Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Romans (Drôme) : la vulgarité à l'honneur !

    ravioles, journées du patrimoine, patrimoine romanais, laurent jacquot  Romans (Drôme)

       Cette année, comme l’année dernière, la fête de la pogne et de la raviole se déroule le même week-end que les Journées du Patrimoine. L’argument que les organisateurs ont avancé est que la pogne et la raviole sont les ambassadeurs du patrimoine gastronomique de Romans, ce que chacun reconnaît et que nous défendons depuis des années !

        La valorisation de ce patrimoine mérite des actions qui font revivre les traditions et participent à la culture historique des visiteurs, ce qui est le cas avec la présence de « ravioleuses »,  mais pourquoi, diantre, gâcher cette fête par une animation d’une vulgarité affligeante : « le concours du plus gros mangeur de ravioles » (on devrait dire « bouffeur de ravioles » ! ), comme il y a des concours du plus gros mangeur de saucisses, de frites ou de hamburgers !

        Les ravioles ne valent-elles pas mieux que tous ces produits industriels bas de gamme ? Elles sont présentes sur les tables de notre région  depuis des siècles, elles ont accompagné les fêtes de famille de générations de Dauphinois, elles participent à la mémoire collective de la vie romanaise et se retrouvent, aujourd’hui, à Romans même, l’objet d’une animation peu ragoûtante que certains considèrent, à la mairie, comme un moyen de valoriser le patrimoine de notre ville ! Quel mépris pour notre patrimoine !La culture est tombée bien bas dans notre pauvre ville !

  • Romans (Drôme) / Restauration des monuments historiques : on ne peut pas faire n’importe quoi

     Romans (Drôme)

    charte de venise, patrimoine romanais  La DRAC Rhône-Alpes, sur sa page Facebook, « Patrimoine en Rhône-Alpes », vient de publier une note sur « le code éthique international de la restauration-conservation des monuments historiques » connu sous le nom de charte de Venise. Une lecture qui serait bien utile à la municipalité de Romans et à tous ceux qui prônent la « rénovation » du patrimoine architectural de notre ville en lieu et place d’une « restauration-conservation » définie par la charte de Venise dont voici les principes.

       « L'attitude du restaurateur face à un monument historique a évolué : de la doctrine de restauration-reconstitution dont le chef de file est en France au 19e siècle Eugène Viollet-Le-Duc (1814-1879) jusqu'à la doctrine actuelle de stricte conservation des éléments anciens avec des restitutions limitées et documentées. L'Anglais John Ruskin (1819-1900) jugeant toute restauration destructrice, conseillait par un entretien régulier d'éviter toute intervention radicale : « Prenez le soin voulu de vos monuments et vous n'aurez pas à les restaurer ».

         Une doctrine internationale se met en place : une charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite Charte de Venise (lien ci-dessous), donne un cadre international pour la préservation et la restauration des bâtiments anciens comme des sites urbains ou ruraux. Préparée dès 1957 par les travaux du premier congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques réuni à Paris, elle a été approuvée par le deuxième congrès international réuni à Venise du 25 au 31 mai 1964. La restauration est définie comme « exceptionnelle » et documentée, « elle s'arrête là où commence l'hypothèse ». Les apports de toutes les périodes doivent être respectées, l'unité de style est clairement exclue des buts d'une restauration. Les adjonctions doivent « se distinguer tout en s'intégrant » à l'édifice afin d'éviter toute falsification.

       La France a reconnu dès 1965 ce texte, au travers de la section française du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS France). Il est important pour tous les professionnels (conservateurs, restaurateurs, architectes et entreprises, scientifiques de la conservation) de connaître et de faire connaître ce document qui constitue le cadre international de toute intervention de conservation-restauration ».

    Lire le texte complet de la charte de Venise : http://www.icomos.org/charters/venice_f.pdf.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " 22 - 30 août 1944, la Libération de Romans - Bourg de Péage "

    bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

      En ce mois août 1944, les Romanais et les Bourg-de-Péage attendent la libération de leurs villes soumises à l’occupation allemande depuis septembre 1943, une population apeurée par les nouvelles des massacres perpétrés par les troupes allemandes dans le Vercors, quelques jours auparavant. Le 15 août, les Américains et les forces françaises du général de Lattre de Tassigny débarquent en Provence. Le lendemain, Hitler donne l’ordre à ses armées du sud de la France de battre en retraite par la vallée du Rhône. ... (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 29 août 2013).

