Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La ville de Romans et son patrimoine : ça patauge !

    Romans (Drôme)

    saint-barnard, laurent jacquot, latifa chay, amis de saint-barnard et du calvaire des récollets    Dans son dernier numéro, Romans-Mag (n°278, mai 2013) tente désespérément de sauver la politique patrimoniale de la municipalité (comme chaque mois !) en consacrant une page entière à la collégiale Saint-Barnard. Cet article assène des « vérités » (comme à son habitude) qui font sourire tous ceux qui sont au cœur de toutes les réflexions sur le patrimoine et le centre historique.

       Le sous-titre d’abord laisse dubitatif : « la collégiale Saint-Barnard est sans doute l’un des plus beaux fleurons du patrimoine romanais ». « Sans doute » : ah bon ! certains auraient besoin de cours d’histoire de l’art afin de ne plus avoir de « doute » sur l’exceptionnelle qualité architecturale de la collégiale !

        Le sous-titre se termine ainsi : « un capital que la ville s’attache à valoriser, comme l’ensemble de son patrimoine » ; facile à dire ! mais que fait la ville, chaque jour, pour valoriser la collégiale et le calvaire des Récollets ?

        L’article se poursuit en martelant d’autres vérités pour « enfumer » les lecteurs : « la collégiale est l’objet de toutes les attentions ; les interventions se succèdent pour son entretien, sa restauration, sa valorisation » : « se succèdent »,  ah bon ! nous aimerions bien avoir la liste de « ces interventions » jour après jour, puisqu’elles « se succèdent » ! Pour la mairie, installer « dix spots », 25 m de « garde corps », remplacer quelques m² de « toitures » et faire « l’inventaire » de quelques objets mobiliers devient un événement médiatique majeur de « valorisation » ! L’article se termine avec un dernier rideau de fumée : « et l’on pourrait citer encore bien d’autres exemples » : lesquels ???.

       L’adjointe à la culture clôt cette logorrhée municipale en martelant de nouveau « les vérités municipales » : « les derniers travaux réalisés ou à venir, sur ce bâtiment, mais aussi sur d’autres comme le musée ou encore le calvaire des Récollets, s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie globale de valorisation du patrimoine » : « stratégie globale de valorisation », on aimerait bien la connaître ! quant « aux travaux à venir sur le calvaire des Récollets » : lesquels ? avec quel budget ? seront-ils terminés pour le cinquième centenaire du calvaire, en 2016 ?

      Finalement cet article de Romans-Mag reprend des techniques de communication orientée bien rodées. Un article qui donne le beau rôle à la municipalité quant à la « valorisation de la collégiale » mais qui oublie volontairement ceux qui, chaque jour, ouvrent la collégiale, assurent son entretien et en organisent des visites, des animations et des expositions : …. les adhérents de l’association des « Amis de Saint-Barnard et du calvaire des Récollets » !!!

     

  • Romans (Drôme) : sectarisme municipal !

     

    Romans (Drôme)

       laurent Jacquot, latifa chay, journées du patrimoineVoici une quinzaine de jours, l’adjointe à la culture de la ville de Romans organisait une réunion pour préparer la programmation des journées du patrimoine, des 14 et 15 septembre prochains. Notre élue n’a pas cru nécessaire d’inviter la Société d’études historiques de Romans – Bourg de Péage, privant ainsi la ville de Romans des compétences que nous avons acquises depuis des années ! Nous laissons les Romanais juges de ce sectarisme municipal, qui explique également l’abandon dans lequel se trouve la calvaire des récollets et l’absence de politique de valorisation du centre historique ! Quoi qu’il en soit, la SEHR participera aux Journées du Patrimoine en proposant de nombreuses visites à thèmes sur l’histoire de Romans et des Romanais.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " La vie romanaise d'Henry de Monfreid " (fin)

