Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Quel Avenir pour la Chapelle de L'Hôpital

    chapelle hopital.jpgPetit rappel historique sur l'histoire de cet édifice et de son site de  l'ancien Hôpital de Romans .

    L'Hôpital est confié en 1669 à l'ordre de la charité fondé par Saint Jean de Dieu '2), ordre dépendant des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem puis des templiers et ensuite Malte. La Première église se situait dans les bâtiments et servait à la fois aux malades et aux habitants des quartiers de la Presle et de Saint Romain qui occupait la citadelle sur la colline sud .Cette proximité incontrôlable entre malade  et paroissiens pousse l administration à la construction d'une nouvelle église en 1842.

     

    Après les complications dues à la proximité de la Savasse  et les couteux changements de conception, l'église se présente sur un plan jésuite avec une élévation de voûte à douze mètre. Une nette séparation des circulations fait entrer les habitants du quartier par un petit pont sur la rivière et les malades directement à l'étage par le chevet qui communiquait avec les salles de soins .

    La chapelle est consacré en 1845 et les travaux de décoration continuent jusqu'en 1894 avec les peintures et vitraux .

    En l'absence d'études de l'important fond d'archives de l'Hôpital de nombreuses questions se pose sur l'édifice.?

    Au sud , une grande arcade murée de briques devait communiquer avec une  extention , la partie ouest, derrière le chœur, conserve une crypte voutée comblée et le dernier étage couvert de grands quartiers de pierres, était sans doute une terrasse pour les malades.

    A l'icroix.JPGntérieur au sol une marqueterie de marbre reprend la croix des chevaliers hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, entourée d'un soleil et d'étoiles comme au plafond de l'église du Saint Sépulcre  .Les  piliers sont marqués de la croix de l'ordre de Malte, le dessin de la balustrade est une reprise de celui de Michel ange pour la Bibliothèque  laurentienne de Florence tandis que la pluie d'étoiles d'or de la voûte du chœur fait allusion au nouveau culte de l'Assomption de la Vierge, promulgué en 1854.

    Aujourd'hui le conseil municipal vient de décider de résilier le bail emphytéotique que l'ancienne municipalité avait conclu avec un partenaire privé dans le but  de restaurer cette chapelle .A  l'époque le maire nous avait vendu un beau projet  .De beaux projets dans l'ombre sans.... lumière d'un début de commencement .

    Aujourd'hui se pose la question de l'affectation de cette chapelle dont la toiture est en bon état et qui présente un intérêt architectural certain par sa conception à étage comme les chapelles palatines et l'originalité de son décor intérieur, ses arcades de sa crypte et de ses mosaiques.

    Le futur musée de Mours  pourrait trouver là son écrin dans le prolongement de la Collégiale de saint Barnard.?

    Notre association restera vigilante sur le devenir de cette chapelle qu'il faut préserver, conserver et restaurer . Un projet global doit être définit pour trouver une affectation à cette chapelle...Le dernier conseil municipale de la Ville  reste flou sur le sujet et les chiffres sur une restauration imaginaire ?  : le dauphiné  du 23 septembre avance le chiffre de 170000 euros pour la restauration quand le dernier  conseil  municipale avance 300000 euros  700 000 dans l'Impartial Qui dit mieux ,et, l'ex maire d'avancer une subvention de 100 000 euros sorti de je ne sais quel chapeau..

    Il serait  grand temps pour la démocratie( dit participative)  qu'un open data se mette vite en place pour  la Mairie de Romans pour offrir aux citoyens  des informations plus crédibles et sérieuses.

  • Les Journées du Patrimoine avec Benjamin Missud

     

     Au Programme :Château Favor et Bois des Naix

    Samedi 20 septembre j ai conduis au nom de la Société d'études historique de Romans de Romans Bourg de Péage , une visite guidée et commentée du  château Favor (extérieur )et du Bois des Naix , de son histoire à Bourg de Péage  dont le thème national est cette année le Patrim20 septembre journée du Patrimoine 010.JPGoine Naturel.

    Un Plaisir de faire découvrir à plus de 50 personnes l'histoire de ce lieu et du Comte  Dedelay D'Agier, une histoire riche qui se confond avec celle de la ville .

    Les journées du Patrimoine sont aujourd'hui victimes de leur succès  avec des groupes de plus en plus importants (50 ,7020 septembre journée du Patrimoine 015.JPG , voir 80 sur certains )sur chaque visite traduisant une mauvaise qualité  et visibilité des visites , ce constat imposera aux villes qui le souhaitent une autres approche pluriannuelle des visites du Patrimoine avec peut être en autre  thème le Samedi du Patrimoine et de l Histoire ?

  • FETE de LA RAVIOLE ET DE LA POGNE

    raviole-dauphine-1.jpg 

    Fête de La Raviole , de la Pogne et journée du Patrimoine ?