  • Romans (Drôme) : une initiative pour découvrir le patrimoine religieux de Romans

    Romans (Drôme)

    Patrimoine religieux 1.jpg   Nous souhaitons aujourd'hui faire connaître une initiative pour faire découvrir le patrimoine religieux de Romans. Face à l'inconsistance des actions de la ville de Romans et de l'office de tourisme pour promouvoir ce patrimoine, un collectif a réalisé, l'année dernière, un dépliant proposant, grâce à un plan, un cheminement en 14 étapes sur le thème : "quand profane et religieux se rencontrent". Chaque étape est un bâtiment qui marque encore aujourd'hui le paysage religieux de Romans ou un site emblématique de l'histoire religieuse de notre ville.

       Ce dépliant est disponible à l'accueil de la collégiale Saint-Barnard et sera à votre disposition au stand de la SEHR, lors du Forum des associations, samedi prochain 31 août, salle Charles-Michel.patrimoine romanais, patrimoine religieux, laurent jacquot

  • Romans (Drôme), samedi 31 août : "Forum des associations"

    Romans (Drôme)

     forum des associations, patrimoine romanais, laurent jacquot  A l’occasion du  « Forum des associations »  organisé le samedi 31 août, la SEHR tiendra un stand, salle Charles-Michels, entre 13 h et 18 h.

     Retrouvez-nous pour découvrir les activités de notre association et nous faire part de vos propositions pour sauvegarder le patrimoine architectural de notre ville et valoriser son centre historique.

  • Romans (Drôme) / L'été du patrimoine : dernières visites

     Romans (Drôme)

     troisième république, patrimoine romanaisDernières visites, dimanche 25 et lundi 26 août - Visite commentée dans le centre historique de Romans sur le thème "Romans sous la Troisième République, un patrimoine architectural méconnu".

    Participation : 5 €. Pour s'inscrire : 04.75.02.92.82

  • Romans (Drôme) / 22 – 30 août 1944, la Libération de Romans et de Bourg-de-Péage

    Romans (Drôme)

    libération de romans, août 1944   En ce samedi 24 août 2013, est commémorée la Libération de Romans et de Bourg-de-Péage. Les événements en question se déroulent entre le 22 et le 30 août 1944.

         Depuis septembre 1943, Romans et Bourg-de-Péage sont occupées par une garnison allemande de 190 hommes. Des maquisards, survivants des combats et des massacres du Vercors, en juillet 1944, se regroupent dans les collines autour de Romans ; le 15 août, les Américains débarquent en Provence. En quelques jours, les armées allemandes sont repoussées et reçoivent l'ordre de battre en retraite par la vallée du Rhône.

         A Romans, l'apparente rapidité de la progression des Américains laisse croire à leur arrivée prochaine. C'est alors que certains éléments de la Résistance, notamment du 11è cuirassiers, décident de libérer Romans, le 22 août, et attaquent la garnison allemande. En fin de journée, la ville se croit libérée, la population est en liesse. Mais le lendemain, les Américains venant de Grenoble ne font que passer, de violents combats se déroulant alors autour de Montélimar-Crest-Livron.

         Les Allemands sont encore à Valence et à Tain : le 27 août, ils reprennent Romans. Dans la ville, des portes sont fracturées. Sous la mitraille, les Allemands pillent des magasins et des appartements abandonnés par leurs propriétaires, et, quelquefois accompagnés de « collabos », visitent les maisons à la recherche des Américains et des Résistants. Pendant trois jours, beaucoup de Romanais et de Péageois vont se terrer dans leur cave et les Résistants se cacher pour échapper à la mort ; d'autres s'enfuient vers les coteaux environnants.

         Mais dans la vallée du Rhône et de l'Isère, les Américains sont victorieux.Les Allemands savent qu'ils ne pourront plus se maintenir très longtemps dans nos deux villes, le 29 août, à 6 h, ils font sauter le Pont Vieux, des grenades incendiaires pleuvent sur le collège (aujourd'hui Lycée Triboulet) et la caserne Bon.A l'aube du 30 août, la canonnade devient furieuse. Les Allemands stationnés à Bourg-de-Péage se replient sur Romans : à 8 h, le Pont Neuf est détruit mais la charge du barrage de Pizançon est désamorcée; les panzers évacuent la ville. Le dernier Allemand quitte Romans vers 11 h 30. En début d'après-midi les Américains et les Résistants entrent dans la ville : ainsi s'achèvent, pour les Romanais et Péageois, 10 mois d'occupation allemande et 4 ans de privations sous la botte du Régime de Vichy.

