Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Il y a 90 ans, la disparition du chanoine Ulysse Chevalier "

     

    bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

     

    Voici 90 ans, dans la nuit du 26 au 27 octobre 1923, disparaissait l’une des grandes figures de l’érudition romanaise, le chanoine Ulysse Chevalier. Il était le fils unique d’un médecin militaire, et historien de Romans, le Dr Ulysse Chevalier. Né à Rambouillet le 24 février 1841 où son père était en poste, Cyr-Ulysse-Joseph, pour l’état civil, revient avec ses parents à Romans en 1853 ... (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 31 octobre 2013).

  • Romans (Drôme)/ L'Almanach de la Drôme 2014

    Romans (Drôme)

    almanach de la Drôme, patrimoine romanais-péageois   Retrouvez les articles de la SEHR sur le patrimoine et l'histoire de Romans dans l'Almanach de la Drôme 2014 : "Quand les loups dévoraient les enfants ...", "Le monument aux morts de Romans", "Août 1914, Romans et la Grande Guerre".

  • Romans (Drôme) / Centre historique d’Aubenas : un exemple à suivre

    centre historique, patrimoine romanais-péageois, aubenasRomans (Drôme)

       Hier dimanche, 27 octobre, le Dauphiné libéré proposait son supplément « Offre habitat magazine » dans le quel un article, consacré à la ville d’Aubenas, mérite une attention particulière. Cet article dresse un large panorama des actions de cette commune de 11 000 habitants pour son centre historique et démontre qu’une volonté municipale peut transformer un centre historique : un exemple pour les élus de Romans !

    Voici quelques passages de cet article.

    « Relance du commerce en centre-ville et mise en valeur du patrimoine - Une partie du centre historique a été réhabilitée depuis 2009, grâce à l’opération urbaine collective financée par des fonds FISAC (fonds d’intervention des services de l’artisanat et du commerce) dont les acteurs financiers sont l’Etat, l’Europe, la région Rhône-Alpes et la commune.

      La revalorisation du centre historique s’est traduite par la rénovation de la place du château ou de l’hôtel de ville, la piétonisation du centre-ville, en partie réalisée, la réhabilitation de (nombreuses places). L’opération de piétonisation a été judicieusement accompagnée d’un plan de rénovation du centre historique. Des subventions sont versées par la ville aux particuliers qui désirent mettre en valeur leur patrimoine. La subvention façade n’est pas restrictive : elle peut concerner la rénovation d’une porte ancienne, d’une fenêtre à meneaux, d’une ancienne devanture en bois.

      Dix millions d’euros ont été injectés dans l’économie locale pour moderniser les commerces et l’artisanat du centre-ville, rénover les places, les animer. Tout commerce qui fait un investissement lourd de plus de 10 000 € peut être subventionné pour partie dans ses travaux. L’église Saint-Laurent et le château devrait faire l’objet d’une rénovation complète estimée entre 6 et 10 millions €. Donner une plus-value économique et touristique au patrimoine de la ville, telle est l’ambition de la ville d’Aubenas ».

  • Romans (Drôme) / La valorisation du patrimoine : moteur économique

     Romans (Drôme)

    patrimoine romanais-péageois, gazette des communesEn complément de la note publiée hier, nous invitons nos lecteur à lire attentivement un article publié dans « La gazette des communes. com », aujourd’hui 24 octobre. Cet article conforte la démarche de notre association en vue d’un projet global de valorisation du centre historique et de son patrimoine architectural et culturel, s’appuyant notamment sur un tourisme patrimonial volontariste. Nous invitons les Romanais à méditer sur cet article.

     --------------------------------------------------------------------------------

     L’investissement dans le tourisme de patrimoine rapporte plus de vingt fois la mise.

      Le patrimoine n’est pas qu’une charge, mais un placement qui rapporte gros, estime une étude de l’agence régionale du patrimoine. Combien coûte la valorisation du patrimoine ? Combien elle rapporte ? Quel est son poids dans l’emploi en France ? 

      A l’heure où les budgets sont discutés – forcément à la baisse, crise oblige – les collectivités territoriales seraient bien tentées de raboter quelques postes, comme celui de la culture et de la préservation du patrimoine. Surtout pas, insiste une étude nationale des retombées économiques et sociales du patrimoine réalisée par l’agence régionale du patrimoine de la région PACA pour le ministère de la Culture ! Sortie dans l’indifférence en 2009, elle a ressurgi dans la blogosphère à l’occasion des journées européennes du patrimoine de septembre dernier mais aussi à l’approche de la présentation en Conseil des ministres de la loi sur le patrimoine, prévue en décembre 2013.