     Romans ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique

     « J'obtins une permission exceptionnelle de huit jours après mon incorporation pour aller voir mon ancien condisciple au lycée Saint-Louis, le fils du général André, alors ministre de la Guerre […].  Rien ne pouvait me sauver des trois ans à perdre stupidement, rien, sauf la réforme ». C’est à dire l’inaptitude au service militaire pour laquelle il demande à repasser devant le conseil de révision, fort de l’appui du général André. Les semaines passent. « La Noël (1900) arriva...( à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 25 avril 2013 )

     

  • Romans (Drôme) / Travaux sur le quai : bévue aqueuse !

    saint barnard, patrimoine romanais, laurent jacquot, romans patrioine, romans historique

    Romans (Drôme)

       Depuis de nombreuses années, les visiteurs la chapelle du Saint-Sacrement, dans la collégiale Saint-Barnard, s’inquiètent de l’humidité qui imprègne ce lieu et du salpêtre qui macule le mur jouxtant le quai. Une situation qui résulte de l’écoulement sur le mur même d’une partie des eaux fluviales tombant du toit de ladite chapelle. 

    L’aménagement du quai Ulysse-Chevalier n’améliorera guère cette situation car les deux descentes d’eau provenant du toit n’ont pas été raccordées au réseau des eaux fluviales et, de fait, dégorgeront directement sur les pavés ; des eaux qui s’infiltreront dans le sous-sol et imprégneront le mur de la chapelle du Saint-Sacrement situé à un mètre sous le niveau du quai ! Le problème de l’humidité dans la chapelle n’est pas prêt d’être résolu !laurent jacquot, saint barnard, romans patrimoine, romans historique

     

  • Lundi 22 avril, une visite du centre historique de Romans

    Romans-sur-Isère (Drôme)

    ORPA, Laurent Jacquot, romans patrimoine, romans historique    Lundi dernier, 22 avril, nous avons accompagné 20 d’adhérents de l’atelier de généalogie de l’ORPA (Office des Retraités, Plaisirs et Activités) de Romans dans une sympathique visite du centre historique.      

         Une visite qui débuta avec un parcours dans le quartier Faubourg- Jacquemart, dessiné à la fin du XIXè s. Un paysage urbain bien différent est celui des quartiers Saint-Barnard ou Pêcherie avec leurs hôtels particuliers du XVIè siècle, et leurs ruelles médiévales. La visite se poursuivit par le quartier de la Presle, avec son caractère spécifique lié à notamment à la présence de la tannerie pendant plus de cinq siècles. La déambulation se termina par rue du Fuseau et la place Jacquemart dont l’histoire fut marquée par des événements quelquefois sanglants.

    orpa,centre historique,patrimoine romanaisPhoto : ORPA : orpa.hautetfort.com

       



    La SEHR est à la disposition des associations romanaises et péageoises pour l’organisation de visites guidées, tout au long de l’année, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Romans (Drôme) : le centre historique, le parent pauvre !

    Romans (Drôme)

    rue Baudouin, Laurent Jacquot, romans patrimoine, romans historique    Le conseil municipal vient de voter un budget de 11 millions d’euros dans un projet d’aménagement de la place Jean-Jaurès, après avoir investi plus de 50 millions d’euros dans le quartier de la Monnaie depuis 2004 : une fois de plus, le centre historique est le quartier de notre ville oublié par la municipalité  qui se satisfait du misérabilisme de certaines ruelles (photo de la rue Baudouin) et placettes et se contente de rapiéçage incohérent et souvent malheureux ! 

       En balance avec ces 11 millions d’euros, n’est-il pas ridicule de présenter comme un évènement extraordinaire, qui mérite de faire la une de la presse locale, la pose de 25 mètres de garde-corps et l’installation de 10 projecteurs dans la collégiale Saint-Barnard, pour une somme de .... 6 000 € !

         11 millions … et combien pour la restauration du calvaire des Récollets dont les Romanais commémoreront, dans trois ans, en 2016, le cinquième centenaire ?

  • Prochaine visite guidée : "La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes"

    Romans  (Drôme).
    ruisseau de la Martinette, patrimoine romanais   La SEHR propose, le mardi 23 avril et le dimanche 5 mai, une nouvelle visite guidée sur l'histoire de Romans « La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes ». Ce ruisseau qui court dans Romans témoigne de l'importance de l'eau dans la vie et le travail des hommes, du Moyen Âge au XXè siècle.