  • Romans (Drôme) / Cimetière de Romans : des tombes à l'abandon

     

    Romans (Drôme) 

     cimetière,patrimoine romanais-péageois   Suite à la visite du cimetière que la SEHR proposait lundi dernier, un triste constat s'impose : beaucoup de tombes qui témoignent d’une page de l’histoire de notre ville ne sont pas entretenues. C’est le cas par exemple de la tombe de d'Ernest Bonnardel, maire de Romans entre 1928 et 1931, Jean-François Faisant, « bienfaiteur de l’hôpital », Louis Vinay, architecte et historien de Romans, ou de la famille Guillot-Grenier à l’origine de l’industrie de la chaussure à Romans (à côté de François-Barthélémy Guillaume dont la tombe a malheureusement disparu).


    La SEHR propose de dresser la liste des tombes les plus emblématiques et demande à la ville d’entreprendre les travaux nécessaires : une action qui cependant n’aurait de sens que dans le cadre d’un projet de valorisation de ce grand espace patrimonial.

     

    louis vinay

    ernest bonnardelguillot, grenier

  • Romans (Drôme): La station du Grand Voyage a été nettoyée !

    Romans (Drôme)

    patrimoine, romanais, grand voyageEn début de semaine, nous avions signalé qu'une station-oratoire du Grand Voyage avait, de nouveau, été taggée. Nous venons de constater, avec satisfaction, que cette station a été nettoyée par les agents de la mairie : comme quoi, nos interventions médiatiques ne sont pas inutiles !

    De plus, rappelons que le visage du Christ du bas-relief a été martelé. Nous avons récupéré ce fragment et le tenons à la disposition de la mairie.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Forum des associations et Journées du patrimoine "

    bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

     

      En cette fin du mois d’août, notre association peut déjà dresser un bilan satisfaisant des visites et des conférences proposées depuis la mi-juillet. L’objectif de la SEHR était d’offrir des animations aux Romanais-Péageois, et aux touristes, lors des après-midis de cette période estivale. Une initiative saluée par de nombreux articles dans la presse locale et relayée par les radios et les réseaux sociaux. Les thèmes de ces visites étaient volontairement très diversifiés ... (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 22 août 2013).

               

  • Romans (Drôme) / Visite du cimetière : l'histoire dans la pierre

    Romans (Drôme)

    cimetière,patrimoine romanais-péageois, laurent jacquot, visites   La visite du cimetière que la SEHR proposait lundi dernier,19 août, a de nouveau réuni des passionnés d’histoire venus de Romans, Bourg-de-Péage ou de plus loin. Cet espace dédié au souvenir constitue aujourd’hui une source d’information pour les historiens.

        Le cimetière de Romans fut en effet ouvert en 1812 et le parcourir permet de couvrir presque deux siècles d’histoire, à travers de multiples facettes. Les tombes des hommes et des femmes devant lesquelles nous nous sommes arrêtés nous ont décrit des carrières militaires, des engagements politiques ou philosophiques, des sagas économiques. C’est aussi la vie religieuse, culturelle ou sportive de Romans qui se lit sur les pierres tombales. Un cimetière, c’est également le souvenir des guerres  (1870, 1914-1918, guerre du Rif, 1939-1945, Indochine, Algérie), de la Résistance, de la Déportation, sans oublier l’histoire des réfugiés ou des migrants qui se sont établis dans notre ville au cours du XXe siècle.     

         Une visite qui souhaitait être également une approche sur l’histoire de l’art funéraire depuis le XIXe, une réflexion sur l’évolution des relations à la Mort au cours de cette période à travers le décryptage des épitaphes.

  • Romans (Drôme) / L'été du patrimoine : dernière conférence

    Romans (Drôme)

    seconde guerre mondiale, laurent jacquot, patrimoine romanais, romans historiqueDernière conférence, mercredi 21 août - "La Seconde Guerre mondiale à Romans" : un panorama en images de cette période sombre de notre histoire.

    Participation : 3 €. Pour s'inscrire : 04.75.02.92.82.

  • Romans (Drôme) / L'histoire du Grand Voyage et du Calvaire des récollets

     Romans ( Drôme)

    calvaire des récollets, grand voyage, patrimoine romanaisLors de nos visites et de nos conférences, certains d'entre vous nous ont demandé un historique du Grand Voyage et du Calvaire des récollets. Vous le trouverez ci-dessous.

