre position dans un endroit qui existe en soi. Ne pas tout casser pour tout refaire, savoir se servir des investissements passés va dans le sens d’un ville durable. Les normes ne sont pas faites pour être appliquées aveuglément, détruire un bâtiment pour en reconstruire un aux normes d’aujourd’hui est une vision très naïve du progrès. Il faut faire en sorte que l’espace public retrouve sa vocation première, qu’il redevienne un lieu de vie en commun. ll ne s’agit pas seulement de changer les bordures des trottoirs ou la couleur des pavés, c’est donner envie aux gens d’entretenir les plantations en bas de chez eux. La rue doit appartenir aux citoyens  […] ».

  • Le calvaire des Récollets restauré pour son 500ème anniversaire ...

     Romans (Drôme)

     calvaire des récollets, romans historique, romans patrimoine, patrimoine romanais   Lors de ses vœux à la population Romans, le maire de Romans, a fait une annonce qui a retenu toute notre attention (1) : la conservation et la valorisation du patrimoine sont l’une de ses priorités, en particulier la restauration du chemin de croix du grand voyage et le calvaire des Récollets qui sera achevé en 2015 (2).

       Propos qui font plaisir à entendre car se sont ceux que nous tenons et répétons depuis des années ! Comment atteindre cette objectif ! Le calvaire est constitué d’une vingtaine de chapelles, du Golgotha et du portail, auxquels s’ajoutent une dizaine de chapelles en ville, sachant que  la restauration d’une chapelle s’élève en moyenne à 20 000 €, combien coûtera la restauration de l’ensemble du calvaire ….. 20 000 € X 30 chapelles + Golgotha + portail = 640 000 € (au minimum).    

         Nous attendons de voir cette somme apparaître dans le budget de la ville de Romans … ce qu’est pas le cas pour l’instant, il faudrait peut-être presser le pas : 2015, c’est dans 24 mois !

        Rappelons que nous considérons que la restauration ne doit être que la première étape de toute réflexion sur le patrimoine, la seconde en étant la valorisation c’est à dire la promotion auprès de tous les publics. De plus, en parallèle, cette valorisation du patrimoine doit s’intégrer à tout projet de développement économique en s’appuyant sur la promotion touristique de Romans, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !

    -----------------------------------------------------------------------------------------------

    (1) Rapportée par l’édition du 17 janvier de Drôme Hebdo.

    (2) A  noter que RomansMag.com n’a pas repris sur son site cette annonce : apparemment le média municipal n’a pas considéré que cet engagement du maire avait un grand intérêt !

  • L'histoire se répète !

     Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, centre historique de romans, romans historique   L’actualité romanaise est le bien triste reflet des travers de notre époque. Après le battage médiatique autour de la « patinoire », ce sont maintenant « les soldes » qui couvrent les feuilles de la presse, alors que « le carnaval du 9 mars » s’affiche déjà sur les panneaux publicitaires.

       Notre héritage culturel et son patrimoine n’ont-ils plus de place dans la vie des citoyens ? Illustration contemporaine des propos désabusés de Juvenal, un poète satirique romain du Ier siècle de notre ère : «  Le peuple qui jadis octroyait des commandements, des consulats, des légions et tout le reste, ne désire ardemment aujourd'hui que deux choses : du pain et les jeux du cirque ».

  • Vitraux restaurés ... vitraux invisibles !

     Romans (Drôme)

     dauphiné libéré, patrimoine romanais, romans historique

    saint-nicolas, dauphiné libéré, patrimoine romanais, romans histoique, romans patrimoine

     

     

     

     

     

     

        De nouveaux vitraux dans l’église Saint-Nicolas. Voilà une bonne nouvelle pour le patrimoine de notre ville ! Un problème cependant... les Romanais ne pourront pas voir ces nouveaux vitraux car l’église Saint-Nicolas est fermée au public. Nous demandons à la ville de Romans, propriétaire de l’église, dans l’assurer l’ouverture dans les même conditions que la collégiale Saint-Barnard afin que les Romanais, qui ont payé une grande partie des travaux avec leurs impôts, puissent en apprécier les résultats. Valoriser le patrimoine, ce n’est pas seulement « restaurer », c’est aussi promouvoir la culture, sous toutes ses formes, auprès de tous les citoyens.