       Rendez-vous à 14 h 30, rue Louis-Le-Cardonnel (au pont sur la Savasse). Participation : 5 €. Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr

  • Bravo aux agents de la ville ! (bis)

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, romans patrimoine, laurent jacquot, romans historique, claude magnan    Dans une note précédente, nous avons souligné la promptitude des agents de la ville à réaliser des travaux sur le pavage et la plaque d’égout à proximité du chevet de la collégiale. Leur avait également été signalée la défaillance de l’éclairage du chevet, et cela depuis des mois : les ampoules défectueuses ont été remplacées voici quelques jours, et le chevet est de nouveau mis en valeur. Que les agents de la ville, à l’écoute de la population, en soient de nouveau remerciés, en espérant que ce civisme se généralise : ces interventions rapides participent à la valorisation du centre historique et au bien-être de ses habitants.

     

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Un fonds d'archives exceptionnel "

    Romans (Drôme)

     l'impartial,patrimoine romanais, romans historique, romans patrimoine

     

    Ce fonds effectivement "exceptionnel" ouvre de nouveaux champs d'étude sur l’histoire de Romans et des Romanais : à nous tous de le faire connaître auprès des universitaires et des chercheurs !

     archives communales,fonds bon,fonds nugues,patrimoine romanais-péageois

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Prochaines visites avec la SEHR "

     Romans (Drôme)

     l'impartial,patrimoine romanais, romans historique, romans patrimoine

     

     

    L'Impartial, visites, martinette, patrimoine romanais, romans patrimoine, romans historique

  • Mercredi 17 avril, conférence sur le patrimoine de Romans

    Romans (Drôme)

    Laurent Jacquot, calvaire des récollets, grand voyage, romans patrimoine, romans historique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Laurent Jacquot, calvaire des récollets, grand voyage, romans patrimoine, romans historique

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Un patrimoine méconnu "

    Romans (Drôme)

    l'impartial,patrimoine romanais, romans historique, romans patrimoine

    Cette semaine dans L'Impartial : une réflexion judicieuse et une question pertinente !

     

    l'impartial,patrimoine romanais

     

     

     

     

     

     

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " La vie romanaise d'Henry de Monfreid "

    Romans ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique

          La connaissance de l’histoire de Romans repose sur une multitude de sources quelquefois insoupçonnées, c’est le cas aujourd’hui de la biographie d’un écrivain, Henry de Monfreid, dont l'oeuvre littéraire majeure, la seule connue du grand public, reste : « Les secrets de la Mer Rouge »...( à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 11 avril 2013 )

  • Romans (Drôme) : l’église Saint-Nicolas restaurée par l’amicale des Arméniens de Romans-Bourg de Péage.

    Romans (Drôme).

     église Saint-Nicolas, patrimoine romanais  Lundi dernier, lundi de Pâques, l’église Saint-Nicolas était ouverte au public. Ce fut l’occasion  de découvrir et d'apprécier les travaux réalisés dans cet édifice du culte, pour l'essentiel, par l’amicale des Arméniens de Romans-Bourg de Péage.

         Propriété de la ville depuis 1837, cette église était affectée au culte catholique puis laissée à l’abandon par la ville jusqu’à sa dévolution au culte apostolique arménien en 1989. Le vénérable édifice, héritier de près de neuf siècles siècles d’histoire, a retrouvé une belle prestance avec des vitraux restaurés et ses murs recouverts de couleurs sensibles et harmonieuses. Reste cependant la question de l’apparence extérieure de l’édifice dont les murs lépreux méritent une ravallement de la part des services municipaux.

        Le financement par des fonds privés d’un bâtiment historique public est une piste à suivre (le mécénat) alors même que la ville qui en est propriétaire ne se donne pas les moyens d’engager de grands travaux. Une piste à suivre notamment pour la collégiale Saint-Barnard et surtout le calvaire des Récollets qui pose cependant la question de l’ouverture au public de tels édifices, fondement de toute valorisation de ce patrimoine, ouverture que la ville devrait prendre en charge avec ses propres guides du patrimoine.