    ---------------------------------------------------------

         Depuis bientôt cinq siècles, Romans offre la possibilité de revivre la Passion du Christ à travers un cheminement appelé « Grand Voyage » aboutissant au « Golgotha » ou « Mont Calvaire » Les 40 stations du Grand Voyage retracent les derniers jours de Jésus et les débuts du christianisme, de la Cène à la Pentecôte; un tel ensemble étant unique en France. Son histoire commence au début du XVIè, la Terre Sainte est alors aux mains des Turcs, le pèlerinage à Jérusalem est dangereux et difficile.

         En 1516, un riche et pieux marchand de Romans, Romanet Boffin, conçoit alors de fournir aux habitants de sa ville un moyen facile de suppléer le voyage dans la Ville Sainte, avec l’établissement d’un chemin de croix sur le modèle de celui de Fribourg, en Suisse.  Peu après, deux Franciscains, revenant de Palestine, assurent que la topographie de Romans rappelle étrangement celle de Jérusalem. Boffin décide alors d'édifier dans Romans 14 stations, suivant l'itinéraire de la Via dolorosa, aboutissant au Golgotha, situé hors les murs, comme à Jérusalem : le vallon de la Presle reproduisant la vallée du Cédron ou vallée Josaphat (d'où le nom d'escalier Josaphat), le plateau St-Romain étant le Mont des Oliviers (d'où la côte Montolivet). A la suite de plusieurs miracles, le Grand Voyage devient un lieu de pèlerinage renommé.

         Pendant les Guerres de Religions, les stations sont détruites par les Protestants, le Saint-Sépulcre, copie de celui de Jérusalem, est seulement mutilé, il est aujourd’hui le monument emblématique du mont Calvaire..

         A la fin du XVIè, les tensions religieuses s'apaisent. La Contre Réforme catholique s'impose, le Mont Calvaire, reconstruit notamment par la volonté du fils de Romanet Boffin, Félicien Boffin , est confié aux moines Récollets, la chapelle du Repos de Marie est reconstruite avec une façade à serlienne. Le Grand Voyage retrouve une renommée importante et attire au  XVIIè de nombreux pèlerins et pénitents, à la recherche de pardon et d'indulgences ou dans l'espérance de guérisons. Le Mont Calvaire et les stations sont de nouveau saccagés, en 1794, lors de la Terreur. Laissé à l'abandon, l'enclos sert de cimetière jusqu'en 1812.

         Durant les règnes de Louis XVIII et Charles X, la France redevient une terre de mission, les Romanais décident de restaurer le calvaire et le pèlerinage. De 1820 à 1862, de riches familles romanaises font construire, dans le Calvaire, des chapelles funéraires qui servent aussi de stations au Grand Voyage. Le calvaire se pare d'essences sylvestres qui le transforment en cimetière romantique mais, à la fin du XIXe, il est de nouveau laissé à l'abandon. Le Grand Voyage est alors définitivement constitué par 40 stations : 21 en ville et 19 dans l'enclos du Mont Calvaire bientôt dénommé « Calvaire des récollets ».

         Peu entretenue pendant la Troisième république, les chapelles en molasse utilisée comme matériau commencent à s’effondrer. La pratique du Grand Voyage se maintient cependant une fois par an, le Vendredi Saint, au matin, pour quelques pèlerins. En 1942, pendant le Régime de Vichy qui prône le retour aux valeurs catholiques, certaines stations sont ornementées de bas-reliefs moulés. En 1967, l'association des Amis du Calvaire, prenant conscience de la valeur du site, entreprend les premières campagnes de débroussaillage. En 1986 et 1987, après de longues démarches, le calvaire est classé « Monument Historique » et les stations en ville inscrites à l’inventaire supplémentaire. L’ensemble devient la propriété de la ville de Romans qui entreprend pendant 10 ans une campagne de restauration aujourd’hui interrompue.

     

  • Romans (Drôme) : aujourd'hui, dans le Dauphiné Libéré.

     Romans (Drôme)

        la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de ce jour, samedi 17 août 2013, un nouvel article relatant la visite du Calvaire des récollets et des stations-oratoires du Grand Voyage, proposée dimanche 12 août par la SEHR. Une animation pour valoriser le Calvaire des Récollets laissé à l'abandon par la municipalité.

      Pour connaître le programme complet des conférences et des visites à venir : 2013 L'été du patrimoine. Prochaine visite : "Le cimetière de Romans, l'Histoire dans la pierre", lundi 19 août. Nombre de places limité. Inscription et information au 04.75.02.92.82.

    patrimoine romanais, calvaire des récollets, grand voyage



  • Romans (Drôme), samedi 31 août : "Forum des associations"

    Romans (Drôme)

    forum des associations, patrimoine romanais, laurent jacquot      A l’occasion du  « Forum des associations »  organisé le samedi 31 août, la SEHR tiendra un stand, salle Charles-Michels, entre 13 h et 18 h.