  • Où est passé le vieux bonhomme Jacquemart ?

     Romans (Drôme)

    jacquemart, patrimoine romanais, romans historique   Dans une note précédente, nous vous informions que le vieux bonhomme Jacquemart, descendu en juillet, allait être relégué dans les combes du musée de la chaussure. Pour l’instant la mairie n’a pas communiqué sur ce sujet. Nous espérons que le vieux mannequin ne traîne pas dans quelques ateliers humides.

       Le choix de la municipalité ne peut satisfaire les Romanais qui sont attachés à l’emblème républicain et centenaire de la cité : sa place est dans un lieu visible de tous et non dans les combes obscurs et inaccessibles du musée. Ce questionnement démontre, une fois de plus, qu’il manque dans notre ville, une « maison du patrimoine et de l’histoire » qui pourrait, notamment, accueillir les objets, témoins du passé de notre ville.

  • Cette semaine dans "L'Impartial" : "1829, la démolition de la porte du Pont Vieux" (fin)

    Romans-sur-Isère ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique  Le conseil municipal de Romans, par une délibération du 1er  décembre 1829,  décide que le   maire est « autorisé à faire les poursuites convenables par devant tous tribunaux compétents pour contraindre la commune du Bourg-du-Péage, à rétablir les fermetures, la toiture, les autres dégradations commises à la porte du pont. » La ville de Romans intente donc un procès à celle de Bourg-de-Péage et l'affaire est portée devant le juge de paix de cette dernière ... ( à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 17 janvier 2013 )

  • Gala d’Empi et Riaume, le patrimoine culturel à l’honneur

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    empi et riaume, patrimoine romanais, romans historique   L’ensemble de musique et danse traditionnelle « Empi et Riaume » fait revivre, depuis 1934 un répertoire riche et varié de danses, chants et musique du Dauphiné et du Vivarais. Le groupe assure également différents ateliers : apprentissage de la danse et d’instruments traditionnels tels que la vielle ou l’accordéon diatonique, chant choral, ou formation à la broderie et à la dentelle.

       Son gala annuel aura lieu le dimanche 10 février 2013 à 15h à l’Espace des Collines à Saint-Donat-sur- l’Herbasse. (Participation 5 €, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans).

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

       Renseignements : Empi et Riaume, Parc François Mitterrand, 26100 Romans sur Isère, tel 04 75 02 30 52, www.empi-et-riaume.com.

     

  • De la patinoire éphémère … au carnaval dispendieux !

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais,centre historique,patinoire    C’est le résumé de la vie culturelle à Romans pour ce trimestre, au tournant de 2012 et 2013. Après une surinformation orchestrée sur la « patinoire éphémère », les Romanais sont invités à se préparer à une autre futilité ! En effet, les panneaux municipaux sont déjà recouverts par les affiches du carnaval qui aura lieu le … 9 mars, c’est à dire dans deux mois ! Rien ne pressait pour cette animation d’un jour à 100 000 € ! En ce mois de janvier, la ville aurait pu réserver ses panneaux à promouvoir notre héritage culturel et notre patrimoine, en particulier la collégiale Saint-Barnard qui n’a pas fait l’objet de campagne d’affichage depuis … ! C’est si loin que tout le monde a oublié !

  • Le grand succès populaire n’est pas celui que l’on croit !

    Romans-sur-Isère (Drôme)

        La période « des fêtes » vient de se terminer et quelques réflexions s’imposent déjà. Le matraquage médiatique qui a entouré pendant des semaines la « patinoire éphémère », avec les effets inévitables et attendus sur la fréquentation (mais pouvait-il en être autrement ?), a gommé d’autres initiatives moins futiles et moins dispendieuses.

        En réalité, le véritable succès populaire de cette période des fêtes est la « crèche des Balmes » qui attiré plus de 5000 visiteurs, et cela sans la mise en scène des réseaux de communication municipaux. Un constat qui démontre qu’une animation pour valoriser le patrimoine culturel peut se faire à moindre frais, seule compte la passion de femmes et d’hommes dont la sincérité du projet rencontre les attentes du public.