  • Romans (Drôme) : « Le bocal » plutôt que « Patrimoine et éducation » !

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, place Maurice-Faure, romans patrimoine, romans historique

      Voici quelques semaines, nous avons relayé les inquiétudes de l’association « Patrimoine et éducation » qui était hébergée par la ville de Romans dans l’ancienne école Chopin jusqu’à la démolition de cette dernière. Cette association est maintenant « à la rue », la ville ne lui ayant pas proposé de nouveaux locaux alors que les archives et le matériel scolaire de cette association constituent une mémoire sur l’histoire de l’éducation dans notre département, au XIXé et XXè s. Au même moment, la ville est capable de débourser 1500 € de loyer mensuel pour le « bocal », place Maurice-Faure, dont la finalité laisse dubitatif plus d’un ! Pourquoi la ville n’a-t-elle pas utilisé cette somme pour louer un local permettant d’abriter provisoirement les collections de « Patrimoine et éducation »  ?
  • Bravo aux agents de la ville !

    maurice-faure, laurent jacquot, romans patrimoine, romans historiqueRomans (Drôme)

       La transformation de la place Maurice-Faure en corridor automobile a des conséquences que les services de la ville qui ont validé le nouveau plan de circulation auraient dû prévoir. Le pavage réalisé en 2006 n’avait pas pour finalité de supporter une circulation automobile importante. Aujourd’hui, à certains endroits, le sol commence à s’affaisser. Voici quelques jours, la plaque d’égout près du chevet de Saint-Barnard et les pavés l’encadrant étaient devenus instables. Avertis le matin par des riverains, des agents de la ville sont venus immédiatement changer la plaque et sceller, dans l'après-midi, les pavés pour la maintenir en place : bravo pour cette réactivité ! (voir la photo).

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " 11 octobre 1925, la première pierre de la cité Pomaresse "

    Romans ( Drôme)
    L'Impartial, patrimoine romanais, romans historique

      Nous vous proposons aujourd'hui d'évoquer un événement important de la décennie 1920 à Romans, la pose de la première pierre de la cité Pomaresse, actuelle cité Jules-Nadi, par Antoine Durafour, ministre du travail, du « cartel des gauches ». Durafour est un radical-socialiste très « à gauche », ce qui explique sa venue à Romans, dans la ville du député-maire socialiste, Jules Nadi. Cette visite ministérielle est l'occasion de  redécouvrir l'ensemble des œuvres sociales réalisées à Romans, à cette époque... ( à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 4 avril 2013 )

  • " L'AVAP ", pour protéger le patrimoine architectural de Romans.

     Romans (Drôme)

       centre historique,patrimoine romanaisProtéger le patrimoine architectural du centre historique de Romans est l’enjeu de la nouvelle réglementation proposée par la municipalité, l’AVAP, « aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine » sur laquelle les Romanais sont appelés à s’exprimer dans le cadre d'une enquête publique relative à la révision du Plan Local d'Urbanisme de Romans, entre le 2 avril et le 13 mai.

       Rappelons les commentaires que nous formulions sur cette "AVAP", voici quelques mois.

        Le dossier préparatoire qui nous est soumis comporte d’abord un « diagnostic » qui n’étonnera personne : « Le patrimoine romanais du centre ancien est particulièrement riche et varié (datation, typologie, matériaux…) mais il présente cependant une certaine cohérence, qui a été gravement perturbée par un bon nombre d’interventions récentes » (« La cité de la musique » entre autre !). « La ville reste cependant intéressante par ses spécificités qu’il est essentiel aujourd’hui de remettre en valeur. Le patrimoine culturel et historique, élément essentiel de notre identité collective, fruit du travail de ceux qui nous ont précédés et qui nous l’ont légué, en fait partie : il doit être préservé et mis en valeur. On peut noter (et regretter) que la présence de l’eau très forte dans l’histoire soit aujourd’hui très limitée (surélévation des quais, couverture de la Savasse,..), mais cette présence reste une opportunité qui ne demande qu’a être remise en valeur ».