       Retrouvez-nous pour découvrir les activités de notre association et nous faire part de vos propositions pour sauvegarder le patrimoine architectural de notre ville et valoriser son centre historique.

  • Romans (Drôme) / Lundi 12 août, une visite du centre historique à « frissons » et à … surprise

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, romans historique   La visite du centre historique du lundi 12 août fut un retour sur les heures sombres ou les événements inquiétants qui jalonnèrent l’histoire de notre ville. La tour Jacquemart fut le point de départ de ce parcours au cours duquel le groupe frémit au récit de l’exécution d’Isoarde des Baux, de l’assassinat de l’archiduc ou de légendes diaboliques. Enfin, rue Pêcherie, les visiteurs croisèrent … les Chauffeurs de la Drôme poursuivis par des gendarmes !

    Prochaine visite : lundi 19 août, "le cimetière de Romans". Nombre de places limité. Inscription et information au 04.75.02.92.82

  • Romans (Drôme) : la SEHR valorise le Calvaire des Récollets

    Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, calvaire des récollets, grand voyage, laurent jacquot, romans historique   patrimoine romanais, calvaire des récollets, grand voyage, laurent jacquot, romans historiqueDimanche dernier, 11 août, la SEHR proposait une nouvelle visite commentée qui a permis à des passionnés d’histoire de découvrir les stations-oratoires du Grand Voyage et les chapelles du Calvaire des récollets. Cet ensemble monumental est un des fleurons du patrimoine architectural de notre ville, favorable à la flânerie, malheureusement fermé au public toute l’année et laissé à l’abandon par la ville qui en est propriétaire. patrimoine romanais, calvaire des récollets, grand voyage, laurent jacquot, romans historique





        Le Calvaire des récollets est aussi un cimetière depuis 1825, abritant des dizaines de tombes : la SEHR se propose d’en dresser l’inventaire afin de retracer l’histoire des familles romanaises qui ont contribué à la réalisation de cet espace envoûtant, unique en Europe.

  • Romans (Drôme) / Grand Voyage : le vandalisme continue !

     Romans (Drôme)

    patrimoine romanais, romans historique, grand voyage,calvaire des récollets Lors de la visite organisée hier dimanche pour découvrir le Grand Voyage, nous avons malheureusement constaté que la station n° 5, côte Montolivet, avait de nouveau était profanée, comme elle l’avait été voici une quinzaine de jours.

     Le bas relief est maculé d’un graffiti et les visages des personnages ont été martelés, nous avons récupéré sur le sol un morceau de l’un de ces visages, que nous tenons à la disposition du service municipal susceptible de le remettre rapidement en place.patrimoine romanais, romans historique, grand voyage,calvaire des récollets

  • Romans (Drôme) / Lundi 12 août, visite commentée : " Romans ... frissons "

    Romans (Drôme)

      patrimoine romanais, visites guidées, conférences, Laurent Jacquot, romans historique, patrimoine romanais  Dans le cadre de son programme d'animations estivales sur la ville de Romans, la Société d’études historiques de Romans propose, lundi 12 août, une nouvelle visite sur le thème : " Romans ... frisson ", pour rencontrer des personnages inquiétants et découvrir les maisons, les rues ou les places de notre ville marquées par des

      Nombre de places limité, inscription au 04.75.02.92.82 Participation : 5 €.  Le lieu et l'heure du RDV seront donnés lors de l'inscription.  

     Programme complet des visites et des conférences proposées par la SEHR, à consulter et à télécharger L'été du patrimoine .pdf

  • Romans (Drôme) / Aujourd'hui, dimanche 11 août, visite commentée : "Le Grand Voyage et le Calvaire des récollets"

    Romans (Drôme)

     grand voyage, calvaire des récollets   Dans le cadre de son programme d'animations estivales sur la ville de Romans, la Société d’études historiques de Romans propose aujourd'hui, dimanche 11 août, une nouvelle visite sur le thème : " Le Grand Voyage et le Calvaire des récollets ", un parcours de 2 heures pour découvrir le grand chemin de croix urbain de la ville de Romans avec ses 40 stations.

      Rendez-vous à 14 h 30, côte Poids-des-Farines. Durée de la visite : 2 h. Participation : 5 €.    Pour toute information : 04.75.02.92.82.

     Programme complet des visites et des conférences proposées par la SEHR, à consulter et à télécharger L'été du patrimoine .pdf