     

    L’une de ces manifestations (qui est déjà à caractère patrimonial) est la fête de la Pogne et de la Raviole qui pourrait, l’année prochaine, s’installer sur les places Perrot-de-Verdun, Fontaine-couverte et place Maurice Faure .et au pied du Jacquemart

    Conjointement, les hôtels particuliers pourraient être ouverts, des visites organisées. Imaginons les répercutions sur le centre historique pendant tout un week-end : des centaines de badauds arpentant la côte Jacquemart, s’arrêtant le matin devant les stands proposant des pognes et des ravioles, écoutant les orchestres, s’installant, à midi, aux tables des restaurants autour de la collégiale et terminant leur journée en flânant rue des Clercs et en découvrant les fleurons du patrimoine architectural ! Est-ce un rêve irréalisable 

    Malheureusement cette fête  aujourd'hui est adossée aux journées du Patrimoine !!!

     

  • LA GENOISE

    La "génoise" : de la Provence à Romans !

     Romans-sur-Isère (Drôme)

    génoise, patrimoine romanaise, place Maurice-Faure   En levant les yeux, rues Pêcherie, Mathieu-de-la-Drôme ou place Maurice-Faure, vous observerez sur les façades de certains immeubles, au niveau des avant-toits, plusieurs rangs de tuiles-canal en encorbellement sur le mur, ce type de disposition est appelé « génoise ».     

    Comme son nom l'indique, ce sont probablement des maçons venant de Gênes qui, au début du XVIIè siècle, auraient introduit cette technique en Provence, Le rôle de la génoise est d'une part d'éloigner les eaux de ruissellement de la façade comme une corniche, et d'autre part de supporter et continuer le pan versant de toit.

       Le plus ancien document pouvant être interprété comme preuve de l'existence de la génoise en Provence est un prix-fait signé en 1634 et relatif aux réparations de l'église paroissiale de Rians (Var). Le terme « génoise» apparaît pour la première fois dans un contrat de 1645 concernant la construction d'une bastide à Puyloubier, près d’Aix-en-Provence. La génoise connaît un grand essor dès cette époque d’abord en Provence puis dans tout le sud de la France, dans la zone où domine la tuile-canal.

        Le nombre de rangs témoigne du statut social : les maisons modestes ont deux rangs, les propriétaires plus aisés en ont trois, quatre et jusqu'à cinq. Avant la Révolution, les roturiers n'étaient autorisés à avoir au maximum que deux rangs de génoise; au-delà de deux rangs, c'était un privilège nobiliaire !

        A Romans, la mise en place de génoise sur les immeubles des notables romanais, notamment ceux des chanoines sur l’actuelle place Maurice-Faure, peut être datée du milieu du XVIIIè siècle, sous le règne de Louis XV. C’est l’époque d’une certaine prospérité pour le monde des marchands romanais qui commercent dans toute la vallée du Rhône, de Lyon à Aix-en-Provence. Ces échanges commerciaux avec la Provence font découvrir aux Romanais ce style « à la génoise » qu’ils apprécient et veulent retrouver sur les immeubles qu’ils se font élever dans le quartier Saint-Barnard.

        Aujourd’hui, à Romans, les génoises du centre historique sont protégées de toute destruction ou dégradation par la réglementation de la ZPPAUP de Romans (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) qui indique dans une de ces réglementations (qui s’imposent à tous les propriétaires privés et publics), «  les génoises et corniches existantes seront préservées et éventuellement  reconstituées  à l’identique ».

  • 20 et 21 Septembre ..Journées du Patrimoine

    La sociétBLOG JEP 2012 Luc a.jpgé d 'études de Romans bourg de péage  vous propose dans le cadre des journées du Patrimoine

    2 quai Ulysse chevalier Romans

    Permanence chaque Mercredi de 17H A 19H

     

    3395486712.jpg

    Ballade le long du canal de la Martinette  Samedi 20 Septembre  a 14 H .rendez vous  Parking de la presle visite d'environ 1H30

    et, le Dimanche 21 Septembre  A 14H30 rendez vous rue Louis le Cardonnel (pont  sur la Savasse

    Samedi 20 Septembre  visite guidé du Bois des Naix  à 17H rendez vous a l entrée du château Favor (grand rue jean Jaurés)..Découvrir le château Favor, le bois des Naix, le cénotaphe de Delay d'Agier

    Dimanche 21 Septembre  même visite mais à 10H le matin

    Samedi 19 Septembre  14H30 Un pèlerinage a Romans :Le grand voyage , rendez vous  à la 1ère station côte poids  et farine .visite guidée  d'1 H 30: déambulation dans le centre historique à la découverte des stations du Grand Voyage

    Avec la société d'études historique de Romans bourg de Péage  le prélude d'une découverte tournée vers l histoire et le patrimoine de notre bassin de vie .