     

      Le dossier énumère ensuite des constats que nous faisons depuis des années, parmi lesquels : « des ouvertures originelles sont massacrées, des menuiseries anciennes sont encore régulièrement remplacées par des fenêtres en PVC, des volets anciens supprimés pour des stores roulants, etc, dans tous les cas ces interventions nuisent au patrimoine ».

     

       Enfin, le dossier avance des propositions : « proscrire les climatiseurs visibles, proscrire le remplacement des menuiseries anciennes par des menuiseries en PVC, proscrire le remplacement des volets extérieurs en bois par des volets roulants métalliques ou en PVC [...]. Dans un souci d’intégration dans ce contexte historique les toitures traditionnelles sont privilégiées. L’objectif est de retrouver l’emploi de tuiles canal en terre cuite ». Sur les sols des voies publiques : « favoriser la pierre naturelle, solide et durable, ainsi que les galets, évocateurs du contexte patrimonial, sur les espaces prestigieux », « interdire les boites aux lettres posées en applique sur les façades ». Le dossier reprend l’une des propositions que nous formulions dans ces colonnes : « La démolition du bâtiment [de l’ancienne gendarmerie, rue du chapitre], compte tenu de son inadaptation au quartier, de son peu de valeur patrimoniale et du coût de sa réhabilitation peut être envisagée ».

     

      Parmi ces propositions, certaines sont cependant inquiétantes comme « l’encouragement de la pose de panneaux solaires » ou des « toitures innovantes » sur les toits autour de la collégiale ! Certes le texte précise que l’étude se fera « au cas par cas pour éviter la dénaturation des ensembles de toitures de qualité» : au « cas par cas », ce qui est encore plus inquiétant ! Le dossier est muet sur l’intégration des vitrines de magasins et des enseignes sur les façades : on peut se demander pourquoi ?

      Finalement rien de bien neuf par rapport à la réglementation précédente, la ZPPAUP, qui a été mal ou pas appliquée (il suffit de voir par exemple le nombre de fenêtre en PVC ou de volets roulants, autour de la collégiale !) On peut espérer que la réglementation de l’AVAP le sera davantage ! Il faut avoir la volonté pour la faire appliquer !

  • Prochaine visite guidée : "La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes"

     Romans  (Drôme).
    ruisseau de la Martinette, patrimoine romanais   La SEHR propose, le mardi 23 avril et le dimanche 5 mai, une nouvelle visite guidée sur l'histoire de Romans « La Martinette, un ruisseau domestiqué par les hommes ». Ce ruisseau qui court dans Romans témoigne de l'importance de l'eau dans la vie et le travail des hommes, du Moyen Âge au XXè siècle.

       Rendez-vous à 14 h 30, rue Louis-Le-Cardonnel (au pont sur la Savasse). Participation : 5 €. Pour toute information complémentaire : 04.75.02.92.82 , SEHR26@orange.fr

  • Où est passé le vieux bonhomme Jacquemart ?

      Romans (Drôme)

     jacquemart, patrimoine romanais, romans historique     Dans un note publiée le 19 janvier, cétait la question que nous posions à la mairie. Deux mois et demi plus tard, aucune réponse n'a été apportée aux Romanais. Nous annoncions alors que le vieux bonhomme Jacquemart, descendu en juillet, allait être relégué dans les combes du musée de la chaussure. Pour l’instant la mairie n’a pas communiqué sur ce sujet. Nous espérons que le vieux mannequin ne traîne pas dans quelques ateliers humides. Si c'est le cas, le choix de la municipalité ne peut satisfaire les Romanais qui sont attachés à l’emblème républicain et centenaire de la cité : sa place est dans un lieu visible de tous et non dans les combes obscurs et inaccessibles du musée.

        Ce questionnement démontre, une fois de plus, qu’il manque dans notre ville, une « maison du patrimoine et de l’histoire » qui pourrait, notamment, accueillir les objets, témoins du passé de notre ville.