       Pour l’agence PACA, la formule économique est simple :1 € (investi dans le patrimoine) = 28 à 31 € (de retombées économiques en métropole). L’équation pourrait se traduire ainsi : Tout comptes faits, « L’impact économique national du patrimoine est plus de vingt fois supérieur à ce qu’il mobilise comme dépense d’investissement ». Pour les auteurs, « loin d’être une charge, le patrimoine est un moteur économique important et dynamique » (à suivre dans "la gazette des communes.com"

    ----------------------------------------------------------------------------------------

  • Romans (Drôme) / Une enquête édifiante !

     

    Romans (Drôme)

      marques avenue, centre historique Notre association se désole de la faiblesse du tourisme patrimonial dans notre vieille cité. Certains mettent leur espoir dans les clients de Marques Avenue dont ils aimeraient voir une partie détournée vers le centre historique.

    Afin de quantifier cette opportunité, notre association vient de réaliser une enquête auprès des clients sortant de Marques Avenue, le résultat est édifiant : sur 100 personnes auxquelles nous avons posé cette simple question : « Avez-vous maintenant l’intention de vous rendre dans le centre historique de Romans ? », une seule a répondu par l’affirmative ! C’est à dire 1 % ! Ce résultat implique trois commentaires.

      Tout d’abord que le tourisme commercial ne recouvre qu’à la marge le tourisme patrimonial : le client d’un centre commercial qui veut faire un maximum d’économie ne dépensera pas l’argent qu’il a … économisé pour visiter un monument historique.

       Le second commentaire concerne le volume sur lequel repose ce pourcentage : Marques Avenue annonce une fréquentation de 1,3 million clients par an ! une chance pour notre ville car « 1% » de 1,3 million cela fait quand même 13 000 « clients » par an susceptibles de visiter le centre historique ! Susceptibles car en réalité, ces milliers de touristes on ne les voit pas dans la collégiale Saint-Barnard, déambulant rue des Clercs ou visitant le Calvaire des récollets : cette absence de captation illustre le fiasco de la politique touristique depuis quinze ans du service communication de la mairie et de l’office de tourisme de Romans !

       Troisième commentaire : ce « 1% » souligne que le tourisme patrimonial doit d’abord viser un public spécifique auquel il faut s’adresser, c’est que fait, à son échelle, notre association en accueillant, à la journée, des associations à vocation patrimoniale de la région.

  • Romans (Drôme) : Romans et l'année 1943

    Romans (Drôme)

    nouvel observateur, 1943, laurent jacquotLe dernier numéro hors-série du Nouvel Observateur est intitulé " Résistants et collabos, 1943, la France déchirée". Publication bien conçue dans laquelle vous retrouverez un article de Gilles Vergnon sur " Le Vercors, forteresse de la Résistance " et un article de Jacques Gelin consacré à l'arrestation de Jean Moulin et de ses compagnons, dont Bruno Larat. En illustration du dossier sur le STO, la photo prise par Paul Deval, en gare de Romans, le 10 mars 1943.nouvel observateur, 1943, laurent jacquot

  • Romans (Drôme) / La raviole du Dauphiné à l'honneur

    Romans (Drôme)

    dauphiné libéré, laurent jacquot, raviole, raviole du dauphinéLes éditions du Dauphiné Libéré viennent de publier un hors-série " 75 recettes gourmandes des Alpes" dans lequel  "la raviole du Dauphiné" est mise à l'honneur : un article et un dossier plus culturels et plus raffinés que le concours du plus gros mangeur de ravioles organisé à Romans pendant la fête de la pogne et de la raviole !

    dauphiné libéré, laurent jacquot, raviole, raviole du dauphiné

  • Romans (Drôme) : vous avez aimé " Midi en France " ...

    midi en france, patrimoine romanais-péageois, collégiale saint-barnard

    patrimoine romanais-péageois, visites




    Romans (Drôme)

    Vous avez aimé les reportages et les chroniques de " Midi en France " sur Romans et son pays ?