    Pour en savoir davantage, l’article publié dans le Dauphiné Libéré, ce jour, samedi 12 janvier.
    chapelle des balmes,patrimoine romanais,dauphiné libéré
    chapelle des balmes,patrimoine romanais,dauphiné libéré

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " 1829, la démolition de la porte du Pont Vieux "

    Romans-sur-Isère ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique   La démolition de la porte fortifiée sur le Pont Vieux fut l’objet de nombreuses discussions dans les conseils municipaux de Romans et du Bourg-de- Péage au début du XIXè siècle. Il existait en effet, depuis la construction de la première enceinte de Romans, au XIIè siècle, une porte monumentale qui permettait l'accès au Pont Vieux et d'accéder à la ville de Romans ... ( à suivre dans L'Impartial daté du jeudi 10 janvier 2013 )

  • Cette semaine dans " L'Impartial "

    L'Impartial, patrimoine romanais, romans-sur-isère, laurent jacquotRomans-sur-Isère (Drôme)
    Lu, cette semaine, dans L'Impartial.l'impartial,patrimoine romanais

  • Ville de Romans : le patrimoine historique, parent pauvre du budget 2013 ! (suite)

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patrimoine romanais-péageois, romans historique   Dans une note précédente, nous étions revenus sur le dernier conseil municipal de Romans, le 17 décembre, et avions souligné que le « patrimoine historique » de la ville était le parent pauvre du budget. Pour ceux qui en douteraient, nous les invitons à consulter le dernier numéro de RomansMag, n°274, janvier 2013. Les pages 14 et 15 sont consacrées à la présentation du budget, l’un des paragraphes est titré entretien du patrimoine.
       C’est un paragraphe fourre-tout qui additionnent salaires des personnels, acquisitions de véhicules propres, mise aux normes des bâtiments communaux et … « mise en valeur du patrimoine historique (calvaire des récollets, aménagement des abords du chemin de croix) », tout est dit en ces quelques mots … point final !
       La politique patrimoniale de la ville de Romans pour 2013 se résume donc en une ligne : un constat qui parle de lui-même et relativise tous les leurres médiatiques délivrés par la ville pour endormir les Romanais ! Une politique patrimoniale qui devra se contenter de 45 000 €, équivalents pour l’année 2013, au tiers du coût de la « patinoire éphémère » et aux illuminations de Noël, et à la moitié du coût d’une journée de Carnaval !
       Une politique patrimoniale dans le droit fil des budgets précédents ! L’année 2012 a vu la limite de ce mode gestion, avec le bonhomme Jacquemart pour lequel aucun entretien n’avait été budgété en 2011 : finalement sa tête tomba et c’est l’ensemble de la statuaire qu’il a fallu remplacé, pour un coût total de 35 000 € ! Espérons que des événements comparables ne se reproduiront pas en 2013, avec des coûts beaucoup plus élevés pour la collectivité ! Nous pensons notamment à la collégiale Saint-Barnard, notre pauvre église que la ville n’a même pas inscrite sur sa microscopique liste du patrimoine historique à « mettre à valeur », alors que des travaux indispensables et urgents sont nécessaires et que ce bâtiment, classé monument historique, attend (et mérite) une grande campagne de restauration et de valorisation auprès des touristes et des universitaires !

  • Nos vœux pour 2013

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    centre historique, patrimoine romanais-péageois, romans historique   La Société d'Etudes Historiques de Romans - Bourg de Péage présente aux Romanais et aux Péageois ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

       Que 2013 soit l'année du renouveau pour le centre historique de Romans et le patrimoine de nos deux cités, pour sauvegarder notre héritage culturel et vivre dans un monde plus humain.

  • Nos études et nos articles sur l'histoire et le patrimoine de Romans et de Bourg-de-Péage

    Romans-sur-Isère (Drôme)
    patromoine romanais, centre historique   Depuis plus de deux ans notre association publie des articles sur l'histoire et le patrimoine de Romans et de Bourg-de-Péage. Vous trouverez en pièce jointe la liste de ces articles ( SEHR articles.pdf) qui peuvent être retirés à notre siège, 2 quai Ulysse-Chevalier (Romans), lors de nos permanences, le mercredi, entre 17 h et 19 h.