    Vous aimerez les visites du centre historique de Romans proposées par la Société d'Etudes historiques de Romans tout au long de l'année.

    Pour nous contacter : 04.75.02.92.82  /  SEHR26@orange.fr

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Il y a 70 ans, la grève du 20 septembre 1943 " (fin)

     

    bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

     Soudain, les ridelles des camions s’abaissent, des Allemands portant autour du cou la plaque en croissant de la Feldgendarmerie sautent à terre, ils ont la mitraillette au poing et braquent tout le monde. C’est la stupeur puis le sauve-qui-peut, chacun essaie de se dissimuler dans les couloirs ; les Allemands courent dans tous les sens en poussant des cris et se saisissent de quelques personnes qu’ils poussent dans les camions, parmi lesquels des hommes tranquilles. (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 17 octobre 2013).

  • Romans (Drôme) / Jeudi 17 octobre, dans le Dauphiné Libéré

      Romans (Drôme)

        la martinette,dauphiné libéré,patrimoine romanaisDans l'édition du Dauphiné Libéré, de jeudi 17 octobre un article relatant la visite organisée, le 6 octobre en partenariat avec ACC26, sur le thème "Hommes de Romans"

    dauphiné libéré, laurent jacquot, visite, patrimoine romanais péageois

  • Romans (Drôme) / Samedi 12 octobre, « Les amis du musée de Valence » à Romans

    Romans (Drôme)

       Fidèle à sa vocation de valoriser le patrimoine de Romans et son centre historique, notre association organise au cours de l’année l’accueil de groupes extérieurs sur le thème « Une journée à Romans ». Nous avons déjà reçu des associations de Lyon, de Grenoble, de Viviers.

    amis du musée de valence, calvaire des récollets, patrimoine romanais   En ce samedi 12 octobre, l’association « Les amis du musée de Valence » avait choisi Romans pour l’une de ses sorties annuelles. La SEHR, en partenariat avec les « Amis de St-Barnard et du Calvaire des récollets », a donc reçu 28 adhérents de cette association et ses responsables, et leur a proposé, un « menu » culturel bien rempli.

       La matinée fut consacrée à une visite du Calvaire des récollets puis de la collégiale St-Barnard menée par Jacques Mazade, président des Amis de St-Barnard et du Calvaire des récollets.

    2013 oct 12 a.JPG

      L’après-midi permit de faire découvrir à nos visiteurs le patrimoine architectural de Romans (hôtels particuliers, église N.-D. de Lourdes, …) dont la plupart ignorait l’existence … ce qui justifie (encore plus !) toutes les actions entreprises par notre association pour valoriser ce patrimoine !

    ***********************************

    Présidents ou responsables d'associations romanaises, péageoises ou de la région, n'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez faire découvrir l'histoire et le patrimoine de Romans  à vous adhérents.

  • Romans (Drôme) / « Hommes de Romans », une visite … humaniste !

    Romans (Drôme)

    laurent jacquot, jules nadi, ACC26, patrimoine romanais   Dimanche dernier 6 octobre, la SEHR proposait une visite sur le thème «  Hommes de Romans ». Une visite à vocation culturelle mais aussi humaniste puisqu’il s’agissait de participait aux animations organisées par l’association « Agir contre le cancer 26 » (ACC26).

       Cette participation illustre notre approche du patrimoine et de l’histoire qui, loin d’enfermer et de figer notre héritage culturel dans le passé, souhaite l’inscrire dans la vie quotidienne afin d’améliorer le cadre de vie de chacun et de rappeler à chaque instant les valeurs de notre société, notamment de solidarité, un héritage culturel de la Révolution française et des républiques qui se sont succédé depuis.

  • Cette semaine dans " L'Impartial " : " Il y a 70 ans, la grève du 20 septembre 1943 " "

    bruno larat,résistance,guerre mondiale,jean moulinRomans (Drôme)

     Automne 1943, le monde entre dans sa cinquième année de guerre. A Romans, depuis la manifestation de mars 1943 contre le STO, l’effervescence dans les usines n’est pas retombée. Beaucoup n’acceptent pas la fourniture des productions locales à l’armée allemande, le travail est saboté ; ce que ne peuvent ouvertement reconnaître les autorités de Vichy. (à suivre dans l'édition de L'Impartial datée du jeudi 10 octobre 2013).